1-0 EN DIRECT DU VATICAN + Aleteia + Zenit

ZENIT LE MONDE VU DE ROME
LES TITRES DU JEUDI 2 NOVEMBRE 2017 – PLUS JAMAIS LA GUERRE

Du débarquement américain aux représailles nazies

Guerres: « pas davantage », supplie le pape

Commémoration des défunts au cimetière Nettuno

« Lorsque je prie, parfois je m’endors », confie le pape

Deuxième vidéo sur le Notre Père

«Voilà les fruits de la guerre»: le pape au mémorial d’un massacre des nazis

« Pardonne-nous! »

ONU : Aggravation de l’impact sur les enfants des conflits armés, par Mgr Auza

La meilleure réponse, c’est la réalisation de la paix

ONU : Mgr Auza salue le rôle des femmes dans le maintien de la paix

Et rend hommage aux soldats de la paix morts au cours de leur mission

ONU : Mgr Auza plaide pour une éducation aux droits de l’homme

Mais des droits « harmonieusement ordonnés au plus grand bien »

Medjugorje : le Vatican veut privilégier une expérience de foi

Ecoute de la Parole de Dieu, sacrements

L’Eglise n’est pas un tribunal mais une accompagnatrice, par Mgr Paglia

Visite à l’Institut théologique Jean-Paul II du Bénin

ONU: l’ECLJ déplore une « offensive pro-avortement »

Discussion au Comité des droits de l’homme

 

A LA UNE DE RADIO VATICAN JEUDI 2 NOVEMBRE 2017
Commémoration des fidèles défunts: «La guerre est la destruction de nous-même»

Vatican

«Seigneur, tu connais leurs visages» : la prière du Pape aux Fosses ardéatines

Le Pape se confie à la télévision catholique italienneTV 2000

Des femmes juristes contre la traite humaine attendues au Vatican

Eglise

France: la première "université de la solidarité" organisée à Lourdes

Birmanie : Les évêques alertent sur la «contre-productivité» des sanctions internationales

Monde

Le bonheur, possible malgré le deuil : le témoignage d'Axelle Huber

En Syrie, le nonce veut relancer l’aide médicale gratuite

 

ZENIT LE MONDE VU DE ROME
Les titres du vendredi 3 novembre 2017 – De la vie

Personne n’est inconnu
Etre « des hommes de la vie et non de la mort »

Messe pour les cardinaux et évêques défunts (Texte intégral)

« Pour toi, personne n’est inconnu », prière du pape

Au « Dieu qui scelle une alliance avec l’homme », mémorial des Fosses Ardéatines

Devant la mort « gardons la flamme de la foi », tweet du pape

Pour la commémoration des fidèles défunts

Vidéo du pape: « Ce qui m’impressionne le plus au sujet de l’Asie »

Intention de prière du mois de novembre 2017

Pollution atmosphérique: le Vatican « très préoccupé »

Séminaire de l’Académie pontificales des sciences

Sciences sociales: un atelier d’assistance aux victimes de la traite des êtres humains

Organisé au Vatican du 4 au 6 novembre

ONU : Mgr Auza plaide pour une utilisation pacifique et sécurisée du nucléaire

Et pour la mettre au service du développement

Des nouvelles de l’École vaticane de paléographie

Quatre nouveaux diplômés

France: Mgr Pontier appelle au dialogue en toutes circonstances

Discours d’ouverture de l’assemblée des évêques

La Chaire du Christ est la Croix où l’Amour est Loi

Pour le dimanche 5 novembre 2017

ZENIT LE MONDE VU DE ROME
Titres du 04 novembre 2017

Caraïbes: Mgr Fortunatus Nwachukwu nommé nonce apostolique

 Gabon : le p. Jean-Patrick Iba-Ba évêque de Franceville

 Nucléaire: le Saint Siège pour le désarmement définitif et total

 ONU : le retour de la culture de mort, par G. Puppinck

 Les titres du vendredi 3 novembre 2017 – De la vie

 La Chaire du Christ est la Croix où l’Amour est Loi

 ONU : Mgr Auza plaide pour une utilisation pacifique et sécurisée du nucléaire

Pollution atmosphérique: le Vatican « très préoccupé »

 Des nouvelles de l’École vaticane de paléographie

 

A LA UNE DE RADIO VATICAN VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017
«Jésus nous a montré que la mort n’a pas le dernier mot»

Vatican

En novembre, l'intention de prière du Pape pour l'Asie

Le voyage du Pape en Colombie au cœur de l’assemblée des évêques colombiens

Eglise

France: Mgr Pontier appelle au dialogue en ouvrant l'Assemblée plénière de novembre

En Inde, une religieuse au service des pauvres béatifiée

Monde

Le monde universitaire catholique se mobilise pour les migrants

Avec la crise électorale, les craintes d'un embrasement au Kenya

«Jésus nous a montré que la mort n’a pas le dernier mot»

Vatican

En novembre, l'intention de prière du Pape pour l'Asie

Le voyage du Pape en Colombie au cœur de l’assemblée des évêques colombiens

Eglise

France: Mgr Pontier appelle au dialogue en ouvrant l'Assemblée plénière de novembre

En Inde, une religieuse au service des pauvres béatifiée

Monde

Le monde universitaire catholique se mobilise pour les migrants

Avec la crise électorale, les craintes d'un embrasement au Kenya

 

ALETEIA TODAY 03 NOVEMBRE 2017
Accès à tous les titres du jour : http://us7.campaign-archive.com/?e=72f681e023&u=e747b6da5b523d93de77f3f8b&id=d67b3024a
Sélection de titres :
La condamnation de Galilée : un douloureux malentendu

Il y a 25 ans, Jean Paul II réhabilitait officiellement Galilée en reconnaissant les torts des théologiens qui l’avaient condamné. Retour sur l’histoire d’un malentendu lié à une mauvaise compréhension de l'autonomie de la science …

Un rapport souligne le lien entre migrations et réchauffement climatique

Le dernier rapport d'Oxfam, Organisation non gouvernementale (ONG) engagée « contre les injustices et la pauvreté » publié ce 2 novembre pointe l’impact du réchauffement climatique sur les populations les plus
Que pense le pape François du diable ?

Tentations, mondanité, hypocrisie… Trois des neuf manières utilisées par Satan pour agir contre les hommes
Fabrice Hadjadj : « Être humain, c’est se tourner vers le mystère de Dieu ou vers la vie sexuelle des mouches »

Le philosophe Fabrice Hadjadj publie aux éditions Tallandier, …
Musique

La voix catholique la plus célèbre d’Argentine

"Après un temps de prière et de discernement, j'ai compris que Dieu m'avait donné ce don pour que je devienne son instrument."
François, le réformateur

C’est le biographe de référence de Jean Paul II, l’américain George Weigel, qui le dit : « Avec François le réformateur, Ivereigh offre à ce jour le meilleur …

 

ALETEIA TODAY 04 NOVEMBRE 2017
Accès à tous les titres du jour : http://us7.campaign-archive.com/?e=72f681e023&u=e747b6da5b523d93de77f3f8b&id=e432f9272b
Sélection de titres :
Emmanuel Macron bientôt chanoine

Selon le quotidien « La Croix »,  le président de la République accepte dans une lettre le titre honorifique de chanoine du Latran. Il y laisse entendre son intention d'aller en prendre possession à Rome.
Pourquoi les orthodoxes se signent-ils « à l’envers » ?

Le signe de la croix est le symbole chrétien par excellence. Tracé de la main droite sur le corps, ce sacramental est pratiqué de diverses façons selon les traditions. Le sens dans lequel il est exécuté
Saviez-vous que la première apparition de la Vierge a donné lieu à un phénomène de bilocation ?

L’apparition s’est produite en Espagne, à Saragosse, alors que la Vierge était encore sur Terre, avant son Assomption, en 40 après J.-C.

 

2-0 PAPE FRANÇOIS ET ÉGLISE CATH. (OU AUTRES ÉGLISES)  

 

CARDINAL BRANDMULLER : « UNE NOTE DE BAS DE PAGE NE PEUT ANNULER LA TRADITION DE L’ÉGLISE »
Dans un entretien donné au Frankfurter Allgemeine, le Cardinal Walter Brandmüller, l’un des auteurs des dubia  au pape François et président émérite du Comité pontifical des Sciences historiques, s’est exprimé sur la question du divorce et du remariage, soulevée par l’exhortation apostolique Amoris Laetitia. Il a rappelé que le concile de Trente a érigé l’indissolubilité du mariage en véritable dogme. Cela signifie donc qu’entrer dans une nouvelle union après un divorce civil, tout en ayant une activité sexuelle, constitue un péché grave. Ainsi, il y a une conséquence pour l’accès à l’eucharistie : “quiconque est conscient d’avoir commis un péché grave peut seulement recevoir la communion s’il a été à la confession, a confessé ses péchés et a été absous”.

Sur la note de bas de page numéro 351 d’Amoris Laetitia, qui autoriserait les personnes vivant en situation irrégulière à recevoir la communion ou à bénéficier du sacrement de pénitence, le cardinal Brandmüller affirme de manière assez nette : “on m’a dit que toute la théologie morale de la Tradition de l’Église ne peut être annulée par une note de bas de page”.

 Il s’est également exprimé sur la proposition du cardinal Kasper qui prévoyait l’accès à l’eucharistie pour des divorcés remariés après un chemin pénitentiel. Il a rappelé que cette proposition se basait sur un “simple auteur, dont le travail n’était pas seulement bâclé, mais aussi idéologique… Tout cela est de l’histoire malhonnête, qui est la manipulation des sources. Comme historien, je suis spécialement allergique à cela. On ne devrait jamais faire cela.” En effet, la proposition du cardinal Kasper ne repose sur aucun précédent historique. Les Pères de l’Église n’ont jamais admis un tel accès à la communion dans le cadre d’une seconde union faisant suite à une première union qui n’aurait jamais cessé.

Le débat sur Amoris Laetitia continue donc. Les critiques sont toujours posées.

https://www.infocatho.fr/cardinal-brandmuller-note-de-bas-de-page-ne-annuler-tradition-de-leglise/
EN SAVOIR + http://www.catholicherald.co.uk/news/2017/10/30/dubia-cardinal-a-footnote-cannot-overturn-the-tradition-of-the-church/

 

UN THÉOLOGIEN ÉCRIT AU PAPE : « C’EST LE CHAOS DANS L’ÉGLISE ET VOUS EN ÊTES UNE DES CAUSES »

Thomas G. Weinandy est l’un des théologiens les plus célèbres, il vit à Washington au Collèges des Capucins, l’ordre franciscain auquel il appartient.  Il est membre de la Commission Théologique Internationale – cette même commission que Paul VI avait accolée à la Congrégation pour la doctrine de la foi pour qu’elle bénéficie de l’élite des théologiens du monde entier – depuis que le Pape François l’y a nommé en 2014.

En mai dernier, alors qu’il se trouvait à Rome pour une session de la commission, l’idée commença à germer en lui d’écrire à François une lettre ouverte pour lui faire part non seulement de sa propre inquiétude mais également de celle de nombreuses personnes face au chaos croissant au sein de l’Eglise, chaos qu’il attribue en bonne partie au Pape lui-même.

Il pria alors longuement, jusque sur la tombe de Pierre, avant de demander à Jésus de l’aider à décider s’il devait écrire cette lettre ou pas et de lui envoyer un signe…  Et le signe en question arriva le lendemain, identique à celui qu’il avait lui-même demandé dans la prière, comme il le raconte lui-même :

> « There was no longer any doubt that Jesus wanted me to write… »

Rassuré par le Ciel, le Père Weinandy rédigea donc la lettre.  Au milieu de l’été, il la fit parvenir au Pape François.  Et aujourd’hui, fête de Tous les Saints, il la rend publique d’abord sur le portail américain d’informations religieuses Crux et immédiatement ensuite à Rome, en quatre langues, sur Settimo Cielo.

A 71 ans, le Père Weinandy a enseigné dans de nombreuses universités aux Etats-Unis, pendant douze ans à Oxford ainsi qu’à Rome, à l’Université pontificale grégorienne.  Il a été pendant neuf ans le directeur exécutif du Secrétariat pour la doctrine de la Conférence épiscopale des Etats-Unis.

Texte de la lettre…

POST SCRIPTUM – Peu après la publication de cette lettre, le P. Weinandy a été convoqué par le Secrétaire général de la Conférence épiscopale des Etats-Unis et il a remis sa démission en tant que consultant auprès de la commission doctrinale de la Conférence.  Son Président, le Cardinal Daniel N. DiNardo a commenté son « départ » par cette déclaration:

> U.S. Conference of Catholic Bishops President on Dialogue within the Church

http://www.diakonos.be/settimo-cielo/un-theologien-ecrit-au-pape-cest-le-chaos-dans-leglise-et-vous-en-etes-une-des-causes/

 

LE CARDINAL MÜLLER ET LE PROFESSEUR BUTTIGLIONE : UNE CONFUSION CROISSANTE, PAR R. DE MATTEI
Le cardinal Müller profite de la longue préface du livre d’un philosophe et politicien italien (1), Rocco Buttiglione, "Risposte amichevoli ai critici di Amoris laetitia" (Ripostes amicales aux critiques d’Amoris Laetitia), pour se ranger sans coup férir du côté des défenseurs de la nouvelle morale familiale bergoglienne.

En somme après avoir refusé (2) l'idée anti-catholique contenue dans Amoris Laetitia de permettre la communion aux divorcés remariés civilement, il y adhère de facto.

Tout autant qu'Amoris Laetitia, cette préface du cardinal n'est rien de moins que la reconnaissance du subjectivisme pratique et de la conscience personnelle érigés en critères primordiaux de discernement aux sujets du mariage et de la réception des sacrements.

Le professeur Rocco Buttiglione mène depuis des mois une bataille contre ceux qui critiquent Amoris laetitia, pour justifier le contenu de l’exhortation post-synodale du pape François.

Et voilà qu’il a rassemblé ses articles en un livre intitulé Réponses amicales aux critiques d’Amoris laetitia, publié par les éditions Ares, avec une préface inattendue du cardinal Gerhard Ludwig Müller.

Andrea Tornielli reprend dans Vaticaninsider un long extrait de cette introduction (NDLR : du cardinal Müller] qui ne fait qu’accroître la confusion régnant aujourd’hui. L’ex-Préfet de la Congrégation pour la Foi, à la différence du Professeur Buttiglione, a toujours manifesté une certaine sympathie à l’égard des quatre cardinaux des “dubia”, mais estime que pour “neutraliser” Amoris laetitia, il faut l’interpréter dans la continuité de l’enseignement de l’Eglise, et non la critiquer ouvertement. Pour expliquer l’apparente contradiction entre Amoris laetitia et les dogmes définis par l’Eglise sur les sacrements du mariage, de la pénitence et de l’eucharistie, le cardinal fait sienne la thèse de fond de Rocco Buttiglione, qu’il résume en ces deux lignes : « Ce qui est en question, c’est une situation objective de péché qui, du fait de circonstances atténuantes, n’est pas imputée subjectivement ».
EN SAVOIR + http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/027_02_07_2017/02_11_2017_muller_buttiglione_confusion_croissante_mattei.php

 

LUTHER, UN RÉFORMATEUR ?, PAR L'ABBÉ CHRISTIAN THOUVENOT
Il y a cinq cents ans, exactement le 31 octobre 1517, Martin Luther placardait à la porte de son couvent ses 95 thèses. Ce fut le début de l'action d'éclat de ce moine augustin, professeur de sciences bibliques à l'Université de Wittemberg, au départ de ce que l'histoire devait retenir sous le nom de Réforme protestante.

A l’occasion de cet anniversaire, les églises et communautés se réclamant du protestantisme ont entrepris de célébrer leur héros, à l’origine, selon eux, d’un renouveau bienfaisant pour l’Eglise tout entière.

Le 31 octobre 2016, en Suède, le pape François s’est associé à cet événement, en signant une Déclaration commune avec le chef de la communauté luthérienne. Tous deux se sont déclarés « reconnaissants pour les dons spirituels et théologiques reçus à travers la réforme ».

Dans son sillage, de nombreuses initiatives ont été menées un peu partout en vue d’associer les catholiques à cet anniversaire. Citons, à titre de simple illustration, l’archevêque de Strasbourg, Mgr Jean-Pierre Grallet, qui a participé le 6 décembre 2016 à une célébration œcuménique avec des dignitaires protestants en faisant cette prière :

« Esprit Saint, aide-nous à nous réjouir des dons qui ont été faits à ton Eglise à travers la Réforme, apprends-nous à nous repentir des murs de divisions que nous et nos prédécesseurs avons construits ».

Quels sont donc ces « dons spirituels et théologiques » que la Réforme luthérienne a faits à l’Eglise ? Est-ce le rejet du saint sacrifice de la Messe, de la grâce sanctifiante et de la plupart des sacrements ? Est-ce la révolte contre la hiérarchie catholique, la négation de la visibilité de l’Eglise et spécialement de la papauté ? Est-ce encore la remise en cause du magistère, la haine des vœux de religion et de toute vie religieuse cloîtrée ? Ou le rejet de parties entières de l’Ecriture Sainte, le refus des indulgences de l’Eglise, de la sanctification par les œuvres, du suffrage des saints ?

Forcément dubitatif et perplexe, le catholique est en droit de se demander quels sont les dons que la réforme protestante a apportés à l’Eglise. Mais plus fondamentalement, la question qui se pose est de savoir s’il est juste de parler de réforme de l’Eglise, et si Luther mérite vraiment le qualificatif autant que la qualité d’authentique réformateur. Car, après tout, la sainte Eglise n’a jamais manqué de saints réformateurs venus renouveler son zèle et son ardeur missionnaire. Que l’on songe à saint Pacôme ou saint Antoine, à saint Benoît, saint Bernard, saint Dominique ou saint François d’Assise, ou encore à la réforme grégorienne, à l’action d’un saint François de Sales, d’un saint Vincent de Paul, d’un Monsieur Olier, d’un Dom Guéranger…
EN SAVOIR + http://laportelatine.org/bibliotheque/oecumenisme/luther_ennemi_de_la_grace_celier/luther_reformateur_thouvenot.php

 

L'HÉRÉSIE LUTHÉRIENNE DU PAPE FRANÇOIS
Pr. Paolo Pasqualucci - 29 octobre 2017
Nous avons tous en mémoire l'éloge de Martin Luther fait par
le pape François. L'année dernière, parlant à bâtons rompus avec des journalistes pendant le vol de retour après sa visite en Arménie, répondant à une question sur les rapports avec les luthériens à l'approche du 500e anniversaire de la Réforme, le Pape tint en italien les propos suivants, jamais démentis par la suite :

« Je crois que les intentions de Martin Luther n'étaient pas mauvaises. À cette époque l'Église n'était pas vraiment un modèle à imiter : il y avait de la corruption, il y avait de la mondanité, il y avait de l'attachement à l'argent et au pouvoir. C'est pourquoi il a protesté. De plus il était intelligent et il a fait un pas en avant, en justifiant pourquoi il le faisait. Et aujourd'hui luthériens et catholiques, avec tous les protestants, nous sommes d'accord sur la doctrine de la justification : sur ce point si important, il ne s'était pas trompé. Il a fait un « remède » pour l'Église, puis ce remède s'est consolidé en un état de choses, en une discipline, etc. (1)»

Il est difficile de décrire la stupeur suscitée à l'époque par ces paroles. Il faut quoi qu'il en soit noter un point qui, à ce moment-là, n'avait peut-être pas été suffisamment mis en relief. L'éloge de la doctrine luthérienne était justifié, aux yeux du Pape François, par le fait qu'aujourd'hui catholiques et protestants « sont d'accord sur la doctrine de la justification ». C'est précisément cet accord qui démontrerait, par voie de conséquence logique, que « sur ce point si important, il ne s'était pas trompé ».

À quel accord le Pontife fait-il ici allusion ? Manifestement à la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification, signée par le Conseil Pontifical pour l'Unité des Chrétiens et par la Fédération luthérienne mondiale le 31 octobre 1999. Un document incroyable, certainement un unicum dans l'histoire de l'Église. Y sont énumérés les articles de foi que les catholiques auraient en commun avec les hérétiques luthériens, en laissant au second plan leurs différences et en faisant comprendre que les condamnations d'autrefois ne s'appliquent plus aujourd'hui ! Il est évident que dans ce document les différences n'ont pas d'intérêt, le but étant justement de faire apparaître les supposés éléments communs entre nous et les hérétiques. Or dans le § 3 de cette Déclaration, intitulé : La compréhension commune de la justification, on lit au n. 15 :

« Nous confessons ensemble : c'est seulement par la grâce au moyen de la foi en l'action salvifique du Christ, et non sur la base de notre mérite, que nous sommes acceptés par Dieu et que nous recevons l'Esprit Saint qui renouvelle nos coeurs, nous habilite et nous appelle à accomplir des oeuvres bonnes (2). » Au n° 17, dans le même paragraphe, on ajoute, toujours en commun, que : « il [le message de la justification] nous dit que, pécheurs, nous ne devons notre vie nouvelle qu'à la miséricorde de Dieu qui nous pardonne et fait toute chose nouvelle, une miséricorde qui nous est offerte et est reçue dans la foi et que nous ne pouvons jamais mériter sous quelque forme que ce soit. » Et enfin, au n° 19 du § 4.1, nous trouvons l'affirmation commune, présentée comme si c'était une chose évidente, du principe selon lequel « La justification est opérée par la grâce seule (3). »
EN SAVOIR + http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/027_02_07_2017/29_10_2017_heresie_lutherienne_francois_pasqualucci.php

 

LE CARDINAL MÜLLER ET LE PROFESSEUR BUTTIGLIONE : UNE CONFUSION CROISSANTE

Le professeur Rocco Buttiglione mène depuis des mois une bataille contre ceux qui critiquent Amoris laetitia, pour justifier le contenu de l’exhortation post-synodale du pape François. Et voilà qu’il a rassemblé ses articles en un livre intituléRéponses amicales aux critiques d’Amoris laetitia, publié par les éditions Ares, avec une préface inattendue du cardinal Gerhard Ludwig Müller. Andrea Tornielli reprend dansVaticaninsider un long extrait de cette introduction qui ne fait qu’accroître la confusion régnant aujourd’hui. L’ex-Préfet de la Congrégation pour la Foi, à la différence du prof. Buttiglione, a toujours manifesté une certaine sympathie à l’égard des quatre cardinaux des « dubia« , mais estime que pour « neutraliser » Amoris laetitia, il faut l’interpréter dans la continuité de l’enseignement de l’Eglise, et non la critiquer ouvertement. Pour expliquer l’apparente contradiction entreAmoris laetitia et les dogmes définis par l’Eglise sur les sacrements du mariage, de la pénitence et de l’eucharistie, le cardinal fait sienne la thèse de fond de Rocco Buttiglione, qu’il résume en ces deux lignes : «Ce qui est en question, c’est une situation objective de péché qui, du fait de circonstances atténuantes, n’est pas imputée subjectivement ».
EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/13062/encore-sur-amoris-laetitia/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+revueItem+%28La+Revue+Item+%7C+La+tradition+sans+peur%29

 

AMORIS LÆTITIA : UN NOUVEL ÉVÊQUE POUR « L’ENSEIGNEMENT IMMUABLE » DE L’ÉGLISE

Évêque de l’Ordinariat personnel de la Chaire-de-Saint-Pierre, constitué aux États-Unis pour les épiscopaliens (anglicans à la mode étatsunienne) en application de la constitution apostolique Anglicanorum cœtibus de Benoît XVI, Mgr Steven Lopes a, dans une lettre pastorale consacrée à l’application d’Amoris lætita, rappelé que l’exhortation postsynodale ne changeait en rien les règles en vigueur concernant les divorcés remariés civilement et qu’ils ne pouvaient recevoir la Communion que s’ils vivaient dans une « chasteté totale ». Il écrit : « Un couple civilement remarié, s’il s’engage à une continence totale, peut recevoir l’Eucharistie après un discernement approprié avec l’aide de son pasteur, et avoir eu recours au sacrement de la Réconciliation […] Jusqu’à et tant que ces remariés civilement n’auront pas l’intention honnête de s’abstenir totalement de toute relations sexuelles, la discipline sacramentelle ne les autorisera pas à recevoir l’Eucharistie ».
EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/12212/amoris-laetitia-encore-un-eveque-qui-parle-en-faveur-de-la-tradition/

 

UNE RÉPONSE DISCRÊTE DU PAPE – PAR PERSONNE INTERPOSÉE – AU 4 CARDINAUX SUR « AMORIS LAETITIA »

publié dans nouvelles de chrétienté le 29 novembre 2016

Le cardinal émérite Martinez Sistach et les prospectives pastorales d’Amoris Laetitia : « Oui à la communion aux divorcés-remariés

par Francesca de Villasmundo — 24 novembre 2016 – dans MPI

Devant la fronde qui gronde au sein du Vatican et de la curie romaine par rapport aux décisions révolutionnaires du pape François dans le domaine de la morale catholique et du sacrement de mariage, la communication vaticane rameute ses amis pour défendre les nouveautés bergogliennes.

Après les nombreuses interviews du pape François à différents organes de presse laïque et religieux où il se justifie et justifie, au nom de la miséricorde divine, ses choix pastoraux qui détruisent la doctrine, c’est au tour de l’Osservatore Romano (L’Observateur Romain), quotidien du soir en italien, daté du lendemain de sa publication, publié par le service officiel d’information du Vatican, de venir à la rescousse d’un pape chahuté.

Le quotidien a ouvert ses colonnes au cardinal émérite de Barcelone Martinez Sistachpour une louange dithyrambique d’Amoris Laetitia et de ses propectives pastorales :

« l’exhortation recommande au prêtre d’accompagner les divorcés et ceux qui sont mariés seulement civilement ou simplement unis par un processus de discernement intérieur, pour pouvoir ainsi réussir à connaître en conscience quelle est leur situation devant Dieu, en vue de leur plus grande intégration dans la communauté chrétienne ; enfin, en présence de circonstances atténuantes ou d’exonération, pour leur permettre de recevoir l’aide des sacrements. (…) L’axe, ou la finalité pour ainsi dire, du chapitre VIII d’Amoris Laetitia consiste à chercher une meilleure intégration de tous dans la communauté chrétienne, même de ceux qui vivent des situations irrégulières. »

Et il conclut son plaidoyer pour l’ouverture de la communion aux divorcés-remariés par une note culpabilisante envers les opposants, non pas à une plus grande intégration des brebis pécheresses comme il veut le faire croire, mais à ce changement de doctrine sacramentelle :

« Cette plus grande intégration peut ne pas être comprise ou ne pas être acceptée par certains membres de la communauté. Je rappelle que nous tous chrétiens sommes des pécheurs, comme l’étaient le fils mineur et le fils majeur de la parabole évangélique, et que tous nous devons nous convertir et être plus miséricordieux. »

Il est étonnant de voir combien ces tenants du progressisme moral et doctrinal, vu comme une miséricorde divine, ont facilement la parole sévère envers les catholiques accrochés à la doctrine traditionnelle du mariage et s’empressent constamment de leur rappeler leur condition de pécheurs qu’ils ont pourtant beaucoup de faciliter à oublier quand elle concerne les pécheurs vivant dans des situations d’adultère ou de concubinage objectivement scandaleuses et contraires à la loi divine afin que ces derniers puissent s’approcher des sacrements !

Par la voix du cardinal émérite de Barcelone, le Vatican confirme donc la possibilité pour les divorcés-remariés de recevoir les sacrements comme cela est indiqué dans l’exhortation au chapitre VIII :

EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/11978/une-reponse-discrete-du-pape-par-personne-interposee-au-quatre-cardinaux-sur-amoris-laetitia/

 

AMORIS LAETITIA, LES INTERPRÉTATIONS CONTRADICTOIRES, LES DUBIA DES CARDINAUX CONSERVATEURS ET LE SILENCE DU PAPE

L’Exhortation ultra-libérale, que l’on peut qualifier d’apostate, Amoris Laetitia du pape François sur la famille, le mariage et la communion aux « divorcés remariés » ne cesse de provoquer des remous au sein de l’Église officielle. Surtout parmi  les cardinaux conservateurs, pétris de l’esprit conciliaire mais qui trouvent qu’aujourd’hui la révolution doctrinale débutée à Vatican II pour s’ouvrir au monde, pour rajeunir l’Église, la rendre plus attrayante va, avec le pape François, trop loin, renverse trop de digues morales, devient une machine folle que rien ne semble pouvoir arrêter ! Progressistes, oui, mais pas trop quand même, pourrait être leur devise…

Amoris Laetitia est le parfait exemple de cet emballement progressiste qui semble illimité et qui soudain effraie ces ecclésiastiques modernistes car il balaie tout sur son passage, sans plus aucune des réserves et notes conservatrices qui en atténuait, sous les papes conciliaires précédents, le modernisme foncier et le libéralisme souverain. Avec François, c’est brut, sans fioriture, extrême !

Ils sont donc quatre à avoir demandé au pape François, le 19 septembre 2016, de clarifier certains points concernant les interprétations contradictoires de cette exhortation post-synodale ambiguë sur la famille et le mariage : le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des Sciences historiques, le cardinal Raymond L. Burke, patron de l’Ordre de Malte, le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne, et le cardinal Joachim Meisner, archevêque émérite de Cologne. Étonnamment, l’hôte du Vatican qui fustige régulièrement l’indifférence et le mépris des chrétiens rigides a répondu à ces cardinaux par le silence absolu, équivalent, dans ces circonstances… à de l’indifférence et à du mépris.

Aussi, ce 14 novembre, ils ont décidé de rendre public, par le biais du site internet du journaliste Sandro Magister, leurs questions restées sans réponse. Ils expliquent la raison de cette publication en ces termes :

EN SAVOIR + http://www.medias-presse.info/amoris-laetitia-les-interpretations-contradictoires-les-dubia-des-cardinaux-conservateurs-et-le-silence-du-pape/64454/

 

CRITIQUE D’AMORIS LAETITIA

Critique d’Amoris laetitia par 45 théologiens et philosophes catholiques du monde entier

Un groupe de 45 théologiens, philosophes et pasteurs d’âmes de différentes nationalités ont remis ces derniers jours au Cardinal Angelo Sodano, Doyen du Sacré Collège, une forte critique de l’Exhortation apostolique post-synodale Amoris laetitia.  Dans les prochaines semaines le document, en diverses langues, sera envoyé aux 218 Cardinaux et aux Patriarches des Églises Orientales, leur demandant d’intervenir auprès du Pape François pour retirer ou corriger les propositions erronées de ce document.  La nouvelle a été diffusée par Edward Pentin dans the National Catholic Register.

Décrivant l’exhortation comme contenant «une série d’affirmations qui peuvent être comprises dans un sens contraire à la foi et à la morale catholique», les signataires ont présenté avec cet appel une liste de censures théologiques applicables au document, en spécifiant «la nature et le degré des erreurs qui pourraient être imputées à  Amoris laetitia».

Parmi les 45 signataires figurent des prélats catholiques, des chercheurs , des professeurs, des auteurs et prêtres de différentes universités pontificales, séminaires, collèges, instituts théologiques, ordres religieux et diocèses du monde entier.  Ils ont demandé au Collège des Cardinaux que, dans leur rôle de conseillers officiels du pape, ils adressent au Saint Père la demande de rejeter «les erreurs listées dans le document, de manière définitive et finale et d’affirmer avec autorité qu’Amoris lætitia n’exige pas qu’aucune d’elles soient crue ou considérée comme pouvant être vraie».

«Nous n’accusons pas le pape d’hérésie», a dit le porte-parole des auteurs de cet appel, Joseph Shaw, «mais nous estimons que de nombreuses propositions d’Amoris Lætitia peuvent être interprétées comme hérétiques
EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/11133/critique-damoris-laetitia/

 

L’EXHORTATION POST-SYNODALE AMORIS LÆTITIA : UNE VICTOIRE DU SUBJECTIVISME
Le 8 avril dernier était publiée l’exhortation post-synodale tant attendue du pape François. Dans cette lettre, le pape n’a ni accordé une permission générale pour donner la communion aux divorcés remariés, ni laissé aux conférences épiscopales le pouvoir de donner des dérogations. Il a aussi repris les termes du dernier synode des évêques, disant qu’« il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille » (n° 251). Enfin, il s’est prononcé de manière claire contre la théorie du genre, en la dénonçant comme une idéologie qui allait à l’encontre de l’ordre de la création (cf. n° 56). A cause de tout cela, le pape François a déçu beaucoup de gens parmi ceux qui ne sont catholiques que sur le papier et dans les milieux libéraux.

Pourtant avec Amoris lætitia, il ouvre une brèche qui remet en cause toute la morale catholique. Dans le chapitre 8, intitulé Accompagner, discerner et intégrer la fragilité, le pape François a ouvert des portes qui permettront à l’avenir de se soustraire à la morale catholique tout en s’abritant derrière les instructions du pape. Celui-ci ne répète pas seulement les affirmations douteuses du dernier synode, selon lesquelles les divorcés remariés sont des « membres vivants de l’Église », sur lesquels l’Esprit-Saint déverse « des dons et des charismes pour le bien de tous » (n° 299), mais il va plus loin encore. Certes l’enseignement sur le mariage catholique et toutes les anciennes normes restent toujours en vigueur ; à ceux qui vivent en concubinage ou qui sont simplement unis par un mariage civil, il est donc toujours interdit de recevoir l’absolution et la sainte communion, mais… il y a des exceptions !

Une remise en cause de la morale catholique

Nous devrions, dit le pape, éviter les jugements « qui ne tiendraient pas compte de la complexité des diverses situations » (n° 296). Les normes

EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/10857/amoris-laetitia-4/

 

LE VRAI PORTRAIT DE JÉSUS

JÉSUS, que vous êtes méconnu  ! Le portrait qu’on trace maintenant de vous est décevant, malgré les beaux récits évangéliques dont il semble que beaucoup aient perdu l’intelligence. Ils font de vous un rêveur, un faible, un non-violent. À les entendre, vous avez fui l’adversaire, vous avez refusé le combat, vous ne vouliez faire de peine ni contrarier personne, vous avez été vaincu sans bataille. Il semblerait que tout votre Évangile veuille nous résigner au mal, nous apprendre à consentir au triomphe de l’injustice et à souffrir la mort.

Comment vous aimerait-on alors  ? Mais le Jésus que nous aimons, le vrai Jésus de l’Évangile et vrai Fils de Dieu, n’est pas ainsi. Nous refusons cette caricature écœurante. Celui que les Apôtres et les Martyrs, les Confesseurs et les Vierges ont suivi, le Maître et l’Époux adoré, était un homme fort, un courageux, un vainqueur  ! Il attirait à lui les foules et les retenait à sa suite parce qu’il portait déjà au front le signe lumineux de la victoire et que l’espérance du règne qu’il annonçait ne pouvait être déçue.

Qui le prétend faible et craintif ne l’a pas vu, debout à la proue de la barque, commander à la mer et aux vents, ni affronter les énergumènes, impassible et dur, chassant d’eux le démon avec une autorité souveraine. II peut tout, il sait tout, il veut tout et rien ne l’arrêtera qu’il n’ait conduit son peuple à la gloire et ne se soit assis lui-même sur son trône pour y être couronné. Saint Jean l’a vu comme un héros allant à la victoire.

EN SAVOIR + http://crc-resurrection.org/liens-utiles/archives/meditations/2017-2/le-vrai-portrait-de-jesus/

 

CARDINAL PAROLIN – ON NE PEUT PAS DISTINGUER LE FAIT D’ÊTRE RELIGIEUX DU FAIT D’ÊTRE « INTERRELIGIEUX »

 Aujourd’hui on ne peut pas distinguer le fait d’être religieux du fait d’être “interreligieux” » car « une relation positive entre les religions semble une nécessité absolue », a déclaré le cardinal Pietro Parolin depuis Zagreb, où il a rencontré les leaders religieux croates, à l’occasion de sa visite dans le pays du 29 au 31 octobre 2017.

Dans son intervention rapportée par L’Osservatore Romano en italien du 1er novembre, le « numéro 2 » du Vatican a souligné l’urgence du « partage de ses richesses spirituelles et de la valorisation de ce qui unit, y compris les croyances diverses ». « Cela exige une évolution courageuse », et une « sincère acceptation de l’autre » puisque l’ignorance a « souvent été motif d’intolérance, de luttes et de divisions ».

Dans le pays qui montre historiquement une « coexistence durable de la culture latine, byzantine et islamique », le cardinal a rappelé que « les croates furent le premier peuple slave à se convertir à l’Evangile » et que le christianisme joue dans le pays « un rôle irremplaçable ». « La Croatie représente un modèle de pluralisme où la conscience de ses racines spirituelles ne s’est pas affaiblie. »

Lors d’un dialogue avec les évêques, il a aussi évoqué la dictature communiste, qui de 1945 à 1990 « a tout fait pour couper le lien qui unit les personnes de Croatie au Saint-Siège, en rendant l’Eglise objet d’une persécution systématique ». Il a rendu hommage à la fidélité des chrétiens : « ni les camps de concentration, ni la tentative d’athéisme systématique » n’a « pu effacer » la « maturité de cette Eglise ».

Le cardinal a exhorté les évêques à « protéger et développer cet héritage » afin que « l’identité chrétienne de la Croatie ait non seulement un passé et un présent, mais aussi un avenir ».

EN SAVOIR + https://fr.zenit.org/articles/croatie-visite-du-cardinal-parolin/

 

ET LES FEMMES DIACRES AUSSI?

Et les femmes diacres aussi ?

Ce n’est pas un mystère que le synode sur l’Amazonie que François va convoquer à Rome a notamment pour but de permettre l’ordination d’hommes mariés : c’est ce que tout le monde voit en filigrane de l’expression « identifier de nouvelles voies pour l’évangélisation de cette portion du peuple de Dieu ». On sait que le cardinal Hummes, grand ami de François, parrain de la mafia de Saint-Gall, aujourd’hui président de la commission épiscopale brésilienne pour l’Amazonie, est de toutes les dérives modernistes et donc ultra-favorable à l’ordination d’hommes mariés.

Selon le Messaggero, dont les informations sont reprises par le Telegraph, suite à une demande du cardinal Hummes, François a demandé aux évêques brésiliens d’étudier la question sans attendre le synode (ou pour le préparer).

On sait que François lui-même l’avait évoquée, dans une interview à Die Zeit, le 9 mars dernier : « Nous devons considérer si les viri probati sont une possibilité. Alors nous devrons déterminer quelles tâches ils peuvent accomplir, par exemple dans des communautés reculées. »
EN SAVOIR + http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/11/03/et-les-femmes-diacres-aussi-5995653.html

 

UN CARDINAL ROUGE SANG DON ERNEST SIMONI

Rescapé des travaux forcés en Albanie 
Un martyr albanais devenu cardinal - 
L’histoire de Don Ernest Simoni – dramatique et cependant marquée par un zèle apostolique infatigable – est celle d’un prêtre albanais rescapé de la persécution du régime communiste.

C’est avec des mots voilés d’émotion qu’il évoque son parcours : de maître d’école à tireur d’élite, il est arrêté en tant que « simple prêtre » pendant la nuit de Noël 1963. Jeté dans une cellule d’isolement il endure près de vingt-huit ans de tortures, de prison, de travaux forcés dans les mines et les égouts d’Albanie.
Mais rien de tout cela n’a pu faire plier cet extraordinaire témoin de la foi, qui a pardonné à ses tortionnaires et qui invoque constamment pour eux la miséricorde du Père.
En le suivant tout au long de son chemin de croix jusqu’au retour à la liberté, ce prêtre apparaît comme un modèle de courage et de foi, d’humilité et d’humour, de simplicité et de discrétion, de charité active et d’attention aux autres.

Le pape François, ému aux larmes devant le témoignage de cet ancien condamné à mort, le crée cardinal en 2016. Il devient ainsi le premier cardinal de l’histoire d’Albanie et le seul prêtre parmi les dix-sept cardinaux désignés par le Pape.

EN SAVOIR + http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/11/04/un-cardinal-rouge-sang-rescapoe-des-travaux-forces-en-albani-5995853.html

 

UNE INTERVIEW DU PÈRE HENRI BOULAD
Interview avec Père Henri Boulad par Eric Muth

Le Père Boulad est avant tout un penseur, un chrétien en terre d’Islam, confiant sa grande inquiétude devant la montée des islamistes en Egypte et en Europe. Déplorant au passage la faiblesse et la tiédeur de l’Église catholique de France.

Il se situe dans la pure ligne de cet «Humanisme chrétien» qui caractérise la spiritualité jésuite et celle de son fondateur, Ignace de Loyola.

EN SAVOIR + http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/11/04/une-interview-du-pere-henri-boulad-5995840.html

 

L’ENFER EST PAVÉ DE « SOURCES SÛRES »

L’écrivain Antonio Margheriti

Avant tout, il voulait quelque chose de « sérieux » mais qui puisse parler à un public de « non-théologiens ».  Il est de notoriété publique que l’Europe du Nord regorge de ces petits théologiens de chapelle qui ont élevé leur propres « selon moi » anachroniques et apodictiques au rang de théologie alors qu’en revanche, les croyants se font de plus en plus rares, qu’ils soient simples fidèles ou même théologiens.   Aucune crainte à avoir donc, je suis bien loin d’être moi-même un théologien et je me moque éperdument, comme d’ailleurs beaucoup d’autres devraient le faire, de la théologie de ces présumés théologiens .  On a les a pris bien trop au sérieux, à l’instar du monde laïc et de ses soi-disant « intellectuels à la page » que l’on reconnaît facilement au fait qu’ils sont, les uns comme les autres, en permanence à côté de la plaque.  D’autant que parmi tous ces « théologiens » autoproclamés, à peine dix pour cent seraient en droit de revendiquer ce titre qu’ils usurpent plus ou moins abusivement alors qu’autrefois, il y a bien longtemps, il désignait le « sommet de la connaissance » spéculative.

Jésus-Christ lui-même n’a pas fait de spéculations, il a pris des exemples vivants, des personnes, des choses de la vie, la vie elle-même, pour montrer – et non pas pour démontrer – ce que veut dire être chrétien et comment déjà gagner le ciel sur la terre.

Dans sa commande circonstanciée, mon ami belge m’a également demandé un article basé sur des « sources sûres ».  Et je me suis dit en moi-même que l’enfer était justement pavé de ces sources « sûres ».  En effet, c’est ce même ami qui m’avoue à contrecœur qu’en Belgique, c’est justement en se basant sur ce fatras de sources fiables, au mépris de la Source par excellence qu’est le Christ, qu’on en est aujourd’hui réduit à se baser sur deux sources incontournables et tout aussi contaminées l’une que l’autre: un agnostique comme Bultmann et un gnostique comme Rahner, deux post-chrétiens…  et derrière eux, les églises se sont inexorablement vidées au fur et à mesure que l’on déchristianisait intentionnellement la Belgique.  C’est ainsi qu’ils ont  lentement mais sûrement détruit l’édifice chrétien au lieu de le renforcer.

Des « sources sûres« , dit-il!  Me demander une chose pareille à moi!  C’est contre mes principes. Ce syndrome fait partie du mal dont souffre le christianisme d’aujourd’hui, et plus particulièrement ce christianisme « professionnalisé » du Nord: en Allemagne, on est parvenu à transformer l’Eglise en une véritable industrie, la plus grande du pays, une industrie laïque – voire même militante – et le salut des âmes a fait place à la logique du profit, le Décalogue à la loi des affaires, de sorte que l’industrie cléricale est devenue un secteur économique comme les autres.

J’ai toujours tout fait pour éviter cela, comme s’il fallait chercher les sources du christianisme chez ces « professeurs ».  Au contraire, le christianisme trouve sa source dans le Christ.  Le christianisme est et doit rester une chose simple.  Il doit d’abord consister en un témoignage personnel dans lequel on se met en jeu, on prend des risques… alors que le « professionnalisme » sert justement à éviter les risques.  Quant à ces « sources sûres » – qui ne le sont souvent pas tant que ça – quelles sont-elles à l’exception des Docteurs et des Pères de l’Eglise qui ont tout dit au moment où il fallait le dire et qui en ont souvent dit bien plus qu’il n’en fallait pour le simple chrétien?  C’est le retour du fantasme de ces puits de science dont parlait Saint Paul: « A cause de ta connaissance, ton frère qui est faible périra, ton frère pour lequel le Christ est mort… »  Comment oublier en outre ces autres paroles de Jésus quand il manifeste son intention de « confondre les sages » pour révéler toute chose aux « petits »?

L’auteur et journaliste catholique Vittorio Messori

Vittorio Messori m’a un jour confié au cours d’un échange de mails  que

EN SAVOIR + http://www.diakonos.be/la-grand-mere-et-le-theologien/

 

AMORIS LAETITIA: LE CARDINAL MÜLLER RÉPOND AUX DUBIA (1 FÉVRIER 2017)

Le pape se tait mais le cardinal Müller parle.  Voici comment il répond aux dubia.

C’est à lui aussi que les cardinaux Brandmüller, Burke, Caffarra et Meisner avaient addressé leur cinq dubia sur l’interprétation d’Amoris Laetitia en lui demandant de « faire la clarté ».

Et ni lui, cardinal Gerhard L. Müller, préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, ni encore moins le pape n’avaient jusqu’à présent répondu aux questions de ces quatre cardinaux.

Mais à présent, le cardinal Müller fait toute la clarté, et comment, dans un entretien-fleuve publié aujourd’hui dans la revue « Il Timone », recueilli par le directeur Riccardo Cascioli et par Lorenzo Bertocchi:

> La vérité n’est pas négociable

Au cours de cet entretien, le cardinal ne parle pas de dubia mais d' »apertis verbis » pour désigner les points que les cardinaux souhaitaient voir éclaircis.

Il en profite pour critiquer au passage ces évêques qui, par leurs « sophismes » interprétatifs, plutôt que de guider leurs fidèles préfèrent « courir le risque qu’un aveugle ne conduise un autre aveugle ».

Voici les passages-clés de cet entretien.

EN SAVOIR + http://www.diakonos.be/amoris-laetitia-le-cardinal-muller-repond-aux-dubia/

 

UN PAPE PEUT-IL ÊTRE DÉPOSÉ? PRÉCISIONS
Du Père Simon Noël osb – Son blog du  vendredi 3 novembre 2017
Je pense que certains de mes lecteurs souhaitent que j'explicite davantage ce que j'ai écrit dans mon dernier article. Mes réflexions sont celles d'un prêtre qui n'a aucun titre académique, qui a fait juste assez de théologie pour prêcher à des gens de la campagne ou entendre les confessions de fidèles ordinaires. Ce que je dis, je le dis donc salvo méliorum judicio !

Je veux exprimer un point de vue qui est indépendant de la situation actuelle. C'est sans doute de la théologie abstraite mais je veux qu'une bonne théologie nous guide en cas de crise et je crains que les personnes qui ferraillent indéfiniment avec le pape régnant et parlent d'une déposition automatique ou se lancent dans des procédures visant à déclarer un jour une telle déposition, ne soient sur une route tout à fait erronée. Ils sont du reste très peu nombreux et y aurait-il même un seul évêque pour les suivre ?

EN SAVOIR + http://simonnoel.blogspot.ca/2017/11/un-pape-peut-il-etre-depose-precisions.html


PRUDENCE PASTORALE…

Quand un prêtre change de paroisses et qu’il découvre la réalité pastorale de sa nouvelle affectation, il entend quasiment toujours le même conseil : « Il ne faut rien changer avant 1 an… », « Il faut prendre le temps de découvrir… », « Il ne faut pas brusquer les habitudes… ». Le sous-entendu est le suivant : essayer de se faire « accepter » pour ensuite changer doucement certaines choses… Il est utile de donner quelques pistes et de « libérer » le pasteur d’un poids parfois difficile à gérer.

Quand un prêtre fraichement ordonné ou jeune curé arrive dans ses nouvelles paroisses, il est précédé par une histoire et découvre les personnes impliquées dans les oeuvres. Dans la plupart des cas, des « laïcs engagés » souhaitent ardemment fonctionner « comme on a toujours fait ». Il faut constater que, dans de nombreux diocèses, le jeune clergé est assez classique et que beaucoup de fidèles sont généreux mais déformés par des dizaines d’années de pastorale progressiste. Dans ce climat, les tensions surgissent inévitablement face au « col romain », à la célébration de la Messe et à la manière de donner le catéchisme (et non pas de faire la catéchèse…). Le prêtre doit parfois se justifier d’être tout simplement fidèle à ce que l’Eglise demande. Mais comment le faire comprendre quand des laïcs enragés, véritables dictateurs locaux, confondent leurs propres idées (envies) avec le Saint-Esprit ?

Dès lors, il n’y a que 2 solutions : Renoncer ou changer…

EN SAVOIR + http://liturgieromaine.blogspot.ca/

 

FACE À LA NOUVELLE ACADÉMIE PONTIFICALE POUR LA VIE DU PAPE FRANCOIS,  UNE « ACADÉMIE JEAN-PAUL-II POUR LA VIE HUMAINE ET LA FAMILLE »
De Nicolas Senèze sur le site du journal La Croix (3/11) :

Des opposants au pape François lancent une contre-Académie pour la vie

Contestant la nouvelle orientation que le pape François entend donner à l’Académie pontificale pour la vie, d’anciens membres ont fondé un autre organisme placé sous le patronage de Jean-Paul II.

D’ex-membres de l’Académie pontificale pour la vie, qui n’avaient été reconduits lors de son remodelage par le pape François, ont annoncé, samedi 28 octobre à Rome, la constitution d’une Académie Jean-Paul-II pour la vie humaine et la famille.

Ses fondateurs, dont certains étaient membres à vie de l’Académie pontificale pour la vie avant sa refonte par François, s’estiment en outre toujours tenus par le serment de fidélité à la doctrine catholique qu’ils ont prêté au moment de leur entrée en fonction. Ils se définissent comme « pleinement fidèles à l’authentique magistère et à la doctrine pérenne de l’Église catholique ».

À LIRE : Le pape François réforme l’Académie pontificale pour la vie

Se réclamant de l’enseignement de saint Jean-Paul II, fondateur de l’Académie pontificale pour la vie, ils contestent la nouvelle orientation que le pape actuel lui a donnée, ainsi qu’à l’Institut Jean-Paul-II pour la famille, historiquement lié à l’Académie.

« On entend ces jours-ci de nombreuses voix clamant que la situation actuelle de la société humaine a si profondément changé que de nombreuses actions qui étaient considérées comme intrinsèquement mauvaises ou gravement peccamineuses par Familiaris consortio ou Humanae vitae ne peuvent plus être désignées ainsi », regrettent-ils notamment dans un manifeste.

Organisation « indépendante » de l’Église

Le premier président de cette Académie est le théologien allemand Josef Seifert dont la critique d’Amoris laetitia vient d’être récemment contredite par le philosophe Rocco Buttiglione, spécialiste de la pensée de Jean-Paul II, dont l’ouvrage vient d’être préfacé par le cardinal Gerhard Müller.

EN SAVOIR + http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/11/04/face-a-la-nouvelle-academie-pontificale-pour-la-vie-du-pape-5995829.html

 

RÉFLEXIONS AUTOUR LA PRÉSENCE DE REPRÉSENTANTS DE L’ÉGLISE AUX RENCONTRES 2012 DE L’UOIF

Publié par Christian Mira le dimanche 6 mai 2012 sur le site de Notre Dame de Kabilie.

J’écrirais, personnellement, « trahis par nos évêques »

Les rencontres annuelles 2012 des musulmans de France, organisées par l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), ont été marquées par une « première »: la participation de deux représentants de l’Église de France, Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry-Corbeil-Essonnes, président du Conseil pour les Relations Interreligieuses (CRI), et le père Christophe Roucou, responsable du Service des Relations avec l’Islam (SRI). Le CRI et le SRI sont deux organismes de la Conférence des évêques de France. L’objet de cet article est de présenter, dans une première partie, les déclarations de Mgr Dubost (avec quelques commentaires), faites avant et après la table ronde de ces rencontres, intitulée « le dialogue intellectuel et culturel : un préalable pour un changement durable »). Dans ces déclarations le président du CRI justifie sa présence, en jugeant que la stigmatisation des musulmans en France s’amplifie. Le thème de la table ronde laissait cependant supposer que la question des persécutions anti chrétiennes, l’un des facteurs évidents de stigmatisation, serait abordée. Ceci ne semble pas avoir été le cas. Un deuxième paragraphe concerne quelques réflexions et questions engendrées par la présence de représentants de l’Église à ces rencontres. La troisième partie traite du contenu d’un document (« Faut-il avoir peur de l’islam ») des éditions Bayard, publié en collaboration avec le SRI, peu avant les rencontres de 2012. A propos de la présence de représentants de l’Église, le dernier paragraphe situe le contexte général lié à l’actualité religieuse et politique du moment, dont l’offensive de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) pour inscrire dans le droit international une interdiction mondiale de tout examen critique de l’islam et de la charia.
EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/5912/reflexions-autour-la-presence-de-representants-de-leglise-aux-rencontres-2012-de-luoif/

 

POLÉMIQUE AUTOUR D’ASSISE III

publié dans nouvelles de chrétienté le 5 octobre 2011

Trois prêtres donnent leur avis sur la prochaine réunion d’Assie, le 27 octobre 2011.

A-Tout d’abord M l’abbé de Cacqueray, supérieur du district de France, dans un  texte qui aurait reçu l’aval de son supérieur général, Mgr Fellay. C’est une condamnation sans appel d’Assise III.

B- M l’abbé de Tanoüarn de l’IBP lui répond dans son Blog, le 12 septembre. Il en prend la défense et cite des textes de Benoît XVI. Il laisse entendre que l’esprit d’Assise I ( celui de JP II) ne serait  pas celui de Assise III (Benoît XVI

C- M l’abbé de la Roque, prieur du Prieuré de Nantes de la FSSPX, lui répond . sur « La porte Latine », le site officiel du District de France. Il condamne, lui aussi, sans appel, les explications de M l’abbé de Tanoüarn.

D- M l’abbé de Tanôüarn lui répond, de nouveau dans son blog, du .29 septembre 2011, avec amabilité. Les points de vue s’opposent, mais ici, avec plus de courtoisie.

E- M l’abbé de Cacqeray lance un appel solennel contre Assise III et parle de « péché public ». M l’abbé de Tanoüarn lui répond fortement.

Tous ces textes sont intéressants à conserver pour étude attentive. Voilà la raison de leur publication sur mon site Item.

EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/5188/polemique-autour-dassise-iii/

 

 

3-0 ŒCUMÉNISME

 

 DÉCLARATION COMMUNE DE LA FÉDÉRATION LUTHÉRIENNE MONDIALE ET DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE

« Nous reconnaissons que, si le passé ne peut être changé, son influence sur nous aujourd’hui peut être transformée pour devenir l’impulsion d’une communion croissante et un signe d’espérance pour le monde qui doit surmonter la division et la fragmentation. » C’est ce qu’affirme une Déclaration commune de la Fédération luthérienne mondiale et du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, publiée le 31 octobre 2017, pour la conclusion de l’année de commémoration conjointe de la Réforme.

Luthériens et catholiques se disent « profondément reconnaissants » du chemin œcuménique parcouru ensemble durant les cinquante dernières années. Parmi les « bénédictions » de cette année de commémoration, ils soulignent « le fait que pour la première fois luthériens et les catholiques ont considéré la Réforme dans une perspective œcuménique ». Une fois encore, affirment-ils, « il apparaît clairement que ce que nous avons en commun est bien plus grand que ce qui nous divise encore ».

La déclaration se conclut par un engagement : « Nous nous engageons à continuer à cheminer ensemble, guidés par l’Esprit de Dieu, vers la plus grande unité selon la volonté de notre Seigneur Jésus Christ. Avec l’aide de Dieu, nous désirons discerner par la prière notre compréhension de l’Église, de l’Eucharistie et du Ministère, en quête d’un consensus substantiel pour aplanir les différences subsistantes entre nous. »

EN SAVOIR + https://fr.zenit.org/articles/500-ans-de-la-reforme-le-passe-peut-devenir-limpulsion-dune-communion-croissante/

 

 

4-0 LITURGIE

 

TRADUCTIONS LITURGIQUES: ET SI ON FAISAIT CONFIANCE À NOS ÉVÊQUES?
 Un prêtre belge, ordonné depuis une quinzaine d'années, nous envoie cet autre point de vue sur la question de la libéralisation des traductions liturgiques.
"Cher ami,
 Je peux comprendre que le Vatican laisse le soin aux conférences épiscopales de réaliser elles-même leurs traductions. De fait, elles sont sans doute infiniment plus compétentes que l'obscur petit abbé ou monseigneur qui est obligé d'être engagé au Vatican dans ce rôle.  Vu le nombre de langues différentes, ce doit être un véritable casse-tête!
 Si l'Esprit Saint est à l'oeuvre, alors Il doit l'être tout autant à travers la conférence épiscopale que le prêtre/monseigneur du Vatican me semble-t-il. 
 Les abus n'ont pas manqué, même avec le contrôle du Vatican. Il est légitime de penser qu'il y en aura encore. De là à dire qu'il y en aura plus... En revanche, je suppose que le Vatican est toujours compétent pour interpeller les conférences épiscopales lorsque la traduction semble être objectivement en décalage total avec l'esprit et la lettre du texte original.
 Bref, est-ce un rejet de responsabilité ou, une invitation à plus de responsabilités? Le Pape essaye depuis le début de conscientiser les prêtres et les évêques, en dénonçant sans cesse leurs manquements mais également en rappelant et soulignant le caractère sacré de leur mission, de l'importance de leur vocation pour l'Eglise et le monde. Je vois donc, d'un regard non-expert, cette démarche, plutôt dans ce sens.
 C'est peut-être une folie, lorsque, de près, on voit que certains prêtres et évêques font n'importe quoi... on se dit alors : "heureusement, il y a le Vatican"!  Et maintenant que le Vatican rappelle aux prêtres et aux évêques la gravité de leur mission, cela peut effectivement faire très peur à ceux qui sont sur le terrain (comme nous) et qui s'exclament : "il est fou, il donne des perles à des pourceaux!"
 Pourtant, je ne peux m'empêcher de penser que si le Seigneur a voulu qu'il soit le Pape de ce temps, ce n'est pas pour rien et je ne peux pas non plus m'empêcher de penser que, même si cela semble être une folie, sa démarche est juste, voulue et bénie par le Seigneur. Saurons-nous être à la hauteur de notre vocation? Répondre pour les autres, ce n'est pas juste... nous ne pouvons répondre que pour nous."
http://www.diakonos.be/settimo-cielo/un-theologien-ecrit-au-pape-cest-le-chaos-dans-leglise-et-vous-en-etes-une-des-causes/


HOMMAGE VIBRANT DU CARDINAL SARAH AU GRÉGORIEN ET À LA LITURGIE
Pour le Jubilé d'or à Praglia (Italie) fêtant les 50 ans de fondation de l'Association Saint-Benoit Patron de l'Europe, le Cardinal Robert Sarah a rappelé le lien étroit entre les racines chrétiennes de l'Europe et la liturgie. Dans son propos, le cardinal a rappelé la place importante du latin et du grégorien, chez les bénédictins, mais aussi chez tous les catholiques. Il voit en effet dans ces deux composants la matrice de la liturgie. Pour le cardianl Sarah, le grégorien en tant que chant liturgique par excellence, est le plus à même de faire le lien entre le monde visible et invisible et ainsi de nous permettre de rentrer dans l'extase chrétienne, seule vraie extase, possible uniquement, dit-il, en présence de la croix. 

Message à l’Association Saint-Benoît Patron de l’Europe à l’occasion de son Jubilé d’or (50 ans de fondation)

Je suis heureux de saluer toutes les personnes, originaires de divers pays européens, qui participent au Congrès de l’Association Saint Benoît Patron de l’Europe, dans cette magnifique abbaye bénédictine de Praglia, à l’occasion de son Jubilé d’or. En effet, c’est en 1967, il y a tout juste cinquante ans, que votre Association a été fondée à la suite de la proclamation, par le Bienheureux Pape Paul VI, de saint Benoît de Nursie, le « Père » du monachisme en Occident, Saint Patron de l’Europe, le 24 octobre 1964 (1). Les fondateurs de votre Association s’étaient sentis particulièrement concernés par l’appel lancé par le Souverain Pontife depuis l’abbaye du Mont Cassin, symbole du déchirement, puis de la réconciliation des nations qui constituent l’Europe: « Notre vieille société », avait dit Paul VI, « a tellement besoin de puiser dans ses racines chrétiennes une vigueur et une splendeur nouvelles, dont elle est redevable en si grande partie à saint Benoît qui les a alimentées de son esprit » (2), L’objectif principal de l’Association Saint-Benoît Patron de l ‘Europe consiste donc à promouvoir et à diffuser la culture chrétienne dans une Europe spirituellement unie par la foi en Jésus Christ, Rédempteur de l’humanité. Il n’est donc pas étonnant que, dès les premières heures de la vie de votre Association, le Très Révérend Père Abbé de Notre-Dame de Fontgombault, Dom Jean Roy, vous ait assuré de son soutien spirituel et de sa protection paternelle, une résolution courageuse et une attitude bienveillante, qui ne se sont jamais démenties par la suite sous ses successeurs: le Père Abbé émérite Dom Antoine Forgeot, qui honora de sa présence toutes vos rencontres importantes, et maintenant le

EN SAVOIR + http://www.hommenouveau.fr/2320/religion/hommage-vibrant-du-cardinal-sarah-au-gregorien-et-a-la-liturgie.htm

 

 

5-0 SPIRITUALITÉ

 

MEDJUGORJE : LE VATICAN VEUT PRIVILÉGIER UNE EXPÉRIENCE DE FOI

Ecoute de la Parole de Dieu, sacrements
Medjugorje (Bosnie Herzégovine), église Saint-Jacques © Wikimedia commons/Mariusz Musiał

Le Vatican souhaite que les fidèles se rendant à Medjugorje (Bosnie Herzégovine) y vivent « une expérience de foi authentique ». C’est en ces termes que le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin a expliqué la nomination par le pape François, le 11 février 2017, d’un « envoyé spécial du Saint-Siège » après les conclusions de l’enquête sur les phénomènes d’apparitions mariales présumées en ce lieu.

En visite en Croatie du 29 au 31 octobre, le « numéro 2 » du Vatican a précisé que si l’enquête – entre les mains du pape – avait étudié la dimension « surnaturelle » ou non des événements, restait aujourd’hui la question du « soin pastoral » des pèlerins.

Dans des propos rapportés par l’agence catholique italienne SIR, le cardinal Parolin a affirmé que la volonté du Saint-Siège était de « réguler le phénomène afin que les fidèles qui y vont puissent écouter la Parole de Dieu, célébrer les sacrements et vivre une expérience de foi authentique ».

L’envoyé du pape François, dont la mission devait durer quelques mois, était Mgr Henryk Hoser, archevêque de Varsovie-Praga en Pologne. Mgr Hoser, précisait un communiqué du Saint-Siège au moment de la nomination, devait « acquérir des connaissances approfondies sur la situation pastorale de cette réalité et surtout sur les besoins des fidèles qui s’y rendent en pèlerinage et, sur cette base, suggérer d’éventuelles initiatives pastorales pour l’avenir ».

En 2010, le pape Benoît XVI avait créé une Commission d’enquête internationale, au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi. La responsabilité de statuer sur ces apparitions présumées qui auraient commencé en 1981, passait ainsi de la juridiction de l’évêque local à celle de la congrégation romaine. En juin 2015, le pape François a annoncé lui-même, lors d’une conférence de presse de retour de Sarajevo, que les conclusions de l’enquête lui avaient été récemment remises.
https://fr.zenit.org/articles/medjugorje-le-vatican-veut-privilegier-une-experience-de-foi/


L’ASSOMPTION, UN DOGME TOUT DE LUMIÈRE !
Nous catholiques sommes attachés à fêter notre Mère, déjà participante de la joie du Ciel. Mais ce n’est pas seulement une question de sentiment, c’est une vérité bien établie, fondée en tradition, qui jette un jour très inattendu sur toute notre vie future auprès de Dieu, et qui éclaire en même temps notre chemin présent.

Le dernier voyage de Marie. L’Assomption est à bien distinguer de l’Ascension, même si, dans les deux cas, il s’agit d’aller au Ciel ! Avec l’Assomption, c’est Marie, la mère de Jésus, qui monte vers les célestes demeures, tandis que Jésus a connu antérieurement une Ascension qui nous est racontée dans les Évangiles (Marc XVI, 19 ; Luc XXIV, 50-53) et les Actes des Apôtres (I, 9-11). L’Assomption n’est pas rapportée dans le Nouveau Testament, tout au plus des allusions (Apocalypse XII, 1-17) ; mais elle est connue grâce à un texte reçu très anciennement dans toutes les Églises, le Transitus Mariæ (ou voyage de la sainte Vierge Marie). Il montre Marie s’éteignant dans la paix à Jérusalem sur le mont Sion, les Apôtres se rassemblant autour d’elle pour faire le service funèbre et l’emmener dans la vallée du Cédron où une tombe neuve l’attend. C’est là que Jésus vient en personne prendre charge de sa Mère qu’il élève au Ciel corps et âme 
[1].

L’Assomption et la Dormition. L’Orient et l’Occident chrétiens ont eu des approches différentes de ce mystère que les Grecs appellent « Koïmèsis » (traduit par Dormition), tandis que les latins ont plus mis l’accent sur la deuxième phase du processus : sa montée en gloire. Le pape Pie XII, qui a fait entrer l’Assomption dans le concert des vérités de foi professées par l’Église catholique (Constitution apostolique Munificentissimus, 1er novembre 1950), n’a pas voulu préciser le mode de la glorification de Marie : est-elle morte et ressuscitée comme Jésus ? Ou a-t-elle directement rejoint le Ciel, sans passer par la mort, comme on l’a pensé au Moyen Âge ? L’Assomption, avec ou sans Dormition, est donc la conclusion nécessaire de la vie de la Vierge Marie
EN SAVOIR + http://mailchi.mp/mariedenazareth/lassomption-un-dogme-tout-de-lumiere?e=36a29f6496

 

 

 

 

SAINT CHARLES BORROMÉE

Extrait d’un article de Sandro Magister sur les Mémoires de Mgr Giacomo Biffi, le 16 novembre 2010 :

Pour montrer que Dieu "peut toujours renverser en faveur des croyants les situations qui paraissent les plus désespérées", Biffi donne deux exemples.

Le premier est la nomination d’Ambroise comme évêque de Milan, en 374 :

"Après les vingt années d’épiscopat d’Auxence, qui était un homme à la foi polluée, un protégé de l’impératrice arienne Justine et un instrument docile des empiétements de la cour dans la vie de la 'nation sainte', personne n’aurait parié, humainement parlant, un sou sur la renaissance du catholicisme milanais. Mais Ambroise vint et tout changea. 'Après la mort tardive d’Auxence – écrit saint Jérôme dans son 'Chronicon' – Ambroise devint évêque de Milan et l’Italie tout entière revint à la vraie foi."

Le second exemple est l'arrivée de Charles Borromée à la tête du diocèse, en 1566 :

"Dans la seconde partie du XVIe siècle, après la longue période d’indisponibilité “de facto” des pasteurs qui avaient été nommés (avec, entre autres, l’épiscopat des deux prélats mondains de Ferrare, Hippolyte Ier et Hippolyte II d’Este), personne ne pouvait décemment espérer une renaissance de la chrétienté ambrosienne. Mais Charles Borromée, un cardinal âgé de vingt-sept ans, arriva en 1566 et la véritable 'Réforme catholique' commença."

Commentaire de Biffi :

"Dans un cas comme dans l’autre, le 'miracle' a été accompli en utilisant les comportements erronés des hommes. Le choix d’Ambroise, fonctionnaire impérial loyal et habile, comme évêque faisait partie des plans de Valentinien Ier pour augmenter son ingérence politique dans la vie de l’Église. La carrière de Charles Borromée trouvait son origine dans le déplorable népotisme du pape Pie IV, qui était le frère de sa mère.

"C’est, encore une fois, le signe de l’humour de Dieu, qui s’amuse à faire sortir le bien du mal. Comme on le voit, même dans les situations les plus déprimantes, le peuple des croyants peut toujours regarder vers le haut, prier en toute sérénité et espérer."

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/11/03/saint-charles-borromee-5995676.html
EN SAVOIR + http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/134558275af.html?fr=y

 

LES EMBARRASSANTS MÉMOIRES DU CARDINAL BIFFI

La nouvelle édition de son autobiographie sort en librairie. Elle comporte cent pages supplémentaires et bon nombre de surprises: à propos de l'après-concile, des juifs, de la femme, de la chasteté, de l'homosexualité. En voici un avant-goût
par Sandro Magister
ROME, le 16 novembre 2010 – Dans deux jours, on trouvera dans les librairies italiennes la nouvelle édition, augmentée, des mémoires du cardinal Giacomo Biffi, 82 ans, milanais, archevêque de Bologne de 1984 à 2003.
La première édition, publiée en 2007, avait provoqué de nombreuses réactions. Et pendant le Carême de cette même année, Benoît XVI avait demandé à Biffi de prêcher les exercices spirituels au Vatican.
Ce qui avait frappé dans cette première édition, c’est les jugements par lesquels le cardinal critiquait l'ingénuité de Jean XXIII, les fruits négatifs du concile Vatican II, les silences sur le communisme, les "mea culpa" de Jean-Paul II et bien d’autres choses encore.
Il est certain que cette nouvelle édition va également faire du bruit. Ayant réexaminé sa vie, Biffi a ajouté de nouveaux chapitres et de nouvelles réflexions. Toujours dans son style piquant, ironique, anticonformiste.
Il y a une centaine de pages supplémentaires, dont sont tirés les trois extraits présentés ci-dessous en avant-première : sur les aberrations de l’après-concile, sur l’Église et les juifs, sur l'idéologie de l'homosexualité.
CONCILE ET "APRÈS-CONCILE" (pp. 191-194)
UN CARDINAL ET UN PAPE PRENNENT LA DÉFENSE DES JUIFS (pp. 360-362)
L'IDÉOLOGIE DE L'HOMOSEXUALITÉ (pp. 609-612)

EN SAVOIR + http://chiesa.espresso.repubblica.it/articolo/134558275af.html?fr=y

 

MGR REY : LA VIEILLESSE EST UN NAUFRAGE, MAIS VERS UNE TERRE PROMISE

En cette période de la Toussaint, Mgr Rey, évêque du diocèse Fréjus-Toulon répond aux questions existentielles autour de la vieillesse, de la fin de vie et de la mort.

“Le temps de la vieillesse est le temps de la relecture de ce qu’a été notre vie. Il y a dans la vieillesse une approche de la mort et, en même temps, une sagesse de vie. C’est la dernière étape de la vie.

Elle commence quand on s’aperçoit que c’est la dernière étape” et, à la célèbre formule reprise par De Gaulle, Mgr Rey ajoute sa vision ” la vieillesse est un naufrage mais vers une terre promise”.

Quand à la notion de “mourir dans la dignité” il assure : “c’est d’abord mourir dans la vérité. On peut se cacher son vieillissement par des tas de cosmétiques en tentant de rester toujours jeune mais la vérité c’est d’accepter de suivre ce que la vie nous donne de vivre”.

“Ce n’est pas parce que nous sommes chrétiens que la douleur nous épargne mais on lui donne un sens. La souffrance pour la souffrance n’a pas de sens c’est pourquoi l’église promeut les soins palliatifs”, affirme Mgr Rey.

EN SAVOIR + http://www.varmatin.com/vie-locale/mourir-dans-la-dignite-cest-mourir-dans-la-verite-assure-mgr-rey-eveque-du-diocese-de-frejus-toulon-a-la-veille-de-la-toussaint-179985


GABRIEL RINGLET: "J'EN SUIS CONVAINCU: LES MORTS CHEMINENT AVEC NOUS"
Journaliste, curé de paroisse, vice-recteur de l'UCL,… Gabriel Ringlet a vécu plusieurs vies en une seule. Francis Van de Woestyne l'a rencontré pour recueillir ses "Etats d'âme", ceux d'un homme qui s'est beaucoup interrogé sur la mort et s’investit aujourd'hui intensément dans l’accompagnement en fin de vie. Et qui affirme: "J'en suis convaincu: les morts cheminent avec nous".
http://ipm.lalibre.be/optiext/optiextension.dll?ID=TknzkzhBii%2Bx_AyG9fXDEZWrDqWDbyVzZcsLpIgUD218PxWh%2BZoHEGaexLkxCf8Lr7Ebu9iVimvE8Bqy1FX7E8veC7

 

MEDJUGORJE : LE VATICAN VEUT PRIVILÉGIER UNE EXPÉRIENCE DE FOI

Ecoute de la Parole de Dieu, sacrements
Le Vatican souhaite que les fidèles se rendant à Medjugorje (Bosnie Herzégovine) y vivent « une expérience de foi authentique ». C’est en ces termes que le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin a expliqué la nomination par le pape François, le 11 février 2017, d’un « envoyé spécial du Saint-Siège » après les conclusions de l’enquête sur les phénomènes d’apparitions mariales présumées en ce lieu.

En visite en Croatie du 29 au 31 octobre, le « numéro 2 » du Vatican a précisé que si l’enquête – entre les mains du pape – avait étudié la dimension « surnaturelle » ou non des événements, restait aujourd’hui la question du « soin pastoral » des pèlerins.

Dans des propos rapportés par l’agence catholique italienne SIR, le cardinal Parolin a affirmé que la volonté du Saint-Siège était de « réguler le phénomène afin que les fidèles qui y vont puissent écouter la Parole de Dieu, célébrer les sacrements et vivre une expérience de foi authentique ».

L’envoyé du pape François, dont la mission devait durer quelques mois, était Mgr Henryk Hoser, archevêque de Varsovie-Praga en Pologne. Mgr Hoser, précisait un communiqué du Saint-Siège au moment de la nomination, devait « acquérir des connaissances approfondies sur la situation pastorale de cette réalité et surtout sur les besoins des fidèles qui s’y rendent en pèlerinage et, sur cette base, suggérer d’éventuelles initiatives pastorales pour l’avenir ».

En 2010, le pape Benoît XVI avait créé une Commission d’enquête internationale, au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi. La responsabilité de statuer sur ces apparitions présumées qui auraient commencé en 1981, passait ainsi de la juridiction de l’évêque local à celle de la congrégation romaine. En juin 2015, le pape François a annoncé lui-même, lors d’une conférence de presse de retour de Sarajevo, que les conclusions de l’enquête lui avaient été récemment remises.

https://fr.zenit.org/articles/medjugorje-le-vatican-veut-privilegier-une-experience-de-foi/`

 

 

6-0 ÉTHIQUE

 

SEXISME ET ÉCRITURE INCLUSIVE : LE MASCULIN DOIT-IL FORCÉMENT L'EMPORTER SUR LE FÉMININ ?
Faut-il écrire "le" ou "la" ministre ? Le débat est vieux mais n'est toujours pas tranché. François Reynaert, journaliste à l’Obs, nous explique comment le sexisme s’immisce aussi dans la langue depuis de nombreuses années. Il y a toujours eu les partisans du changement et les opposants. Depuis quelques temps, l’écriture inclusive a fait son apparition pour mieux représenter les femmes dans la langue. Mais encore une fois, elle ne fait l’unanimité. Explications.
VIDÉO
EN SAVOIR + http://tempsreel.nouvelobs.com/videos/vxkm0v.DGT/sexisme-et-ecriture-inclusive-le-masculin-doit-il-forcement-l-emporter-sur-le-feminin.html

 

DES EX-COLLABORATRICES POLITIQUES TÉMOIGNENT: "TOUS LES VIEUX POLITICIENS ONT UNE RÉPUTATION DE GROS DÉGUEU"
La scène se déroule il y a quelques semaines, juste après une conférence de presse gouvernementale. Le porte-parole d’un des ministres discute "en off" avec quelques journalistes. Il aperçoit alors une jeune technicienne du cabinet où il travaille. Collaboratrice fraîchement engagée, elle se tient à distance, ne sachant pas s’il est de bon ton qu’elle s’adresse à des journalistes toujours avides d’informations politiques. Le porte-parole l’interpelle alors à haute voix : "Ah, viens ici, je ne t’ai pas encore baisée aujourd’hui !" La jeune femme, mal à l’aise, n’a pu qu’esquisser un sourire intimidé à la suite de cette phrase à double sens venant d’un personnage influent de son environnement de travail.
http://www.lalibre.be/actu/belgique/des-ex-collaboratrices-politiques-temoignent-tous-les-vieux-politiciens-ont-une-reputation-de-gros-degueu-59f0d6f7cd70ccab36b67f01?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=aZV6uSzzXItLn2VOZFJl_TL4KJqI9SloLhEjZkpa0vN0z865Inac1x4q4KXD4704eD4iRdFqo%2BF9Z0%2BLn6PlbEScziXmar&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_Copie+de+2017-08-05+-+LLB+Num%C3%A9rique+%2B+S%C3%A9rie+Lieux+insolites_&M_BT=137532555155

 

"ÇA RESTE LÀ, ON N’OUBLIE JAMAIS" : LEUR VIE APRÈS AVOIR DIT STOP AU HARCÈLEMENT SEXUEL
Elles ont eu le courage de dénoncer leur harceleur. Elles racontent la peur des représailles, les séquelles psychologiques, le manque de soutien… Un parcours du combattant.

Cécile Deffontaines

D’abord, elle a perdu la santé. Puis son travail. "Je suis devenue spasmophile, agoraphobe. Je faisais des crises d’angoisse. Ça devenait compliqué d’aller au boulot. J’ai été arrêtée", raconte Florence, 35 ans, qui travaillait dans une herboristerie, à Lyon, en 2011. Cette fille très nature vivait de sa passion pour les plantes, à concocter des tisanes, à expliquer aux clients les secrets des huiles essentielles. Elle a tout redémarré de zéro. Exit son métier, son compagnon, sa région.

"J’ai eu besoin de tourner une page. Mais ça reste là. On n’oublie jamais."

Deux ans d’arrêt maladie, un licenciement, un recours en justice, la peur au ventre : voilà ce qui arrive quand on dénonce, comme elle, un collègue ou un supérieur pour harcèlement sexuel. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #balancetonporc connaît un succès si foudroyant, ces dernières semaines, que, soudain, tout a l’air simple : il suffirait de parler ! Mais celles qui ont "balancé leur porc" dans la vraie vie, qui ont porté plainte, qui se sont retrouvées devant les tribunaux, savent qu’il n’en est rien. La "vie d’après" est un long chemin de larmes jusqu’à la résilience.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20171102.OBS6827/ca-reste-la-on-n-oublie-jamais-leur-vie-apres-avoir-dit-stop-au-harcelement-sexuel.html#xtor=EPR-1-[ObsActu8h]-20171104

 

L’ASSOCIATION MÉDICALE MONDIALE TOUJOURS FERMEMENT OPPOSÉE À L’EUTHANASIE ET AU SUICIDE ASSISTÉ
L’Association Médicale Mondiale (WMA) ainsi que ses associations médicales nationales membres, dont l’Australian Medical Association, ont de nouveau fortement exprimé leur opposition ferme au suicide assisté et à l’euthanasie pratiquées par un médecin, considérant cette pratique « immorale dans le cadre de la médecine ».

Cette déclaration intervient alors que la Chambre haute victorienne, en Australie, doit se prononcer sur la proposition de loi sur l’euthanasie, votée par la Chambre basse. La WMA demande que cette loi soit rejetée.

En citant sa déclaration, la WMA rappelle que « le suicide assisté par un médecin, comme l’euthanasie, est contraire à l’éthique et doit être condamné par la profession médicale. Lorsque l’assistance du médecin vise délibérément et intentionnellement à mettre un terme à la vie d’une personne, le médecin pose un acte immoral ».

Alors que l’euthanasie est légale dans certains pays, « la WMA réaffirme sa ferme conviction que l’euthanasie est en conflit avec les principes éthiques fondamentaux de la pratique médicale et encourage vivement toutes les associations médicales nationales et les médecins à s’abstenir de participer à l’euthanasie, même si la législation nationale le permet ou la dépénalise dans certaines conditions ».
EN SAVOIR + http://www.genethique.org/fr/lassociation-medicale-mondiale-toujours-fermement-opposee-leuthanasie-et-au-suicide-assiste-68489#.Wf3XJoWcHDf

 

ONU : LA DÉFINITION DU DROIT À LA VIE EN DÉBAT
Le Comité des droits de l’homme de l’ONU révise actuellement la définition du « droit à la vie » en droit international, par le biais de sa mission d’interprétation des dispositions du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Au mois de septembre, l’European Centre for Law and Justice s’alarmait de cette révision vue comme un moyen pour « imposer à tous les Etats la légalisation de l’avortement, du suicide assisté et de l’euthanasie au nom même du droit à la vie » (cf.
A l’ONU, une nouvelle définition partiale du « droit à la vie »). Le 1er novembre, la discussion a repris et six des dix-huit experts membres du comité se sont exprimés, dont cinq en faveur de l’avortement. Selon l’ECLJ, « le français Olivier de Frouville et l’américaine Sarah Cleveland se sont montrés les plus ardents promoteurs d’un large droit à l’avortement, insistant sur la nécessité d’imposer la décriminalisation de l’avortement et d’en garantir un accès peu cher », envisageant d’« aller plus loin que le texte d’origine ». L’experte allemande, Madame Seibert-Fohr est la seule à s’être opposée à cette « offensive pro-avortement », « rappelant que l’article 6 du Pacte est censé garantir le droit à la vie » et que le « Comité ne peut prétendre énoncer une interprétation universelle du droit à la vie en outrepassant celle des juridictions régionales, en particulier la Cour européenne des droits de l’homme ».
EN SAVOIR + http://www.genethique.org/fr/onu-la-definition-du-droit-la-vie-en-debat-68496.html#.Wf3VYoWcHDc

 

PLOËRMEL: LE CONSEIL D’ETAT A BIEN FAIT DE SE PRONONCER CONTRE LA CROIX

Par Régis de Castelnau
Au regard de la loi sur la laïcité, le Conseil d’Etat ne pouvait pas laisser en place la croix de Ploërmel. A l’heure de lutter contre l’islamisme, il n’est de toute façon pas souhaitable de faire des « accommodements raisonnables ».

Le Conseil d’État, vient une nouvelle fois de prendre une décision qui a suscité une certaine émotion chez les catholiques. Par un arrêt en date du 25 octobre dernier, il a donné injonction à la commune de Ploërmel de retirer la croix installée au-dessus d’une statue du pape Jean-Paul II. En ces temps de combats furieux sur les questions de laïcité, la décision a été perçue, à la fois comme une injustice mais aussi comme une avanie par une communauté catholique qui se sent maltraitée au regard des complaisances dont bénéficie incontestablement l’islam intégriste. On a donc vu fleurir un tas de commentaires courroucés dans les médias, et les réseaux ont pris le relais avec, comme d’habitude, le hashtag qui tue. Cette fois-ci ce sera #montretacroix pour accompagner un déferlement de photos et de commentaires marqués par la plus grande confusion.
Sur Causeur.fr, mon confrère et collègue Pierrick Gardien a, en termes sévères, critiqué la décision de la haute juridiction, la trouvant « pour le moins discutable » et se demandant si celle-ci n’avait pas à cette occasion fait du zèle. Pour ma part, je considère que le Conseil d’État ne pouvait statuer autrement. Et qu’il lui est fait là, pour une fois, une mauvaise querelle.

Revenons rapidement sur les faits tels que l’on peut les connaître aujourd’hui. Un artiste russe Zurab Tsereteli a offert à la commune de Ploërmel une statue en pied du pape Jean-Paul II. Le maire en exercice a soumis au conseil municipal, « une délibération du 28 octobre 2006 qui avait exclusivement pour objet l’acceptation, par la commune, d’un don de M. R… portant sur une statue représentant le pape Jean-Paul II en vue de son installation sur la place éponyme de la commune ». C’est postérieurement qu’a été prise la décision d’installer cette statue sous une arche surmontée d’une croix. Six ans plus tard, des laïcards obtus qui, un siècle après la loi sur la séparation des Eglises et de l’État continuent à bouffer du curé, se sont réveillés et ont considéré qu’il y avait là un spectacle insupportable. Le tribunal administratif de Rennes leur a donné raison et la Cour d’appel de Nantes tort.

EN SAVOIR + https://www.causeur.fr/croix-jean-paul-conseil-etat-147526?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=a4f9f893e5-Recap_semaine_28_janvier_20171_28_2017&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-a4f9f893e5-57258861

 

LA FIN DE VIE DANS LES DÉBATS SUR LE PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

Chaque année, à l’automne, le gouvernement présente le « projet de loi de financement de la sécurité sociale » ou PLFSS,  dont l’objectif est de « maîtriser les dépenses sociales et de santé ». Il concerne des sujets très divers, allant des cotisations sociales au prix du paquet de cigarette, en passant parfois par la contraception ou la fin de vie. Rendu public le 28 septembre dernier, le PLFSS 2018 a été discuté pendant une dizaine de séance à l’Assemblée, avant d’être adopté en 1ère lecture le 31 octobre. Vendredi dernier, un amendement portant sur la fin de vie a fait débat. 

L’amendement 1157 était présenté par le député Caroline Fiat, du groupe la France insoumise. Il avait pour but de s’insérer après l’article 35 du PLFSS, qui traite de « l’instauration de diverses mesures d’expérimentation relatives à la coordination du parcours de santé, à la prise en charge de médicaments onéreux et à la pertinence des prescriptions ». Saluée pour son « montage habile » permettant d’insérer l’ « aide active à mourir » dans une discussion budgétaire,  Caroline Fiat n’a toutefois pas convaincu ses collègues. Son amendement proposait « de constituer une commission parlementaire non permanente », ayant pour mission d’évaluer « le recours aux dispositifs étrangers d’aide active à mourir dans les pays avec lesquels la sécurité sociale a établi un accord de prise en charge partielle ou totale des parcours de soins des ressortissants français ». Cette même commission, composée de membres de tout les groupes politiques aurait aussi été « chargée de recueillir les attentes des français en matière de droit à mourir dans la dignité et de proposer des modifications adéquates du droit en vigueur ». 

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a donné une réponse prudente : si « la fin de vie est un sujet extrêmement important » sur lequel « le débat ne sera jamais clos », elle estime qu’il est « évidemment trop tôt pour y revenir, surtout par voie d’amendement au PLFSS » car la loi Claeys-Leonetti est appliquée depuis moins d’un an

EN SAVOIR + http://www.genethique.org/fr/la-fin-de-vie-dans-les-debats-sur-le-projet-de-loi-de-financement-de-la-securite-sociale-68500.html#.WfxkZ4WcHDc

 

LE BIG BANG SANTÉ DU FIGARO : QUELLE MÉDECINE POUR DEMAIN ?
Le 26 octobre dernier, la Maison de la Chimie accueillait le Big Bang Santé du Figaro. Le génome, l’e-patient, les robots et l’innovation, quatre thèmes qui ont servi de contours aux interventions des  27 invités, venus de tous les horizons, qui se sont succédés lors des 19 conférences et débats. Parmi eux se trouvaient entre autres, Olivier Brandicourt, Directeur Général de Sanofi, Cédric Villani, mathématicien et député de l’Essonne, Alexandra Henrion-Caude et Axel Kahn, tous deux généticiens. Gènéthique revient sur quelques-unes de ces interventions.   

Très vite, le ton est donné. Parce qu’une simple prise de sang permet de connaître le génome du fœtus, l’arrivée du DPNI[1] inquiète le Professeur Dominique Stoppa-Lyonnet, chef de service génétique à l’Institut Curie. Elle craint son utilisation au-delà de la trisomie 21 et estime que la meilleure garantie contre l’eugénisme réside dans la capacité d’un Etat à accueillir l’enfant dans la société.  

Sur les questions liées au génome, les grands défis seront abordés : séquençage de l’ADN, médecine prédictive, Crispr-Cas 9. Interrogée sur l’opportunité d’un test génétique systématique, Alexandra Henrion-Caude a appelé à la prudence  : en matière de médecine prédictive, on est sur une science jeune. Imaginons notre ADN représenté par 3 000 romans de 500 pages chacun, à ce jour nous n’en connaissons qu’une page. Et il faut nécessairement prendre en compte l’environnement, car on ne peut pas tout faire dire à la génétique. S’il peut y avoir du bon à connaître le génome d’un patient, c’est dans la mesure où un soin va être mis en place. 

EN SAVOIR + http://www.genethique.org/fr/le-big-bang-sante-du-figaro-quelle-medecine-pour-demain-68473.html#.Wfxk3YWcHDc

UN COMMITTEE CONDEMNS UNBORN CHILDREN TO ABORTION
Dear Colleague,
It is a dark day in the world. The UN Committee on Human Rights has proclaimed the unborn child is not covered by the “right to life” in the International Covenant on Civil and Political Rights, perhaps the most important human rights treaty in history. While the committee does not have the authority to do so, it’s proclamation will have resonance around the world among radical lawyers and judges and parliamentarians. Quite simply this is a potential death knell for unborn babies. Stefano Gennarini, J.D. worked hard for months to stop this. He reports. 
Stefano also reports on the exit of the relatively new UN LGBT Czar, a very radical fellow who sought to impose radical rights on traditional peoples around the world. It is deeply regrettable that representatives of President Trump praised this man and the rapacious mission of his office. Does the Trump administration believe in traditional morality and in national sovereignty?
C-Fam not only reports on breaking UN issues but is deeply involved in how they evolve. We always need your help to keep our work going. Please go to
www.c-fam.org/donate and give to our work. Pray for us, too. As you can see, our issues need it!
https://webmail.bell.net/appsuite/#!&app=io.ox/mail&folder=default0/INBOX

 

AUX PAYS-BAS - LA CRÉATION D’EMBRYONS HUMAINS

Le nouveau ministre de la Santé, Paul Blokhuis, de l’Union chrétienne (calvinistes nationalistes) avait déjà fait savoir qu’il ne permettrait pas la création d’embryons humains pour la recherche, ni l’élargissement de l’euthanasie aux personnes âgées fatiguées de vivre. Il vient de retirer le projet de loi préparé par le gouvernement précédent visant à autoriser les médecins de ville à pratiquer l’avortement médicamenteux.

On ne peut que saluer le courage du ministre, même si son combat ne peut que se situer à la marge, dans un pays où règne la dictature de la culture de mort, dont sont partisans la majorité de ses collègues au gouvernement…

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/11/02/au-pays-bas-5995337.html

 

TRISOMIE 21 : TÉMOIGNAGE SAISISSANT DE FRANK STEPHENS DEVANT LE CONGRÈS AMÉRICAIN

Le Congrès américain a auditionné ce jeune homme trisomique fin octobre.  Acteur et athlète, il plaidait pour un financement de la recherche sur cette maladie chromosomique plutôt que l’élimination des fœtus diagnostiqués porteurs avant la naissance.

BFM TV a présenté un extrait de cette intervention qui a fortement marqué les parlementaires présents. « Je suis atteint de trisomie mais ma vie vaut la peine d’être vécue »
Vidéo
EN SAVOIR + http://www.alliancevita.org/2017/11/trisomie-21-temoignage-saisissant-de-frank-stephens-devant-congres-americain/

 

 

LA GPA EST UN DOUBLE ATTENTAT À LA DIGNITÉ DE LA VIE HUMAINE, AVERTIT LE SUBSTITUT DE LA SECRÉTAIRERIE D’ÉTAT DU VATICAN
Dans le « commerce méprisable » de la gestation pour autrui, « il y a en germe toutes les conditions d’un esclavage moderne », a dénoncé Mgr Angelo Becciu. Le substitut de la secrétairerie d’Etat a conclu en ces termes la troisième édition du Chemin de croix « pour les femmes crucifiées » organisé par l’association « Communauté Pape Jean XXIII », le 7 avril 2017 à Rome.

Devant les 7000 participants à l’événement, Mgr Becciu a évoqué les « victimes de la gestation pour autrui », invitant à « rompre le mur de l’indifférence vis-à-vis de cette pratique discutée ». Une pratique qui « est en train de devenir de plus en plus un business, en passe de devenir plus rentable que celui de la prostitution », a-t-il dénoncé.

La GPA, a assuré le substitut, est « un double attentat à la dignité de la vie humaine : contre les enfants, d’une part, parce qu’ils sont condamnés à être orphelins de parents vivants ; contre les mères, de l’autre, dont le corps est instrumentalisé, loué ». « Dans la gestation pour autrui, qui ressemble toujours plus à une production d’êtres humains, a-t-il dénoncé, il y a en germe toutes les conditions d’un esclavage moderne où le corps de la femme est réduit à une marchandise, et l’enfant vu comme un produit ».

« Dans ce commerce méprisable, a-t-il mis en garde, les plus riches exploitent les plus pauvres et la culture du rebut s’entremêle avec celle de la commercialisation de tout, y compris de la vie et du corps humain, créant un mélange explosif ».

Dans le visage des femmes victimes de traite, prostitution forcée et violence, et dans « toutes les victimes de l’égoïsme humain », a souligné Mgr Becciu dans sa méditation, « nous voyons le visage de Jésus souffrant ; leur chair humiliée, blessée, rejetée, violée, est la chair du Seigneur crucifié ».

Et d’encourager à l’action : « Notre prière (…) doit se transformer en un engagement courageux afin que ces sœurs qui sont dans l’épreuve puissent sentir l’affection et la solidarité de nos communautés chrétiennes et puissent renaître à une vie nouvelle et digne, en retrouvant la liberté, droit inviolable de toute personne humaine ».

Mgr Becciu a aussi assuré que « le fils de Dieu sur le Golgotha, souffre nos angoisses pour nous ouvrir des chemins, peut-être inattendus, de résurrection ». La mort en effet « n’est pas le débouché définitif de la vie du fils de Dieu : sa souffrance lui a ouvert la glorification, dans la splendeur de la résurrection, et nous a ouvert la justification de nos péchés ».

EN SAVOIR + https://fr.zenit.org/articles/dans-la-gpa-il-y-a-en-germe-toutes-les-conditions-dun-esclavage-moderne-avertit-mgr-becciu/

 

FABRICE HADJADJ-LAURENT ALEXANDRE, LE TRANSHUMANISME EN DÉBAT
Dans une interview croisée publiée par le magazine Famille chrétienne, le philosophe Fabrice Hadjadj et le docteur Laurent Alexandre confrontent leur point de vue sur le transhumanisme : mort de la mort, intelligence artificielle, eugénisme, des sujets au cœur de l’actualité qui interrogent notre vision de l’homme et de sa dignité.

La quête de l’immortalité des transhumanistes ouvre un débat « qui ne fait que commencer », estime Laurent Alexandre, et elle « suppose une technologie très avancée : beaucoup d’informatique, d’intelligence artificielle, de nanotechnologie… ». Pour Fabrice Hadjadj, l’enjeu se situe plutôt à la naissance, car « l’immortel rompt avec ses pères, qui étaient mortels, et il ne laisse jamais la place à ses fils, puisqu’il n’y a plus de succession ». La vie est alors « une propriété que l’on conserve avec avarice ». En outre, ces immortels « finiront par se donner la mort », car « la possibilité technologique de prolonger la vie va s’accoupler avec la nécessité technologique d’y mettre fin ».

Quant à l’intelligence artificielle, le terme pose problème au philosophe : intelligence artificielle et intelligence humaine sont-elles « dans un même genre » ? « Dans quelle mesure parler d’intelligence à propos de la computation des microprocesseurs ? Cela suppose de réduire l’intelligence à une

EN SAVOIR + http://www.genethique.org/fr/fabrice-hadjadj-laurent-alexandre-le-transhumanisme-en-debat-68491.html#.Wf3VB4WcHDe

 

LEÏLA SLIMANI : "LE CORPS DES FEMMES EST UN CHAMP DE BATAILLE"
TOUS FÉMINISTES. Prix Goncourt 2016, la romancière nous livre sa vision du féminisme et la façon dont elle mène ce combat.
Grégoire Leménager

D'après vous, le regard sur les romancières a-t-il changé ces dernières années?

Oui. On a longtemps pensé que la bonne littérature devait forcément puiser dans l’histoire, la guerre, les grands dilemmes moraux. On se rend compte que la vie au foyer, l’intime, le corps sont également des sujets nobles. Non seulement ils sont nobles, mais ils ont de fortes implications sociales et économiques.

Sexe, islam, féminisme... grand entretien avec Leïla Slimani

D'autre part, je crois que la mondialisation a également fait évoluer la perception des femmes: on ne peut plus l’ignorer ce qu’on fait subir au corps des femmes. Il nous apparaît comme un champ de bataille. Chaque fois que l'on perd une bataille quelque part, cette défaite concerne toutes les femmes, parce que toutes les femmes restent menacées. C’est très net quand je parle de la vie sexuelle des Marocaines. On vient me dire un peu partout: ne lâchez pas, il faut défendre toutes les femmes, où qu’elles se trouvent.

EN SAVOIR + http://bibliobs.nouvelobs.com/tous-feministes/20171102.OBS6853/leila-slimani-le-corps-des-femmes-est-un-champ-de-bataille.html

LITTÉRATURE : LES FEMMES CONTRE-ATTAQUENT
TOUS FEMINISTES. De Virginie Despentes à Marie Darrieussecq ou Lola Lafon, elles dominent les ventes en librairies. Et sont désormais nombreuses à se dire féministes. Simple effet de mode? Pas sûr. Enquête.
Elisabeth Philippe et Amandine Schmitt

EN SAVOIR + http://bibliobs.nouvelobs.com/tous-feministes/20171027.OBS6615/litterature-les-femmes-contre-attaquent.html

 

LES ORIGINES DE LA MODERNITÉ (RÉMI BRAGUE)
Entretien : Né en 1947 à Paris. Essayiste, historien de la philosophie, spécialiste de la philosophie médiévale arabe et juive, Rémi Brague enseigne la philosophie grecque, romaine et arabe à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilian Universität de Munich. Il est membre de l’Institut universitaire de France.

Thibault Isabel : Qu’est-ce qui définit selon vous la modernité? On a invoqué bien des critères pour expliciter ce terme, comme l’esprit scientifique, l’humanisme, la sécularisation, de nouvelles valeurs morales, etc. S’il fallait tenter d’isoler la quintessence de l’«époque moderne», que resterait-il?

Rémi Brague : Effectivement, on ne manque pas de caractérisations de l’époque moderne. Chacune privilégie un facteur et fait des autres les conséquences de celui-ci. Tous ceux-ci sont d’ailleurs d’une grande ambiguïté. Qui peut dire ce que signifie précisément «esprit scientifique», «humanisme»? Et «sécularisation»? Charles Taylor a écrit sur cette dernière notion un livre énorme et disert qui, malgré pas mal de bonnes choses, laisse pourtant sur sa fin. Il y distingue plusieurs significations, trois au moins. Quant à «humanisme», j’ai moi-même essayé de mettre un peu d’ordre là-dedans en distinguant au moins quatre niveaux qui s’empilent l’un sur l’autre au cours d’une histoire millénaire, et telle que la notion ne rencontre le mot pour la nommer que pendant la toute dernière de ces quatre étapes, vers 1840. L’esprit scientifique, dans la mesure justement où il est un «esprit», est quelque chose de plus léger que les résultats bien déterminés, et toujours provisoires, de telle ou telle branche de telle ou telle science. Il n’est guère évoqué que par les gens étrangers à la pratique de la recherche ou, si certains scientifiques le nomment, c’est la plupart du temps quand ils se risquent à extrapoler en dehors de leur domaine propre.

La périodisation de l'histoire reste un découpage arbitraire

En ce qui me concerne, j’aimerais distinguer entre «époque moderne» et «modernité».
EN SAVOIR + http://www.revue-krisis.com/2017/11/les-origines-de-la-modernite-remi-brague.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+RevueKrisis+%28Revue+Krisis%29

 

NIETZSCHE, MÉDECIN DE LA MODERNITÉ - KRISIS 44 : MODERNITÉ?
Extrait : Article de Jonathan Daudey, rédacteur en chef du site
Un Philosophe consacré à la Philosophie, à la Littérature et aux Arts

Serait-ce que notre culture moderne manquerait de “philosophie” ?»[1], questionne Nietzsche. La philosophie n’est pas absente, elle est même sur-représentée, mais utilisée à mauvais escient. Ce qui manque, c’est une philosophie puissante, affirmatrice de la positivité de la vie et affirmatrice de valeurs. La foi du dernier homme en un relativisme forcené, ce nihilisme comme étendard de l’époque, marque assurément une chute, ou plutôt un effacement progressif de la philosophie au profit d’un pessimisme redoutable. Nous comprenons «le pessimisme comme première forme du nihilisme»[2], car à vrai dire «son nom devrait être remplacé par celui de nihilisme»[3]. Qui est le «dernier homme» nietzschéen? C’est précisément celui qui défend la grande trinité des -ismes: pessimisme, relativisme, nihilisme. Ces symptômes de la maladie que diagnostique Nietzsche, en tant que philosophe-médecin, décrivent le désastre dans lequel baigne le monde actuel. La «pensée» du dernier homme pourrait se résumer à dire que tout n’est que décadence, tout se vaut et rien n’a de valeur. Cette posture constitue le symptôme de «la faiblesse de personnalité qui caractérise l’époque moderne»[4]. La faiblesse nihiliste traduit l’inaptitude de l’homme moderne à s’affirmer, à prendre position, à faire valoir sa volonté de puissance. La trinité du dernier homme constitue la preuve d’une puissance amoindrie et affaiblie. Ceci entraine Nietzsche à exposer deux causes du nihilisme[5], intimement liées: l’absence d’une race d’hommes supérieurs (une forme d’aristocratie de l’humanité) et l’avènement du «troupeau», du «peuple» ou de la «masse». Ces travers viennent enfoncer l’humanité dans le nihilisme le plus féroce, provoquent la décadence de toute supériorité, de toute possibilité du surhumain.

Cette prise de position se traduit pour Nietzsche par un grand «Oui» à la vie – un dire oui et un faire oui. Il écrit à propos de La naissance de la tragédie que «ce livre est anti-pessimiste : il

EN SAVOIR + http://www.revue-krisis.com/2017/02/nietzsche-medecin-de-la-modernite-Krisis-44-modernite.html

 

 

7-0 LAICITÉ

 

A POITIERS ON N’AIME PAS NON PLUS LES CROIX

Encore une croix retirée à Poitiers, sur la future cité judiciaire. Antérieure à 1905, cette croix n’avait aucune raison d’être enlevée et vient donc prendre à contrepied l’article 28 de la loi de 1905 invoqué dans l’affaire de Ploërmel.
https://www.infocatho.fr/a-poitiers-on-naime-non-plus-croix/

 

PLOERMEL – POUR LE DIOCÈSE DE VANNES C’EST S’EN PRENDRE AU FONDEMENT D’UNE LAICITÉ ÉQUILIBRÉE

Après la déclaration du vicaire général du diocèse de Vannes, sur l’affaire de la croix de Ploërmel, une déclaration qui avait suscité bien des remouds, le diocèse publie une déclaration officielle dans laquelle il constate qu’il s’agit d’un conflit entre des libres penseurs et la mairie. Conflit dans lequel le diocèse n’est pas impliqué. En revanche, l’évêché déplore une situation qui tend à porter atteinte à une laïcité équilibrée. 

L’arrêt du Conseil d’État ordonnant le retrait de la croix qui surplombe la statue de saint Jean Paul II suscite un émoi bien compréhensible, au-delà de la population locale.

Le diocèse de Vannes n’est pas engagé dans le différend qui oppose la fédération morbihannaise de la Libre Pensée à la commune de Ploërmel. La statue de Jean Paul II n’appartient pas à l’Église ; elle a été érigée sur un lieu public, par la municipalité, à la suite d’un don fait par le sculpteur à celle-ci. Le diocèse n’est donc pas directement concerné par la décision du Conseil d’État et il ne lui appartient pas de la contester en justice.

Toutefois, l’Église ne peut que déplorer ce qui risque d’accroître la tendance à rendre toujours moins visibles les signes chrétiens dans une société qui souffre déjà d’un manque de repères. Parmi ces repères, ceux qui nous viennent de l’Histoire sont particulièrement importants parce qu’ils ont contribué à façonner notre unité dans le respect d’une diversité légitime et féconde.

Si la laïcité a su trouver en France pendant des siècles une forme équilibrée, c’est parce que les penseurs et dirigeants de notre pays ont été éclairés par Celui qui a dit : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui lui appartient. »

S’en prendre au Christ et à la Croix, c’est s’en prendre au fondement même de cette laïcité équilibrée qui permet à chacun de donner le meilleur de lui-même pour la construction d’une société apaisée.
Le diocèse apportera son aide pour trouver toute solution respectueuse de cette sagesse.

EN SAVOIR + http://www.vannes.catholique.fr/statue-de-jean-paul-ii-a-ploermel-communique-officiel-diocese-de-vannes/

 

 

NADINE MORANO LANCE UNE PÉTITION POUR INSCRIRE LES RACINES CHRÉTIENNES DE LA FRANCE DANS LA CONSTITUTION

La décision récente du Conseil d’État qui a ordonné d’enlever la croix chrétienne qui surplombe la statue de Jean-Paul II à Ploërmel en Bretagne a légitimement provoqué un vent de colère et de contestation qui balaie la France entière et dépasse nos frontières.

La laïcité ne doit pas porter atteinte à notre culture, notre histoire, nos traditions, nos valeurs, notre civilisation.

Si les racines chrétiennes de la France qui sont incontestables, étaient inscrites dans notre Constitution, cette situation grotesque de chasse aux crèches et aux croix n’aurait plus lieu d’être.

Voir texte de la pétition : La décision récente du Conseil d’État qui a ordonné d’enlever la croix chrétienne qui surplombe la statue de Jean-Paul II à Ploërmel en Bretagne a légitimement provoqué un vent de colère et de contestation qui balaie la France entière et dépasse nos frontières.

La laïcité ne doit pas porter atteinte à notre culture, notre histoire, nos traditions, nos valeurs, notre civilisation.

La loi sur la laïcité a été adoptée en 1905. Pendant 84 ans, nous avons vécu en France en harmonie avec la séparation de l’église et de l’Etat qui n’était pas au contraire au respect de notre culture et de nos traditions.

En 1989 ont commencé les premières provocations avec l’islam radical et ceux qui ont tenté d’imposer le port du voile à l’école nous obligeant à légiférer.

Ont suivi les prières de rue, les revendications communautaristes, menus de substitution, horaires différents pour les hommes et les femmes à la piscine, les médecins hommes ne pouvant plus soigner de femmes musulmanes…

Si les racines chrétiennes de la France qui sont incontestables, étaient inscrites dans notre Constitution, cette situation grotesque de chasse aux crèches et aux croix n’aurait plus lieu d’être. Notre cohésion nationale a dans le respect des croyances de tous en serait renforcée tant elle est aujourd’hui mise à mal !

https://www.infocatho.fr/nadine-morano-lance-petition-inscrire-racines-chretiennes-de-france-constitution/

 

LAICITÉ À LA FRANCAISE? LA LOI DE 1905 CONDAMNÉE PAR 3 PAPES
L’affaire de la croix de Ploërmel remet au goût du jour les problèmes de laïcité à la française. Une laïcité que les Français comprennent mal et dans laquelle les catholiques se prennent (parfois) les pieds dans le tapis (voir notre édito). Il ne serait pas inutile d’organiser débats et formations sur ce sujet !

Voici pour y contribuer le rappelle de l’abbé Viot sur son blog.

Les farouches partisans de la Laïcité à la française qui savent tirer profit de la loi de 1905. Car ne nous y trompons pas, le conseil d’Etat qui vient d’ordonner qu’on retire à Ploërmel la croix qui se trouve au-dessus de la statue de Jean Paul II ne fait qu’appliquer l’article 28 de la loi de 1905, que tant de catholiques continuent à trouver bonne, alors qu’ils ne l’ont pas lue ! Ils auront d’autres surprises, si certaines choses ne bougent pas. Car je vous garantis qu’on peut faire « encore mieux » dans ce type d’action. Et je ne donnerai pas d’exemples pour ne pas fournir des idées à nos adversaires.

Enfin, je rappelle que trois Papes ont condamné cette loi. Léon XIII d’une manière préventive en 1892 dans l’encyclique Au milieu des sollicitudes (qui n’organise pas de « ralliement » comme les ennemis de ce Pape se plaisent à le dire – il y en avait déjà en ce temps-là), Pie X en 1906 dans l’encyclique Vehementer nos et Pie XI, en 1924 qui dans l’encyclique Maximam gravissimamque maintenait les positions de Pie X, tout en acceptant la formation d’associations cultuelles diocésaines. Le Pape ne revenait donc pas sur la condamnation par son prédécesseur de la loi de 1905. Il ne faisait qu’accepter une disposition réglementaire permettant à l’Eglise catholique de disposer d’un cadre juridique, non satisfaisant, mais qui était préférable à un vide. Parmi ceux qui reprochent au Pape actuel de contredire ses prédécesseurs, on en entend peu reprendre les sérieux avertissements et condamnations de Léon XIII, Pie X et Pie XI !

EN SAVOIR + https://michelviot.wordpress.com/2017/10/30/self-service/

 

LE MAIRE DE PLOËRMEL SERAIT PRÊT À VENDRE LA PARCELLE AVEC LE MONUMENT DE JEAN-PAUL II

Paul Anselin, l’ancien maire de Ploërmel qui est à l’origine du projet de monument à Jean-Paul II dans sa commune, vient de diffuser auprès des membres et des amis de son association, la circulaire qui suit :

EN SAVOIR + http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2017/11/le-maire-de-plo%C3%ABrmel-serait-pr%C3%AAt-%C3%A0-vendre-la-parcelle-avec-le-monument-de-jean-paul-ii.html

 

QUAND LA LAICITÉ FAIT DE L’ESPACE PUBLIC UN BIEN PRIVÉ DE L’ÉTAT
La question de la laïcité revient, comme le sempiternel serpent de mer dont on ne peut se défaire. Ploërmel, les crèches, les croix autour du cou, le drapeau de l’Europe, mais aussi, les prières de rue, le voile, le burkini, autant d’occasions de brandir le paravent laïc. Nadine Morano vient de lancer une pétition pour que laïcité ne rime plus avec négationnisme historique et culturel. Mais le problème est-il bien là ? Tout cela ne serait-il pas plutôt que l’éructation périodique d’un problème plus fondamental ? La laïcité en effet est tout autant mal comprise que mal ficelée, en France particulièrement. Erigée en dogme dans un contexte anticlérical violent, elle a été, depuis, tout à la fois le fer de lance et l’épouvantail de divers combats tous plus idéologiques les uns que les autres et toujours dirigés contre les chrétiens et particulièrement les catholiques. Ce n’est pas pour rien que l’avatar le plus connu de notre laïcité à la française, la loi de 1905 (suivant celle de 1901), a été par trois fois condamnée par Rome. Non pas que le Vatican serait, en soi, contre un principe de laïcité qui devrait normalement la tenir à l’abri des velléités récupératrices de tout pouvoir politique. Les concordats en France n’ont guère été particulièrement « laïcs ». Mais cette laïcité définie, sans vraiment l’être, devait servir (et de fait a servi) à, violemment ou progressivement, faire sortir l’Eglise catholique de l’espace public. Ce dernier étant entendu non pas comme lieu commun à tous, mais comme espace privé de l’Etat…
EN SAVOIR + https://www.infocatho.fr/ledito-jour-laicite-de-lespace-public-bien-prive-de-letat/

 

PLOËRMEL : UNE CROIX SUR LA LAÏCITÉ

Autorisation du burkini, de certaines crèches de Noël, interdiction de croix... La laïcité française dans l'espace public est-elle "à géométrie variable" ?

Par Marc Leplongeon

L’Asie attend Trump de pied ferme
Donald Trump commence ce 3 novembre une tournée asiatique alors qu’il avait beaucoup alarmé l’Asie par ses déclarations de campagne. Un an plus tard, il s’est bien retiré de l’accord de partenariat transpacifique (TPP), mais il a mis de l’eau dans son vin à propos de la Chine, dont l’expansion se poursuit.
Donald Trump est sur le point d’entamer sa première visite en Asie en tant que président. Les gouvernements de la région perçoivent certaines manifestations de force de la part des États-Unis, mais également quelques indications inquiétantes de dérive américaine – et d’expansion chinoise.

Du côté positif, les proches alliés des États-Unis expriment en privé une plus grande confiance dans l’équipe actuellement chargé de la sécurité nationale – le conseiller à la Sécurité nationale H. R. McMaster, le secrétaire à la Défense James Mattis et le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly – que dans l’équipe sortante de Susan Rice et John Kerry, qui étaient perçus comme donneurs de leçon pour les alliés [Japon et Corée du Sud en particulier] et accommodants avec la Chine.

EN SAVOIR + https://www.courrierinternational.com/article/lasie-attend-trump-de-pied-ferme

 

#MONTRETACROIX - LE MOT-CLÉ QUI A OBLIGÉ LES MÉDIAS À BOUGER
Vidéo
Une émission présentée par Jean Yves le Gallou et Hervé Grandchamp

#MontreTaCroix le mot-clé qui a obligé les médias à bouger
Le conseil d’Etat au piquet ! A Ploërmel, la juridiction censure une croix surplombant une statue de l’ancien pape Jean Paul II. L’arrêt crée une vive réaction sur les réseaux sociaux obligeant les journalistes à aborder la question.

EN SAVOIR + https://www.tvlibertes.com/2017/11/03/19906/imedia-n174


ET LES HABITS DE JEAN-PAUL II, NE SERAIENT-ILS PAS RELIGIEUX?
L’ancien collège des jésuites de Poitiers (actuellement en travaux pour devenir la Cité judiciaire) a cela en commun avec la statue de Jean-Paul II à Ploërmel que les autorités publics ont décidé de lui retirer sa croix pour un meilleur respect de la laïcité. 

Leur différence tient au fait que l’ancien collège a été construit avant 1905, en conséquence de quoi, la croix qui le surplombe ne rentre pas dans le domaine d’application de l’article 28 de la loi de 1905 relative à la séparation des Eglises et de l’Etat ("Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. »).

Dans notre pays qui a été fondé en grande partie par la religion catholique, autant dans son organisation que dans son système juridique, comment pourrions nous différencier un signe religieux d’un signe culturel ? 

La difficulté d'interpréter la loi de 1905

C’est la source des problèmes créés par cette loi de 1905. En l’espèce, la fédération Morbihannaise de la libre pensée s’est attaquée dès 2012 à ce que la statue du pape Jean-Paul II sur la place éponyme soit surmontée d’une arche agrémentée d’une croix, le tout donnant, selon les propres mots du Conseil d’Etat, un « ensemble monumental ». Le Conseil d’Etat n’a pas jugé utile de reconnaitre que le croix constituait « l’expression d’une forte tradition catholique locale », il a constaté par ailleurs que l’arche et la croix étaient des rajouts à la statue offerte par l’artiste russe Zourab Tsereteli. 

La croix est un signe religieux. Bien. Mais les vêtements que porte le pape? Ne sont-ils pas également des signes religieux? Il me semble distinguer une chasuble, peut-être même une aube. Le pape porte sa calotte. C’est bien un signe religieux et c’est normal. Le bon sens veut qu’un artiste qui souhaite représenter le pape l’habille de ses vêtements sacerdotaux. Et de la même façon que personne ne sera choqué de voir un chasseur représenté avec un fusil, personne ne devrait être choqué de voir le pape accompagné de sa croix. 

EN SAVOIR + http://www.hommenouveau.fr/2321/religion/et-les-habits-de-jean-paul-ii--ne-seraient-ils-pas-religieux-.htm


ENTRETIEN AVEC ALAIN ESCADA  :
« Ces valeurs républicaines, je les vomis ! »

• Civitas s’est fait connaître à l’occasion des protestations contre le PissChrist et des pièces anti-chrétiennes avant de devenir le fer de lance de la loi Taubira en 2012 - 2013. Pourquoi avoir décidé de faire de Civitas un parti politique ?
Ne trouvez-vous pas qu’il y a déjà bien trop de formations politicardes ?

Si nous avons décidé de transformer Civitas en parti politique, ce n’est pas avec l’intention de sombrer dans la basse politicaille ou la prostitution électoraliste, rassurez-vous. Mais nous considérions que nous étions des orphelins politiques puisque tous les partis présents à l’élection présidentielle se réfèrent aux mêmes “valeurs” laïques et républicaines. Nous avons donc choisi d’agir plus intensivement sur le terrain politique, y compris en participant aux élections législatives, afin de donner plus d’audience à notre discours. Sans pour autant concéder quoi que ce soit. Il ne s’agit pas pour nous d’aseptiser nos propos pour chercher à plaire à quelques électeurs supplémentaires. Nous voulons dire aux Français la vérité, toute la vérité, y compris celle qui est difficile à entendre, qui bouscule les habitudes. Nous voulons aussi proposer des solutions aux Français, même si ces remèdes peuvent apparaître très exigeants pour la plupart de nos contemporains qui s’accommodent du matérialisme cosmopolite ambiant.

• Vous avez le courage de mettre en cause la franc-maçonnerie et ses liens profonds et anciens avec la République. Ne craigniez-vous pas de passer pour un affreux « complotiste » ?
Les étiquettes délivrées par des journalistes devenus valets du système sont les derniers de mes soucis. Je n’ai pas besoin de leur label de respectabilité. De toutes les façons, les journalistes et les politiciens ont tellement perdu tout crédit auprès de l’opinion publique que leurs insultes deviennent un hommage du vice à la vertu. Dans le contexte actuel, me traiter de « complotiste » équivaut à confirmer que je dénonce une réalité cachée. A l’abri des regards, des décisions sont prises au sein de sociétés secrètes, qu’elles s’appellent loges maçonniques, club Le Siècle, B’naï B’rith, Bilderberg, Young Leaders ou Bohemian Grove. Et la liste n’est pas exhaustive ! Or, les décisions prisent par ces sociétés secrètes s’opposent systématiquement au bien commun et à l’intérêt national.

• Quel regard portez-vous aux « valeurs républicaines » ? Seriez-vous prêts à vous sacrifier pour elles ?...
• Civitas souhaite refaire du catholicisme la religion d’État en France. Et la laïcité dans tout ça ?

EN SAVOIR + https://webmail.bell.net/appsuite/#15&app=io.ox/mail&folder=default0/INBOX

 

 

8-0 SOCIÉTÉ (Politique, etc)

 

DEUX DOIGTS AU-DESSUS DU SOL, LE BLOG D'ETIENNE PERROT

Macron jésuite
Les médias suisses s’intéressant aux visages politiques français, je me permets de reproduire et compléter le blog paru hier sur le site
www.jesuites.ch en le complétant.

Paru hier jeudi 2 novembre 2017, dans la Tribune, une opinion de Xavier Alonso répond positivement (mais heureusement avec une pointe d’humour) à la question Et si Emmanuel Macron était jésuite ? Seul un esprit étroit écarterait cette possibilité dans un pays où la laïcité se présente parfois comme sectaire. Pour les laïques les plus conséquents, c’est l’État qui est laïque, et non pas la société. C’est dire que la religion est une affaire privée. Ce qui n’empêche donc par le chef de gouvernement d’être religieux (du moins en théorie).

En fait, le correspondant à Paris de la Tribune ne prétend nullement que le Président français fasse parti de l’Ordre des jésuites ; il souligne simplement des qualités et des postures qui semblent correspondre à l’esprit jésuite. S’appuyant sur les déclarations du directeur du lycée La Providence à Amiens (collège sous tutelle jésuites) où Emmanuel Macron a suivi une partie de sa scolarité, le correspondant de La Tribune remarque quelques caractères « jésuites » dans la personnalité du Président : sa « duplicité » caché sous le slogan « et de droite et de gauche », sa recherche de l’équilibre, son exigence éthique, son sens de la responsabilité, le positionnement des devoirs face aux droits, la place accordée à la liberté individuelle face à la loi morale. À quoi j’ajoute son sens du théâtre –les cérémonies d’investiture en ont fait une époustouflante démonstration- sens du théâtre sucé à bonne école auprès de sa future épouse Brigitte.

« Les jésuites apprennent à penser par eux-mêmes. Ils sont anticonformistes et ont la volonté de faire bouger les

EN SAVOIR + https://www.revue-etudes.com/blogs/deux-doigts-au-dessus-du-sol-le-blog-d-etienne-perrot-14/macron-jesuite-744&codeblog=14

 

DEUX DOIGTS AU-DESSUS DU SOL, LE BLOG D'ETIENNE PERROT

Bizutage

L’École supérieure de commerce de Paris Europe a décidé d’interdire pour les années à venir les « week-end d’intégration ». La raison en est des « comportements violents et intolérables » lors de l’édition de cette année. Cette information, rapportée sur le site du Figaro le mercredi 1er novembre 2017, s’ajoute à celle parue voici quelques jours concernant les sévices à caractère sexuel pratiqués sur des bizuts à la faculté de médecine de Caen. Si de telles faits ne font pas la « une » des journaux, ils n’en sont pas moins graves, et, pour quelques uns, plus graves que certains harcèlements sexuels qui dominent l’actualité de ces derniers temps.

En dépit de la loi du 17 juin 1998 (merci Mme Ségolène Royal) qui interdit « le fait d’amener une personne à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif » (délit passible de six mois de prison et 7500 euros d’amende) ces pratiques nauséabondes n’en demeurent pas moins vivaces au nom de la « tradition ». Tradition tellement bien ancrée qu’elle était tolérée, admise, voire encouragée (choisissez le verbe qui vous convient) jusque dans de prestigieuses écoles jésuites. J’épingle nommément l’École préparatoire Sainte Geneviève à Versailles ainsi que l’École d’ingénieurs de Purpan à Toulouse.

EN SAVOIR + https://www.revue-etudes.com/blogs/deux-doigts-au-dessus-du-sol-le-blog-d-etienne-perrot-14/bizutage-742

 


DEUX DOIGTS AU-DESSUS DU SOL, LE BLOG D'ETIENNE PERROT

Loyola et le Management

Voici quelques jours, le doyen de Mc Donough School of Business (de Georgetown University, Washington DC) avec l’un de ses professeurs ont signé un article dans le Financial Time pour glorifier Loyola comme source d’inspiration pour le management d’aujourd’hui. (FT 15 octobre 2017)

Les arguments sont habituels : dans un siècle où la hiérarchie dominait les rapports humains, Loyola préconisait la délégation de pouvoir ; plutôt que de choisir les responsables selon le critère de leurs seuls savoirs universitaires, il penchait pour des personnes à l’humilité éprouvée, capables de goûter les choses intérieurement, et respectueux des motivations individuelles de chacun ; les objectifs les plus universels étaient préférés aux plus immédiats ; était promue l’attention aux médiations. Loyola avait mis sur pied une Compagnie internationale dont l’organisation s’appuyait davantage sur des règles librement acceptées que sur des règlements garantis par des sanctions. Bref, il misait davantage sur l’autorité que sur le pouvoir. Les deux auteurs américains y voient un exemple de pédagogie et de management adapté aux firmes internationales d’aujourd’hui.

Je me permets d’ajouter un grain de sable dans les rouages de cette mécanique trop parfaite. L’argumentation paru dans le Financial Time oublie l’essentiel : Loyola n’a pas voulu mettre sur pied une organisation internationale aux rouages bien huilés ; il n’a pas cherché à fournir des recettes pédagogiques pour les écoles de Management, pas même à partager des valeurs institutionnelles supposées prometteuses. Pire encore, la façon qu’ont les auteurs de récupérer les Exercices spirituels de Loyola au profit de la gestion d’entreprise est épinglé formellement par le fondateur des jésuites qui qualifiait cette façon de faire comme procédant d’une passion désordonnée.

EN SAVOIR + https://www.revue-etudes.com/blogs/deux-doigts-au-dessus-du-sol-le-blog-d-etienne-perrot-14/loyola-et-le-management-738

 

EMMANUEL MACRON « CHANOINE HONORAIRE » DE LA BASILIQUE SAINT-JEAN-DE-LATRAN
C’est une tradition qui remonte à Louis XI et que la République française a conservée : le titre de «  premier et unique chanoine honoraire de l’archibasilique majeure de Saint-Jean-de-Latran  » conféré aux rois de France et maintenant aux présidents de la République.

« En 1482, Louis XI avait accordé des droits au chapitre du Latran sur l’abbaye de Clairac en Aquitaine (aujourd’hui département du Lot-et-Garonne). Mais l’essor du protestantisme dans la région empêchait ce dernier de percevoir ces revenus. Le 22 septembre 1604, Henri IV confirme le chapitre dans ses droits et fait en sorte qu’il soit en mesure de toucher les revenus de l’abbaye qui lui sont dus. En contrepartie, le chapitre fait ériger une statue à l’effigie d’Henri IV dans la basilique Saint-Jean-de-Latran, réalisée par Nicolas Cordier. Il attribue au roi de France le titre de chanoine d’honneur. Par ailleurs, il fait célébrer annuellement une messe pour la prospérité de la France autour du 13 décembre, jour anniversaire de la naissance d’Henri. En 1729, Louis XV augmente les revenus du chapitre de deux prieurés dépendant de l’abbaye de Clairac. La Révolution française supprime ces droits en 1791. Louis XVIII, Charles X et Napoléon III les restaureront sous forme d’une rente, qui sera définitivement abolie en 1871.

Les traditions de la messe du 13 décembre et du titre de chanoine honoraire décerné au chef d’État français ont perduré depuis » lit-on sur la fiche Wikipédia.

Jeudi 2 novembre, Emmanuel Macron a confirmé accepter officiellement ce titre de chanoine d’honneur et précise qu’il compte venir en prendre possession lors d’un prochain voyage à Rome.

Parmi les derniers présidents français, le général de Gaulle en 1967, Valéry Giscard d’Estaing en 1978, Jacques Chirac en 1996 et Nicolas Sarkozy en 2007 s’étaient rendus à Rome pour recevoir le titre, voyage dont François Hollande, François Mitterrand et Georges Pompidou s’étaient abstenus.

EN SAVOIR + http://medias-catholique.info/emmanuel-macron-chanoine-honoraire-de-la-basilique-saint-jean-de-latran/10421

 

 

8-1 BREXIT

 

BREXIT : LA GRANDE SOLITUDE DE THERESA MAY

par Fergus

La « Prime Minister » britannique n’en a pas fini avec les tourments liés à son mandat de négociatrice de la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Face à la rigidité des 27 pays membres de l’UE, elle se trouve prise entre le marteau et l’enclume dans son propre camp politique : d’un côté, les partisans de la mise en œuvre d’un Brexit dur ; de l’autre, les tenants d’une sortie qui puisse ménager les intérêts du Royaume-Uni dans ses échanges avec les pays du continent. Tempête sous un crâne...

Lors du dernier Conseil européen tenu le lundi 23 octobre, les 27 se sont dits prêts à engager des débats internes pour envisager la nature des futures relations commerciales avec le Royaume-Uni lorsque celui-ci aura effectivement quitté l’Union. Une manière de nuancer l’intransigeance qui a prévalu jusque-là que le porte-parole de l’UE Margaritis Schinas a confirmée en indiquant que la Commission travaillait à un « Brexit équitable ». Il n’en a pas fallu plus à Theresa May pour afficher sa confiance devant les représentants de la nation au parlement de Westminster.

Une confiance de façade car la patronne de l’exécutif britannique reste de facto prise en étau entre les Brexiters convaincus et les Remainers qui n’ont toujours pas digéré le camouflet du 23 juin 2016. Les premiers font pression sur la Première ministre pour accélérer la sortie en arguant que le Royaume-Uni serait économiquement plus fort sur la

EN SAVOIR + https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/brexit-la-grande-solitude-de-198199

 

8-2 CETA

 


8-3 ÉCOLOGIE; CD01 Accord sur le contrôle du climat

 

DROIT VERS LA RUINE AVEC LES « SCIENTIFIQUES VERTS »

Il serait temps que les gens responsables s’instruisent.
Soyons précis : l’effet de serre existe, il nous offre une planète agréable à vivre pour plantes, animaux, humains. Il est créé par notre atmosphère composée d’azote, d’oxygène, avec un peu de vapeur d’eau et des nuages. Le CO2 y joue un tout petit rôle, tellement petit que son augmentation de 10 ou de 100 fois n’a quasiment pas d’influence sur le climat. On trouve de vraies illustrations aussi sur Google !
Ce qui ne varie pas, c’est l’activité de ceux qui profitent de notre crédulité, de notre peur, pour nous ruiner. J’ai fait des recherches, quelques calculs (ma formation de mathématicien m’y aide), j’ai découvert que toute cette histoire de « réchauffement climatique anthropique » ne tient pas debout, puisque le CO2 ne joue pratiquement pas de rôle dans l’effet de serre, et je me suis demandé d’où vient cette croyance. La réponse se trouve dans le travail de Svante Arrhenius en 1896. Ses interprétations ont été acceptées par beaucoup de scientifiques responsables, même si ses déductions étaient fausses. J’avoue y avoir cru aussi. Récemment, Thomas Allmendinger, docteur en sciences retraité et ne risquant donc plus sa place ou ses subsides, a refait l’expérience d’Arrhenius et il en a fait une interprétation correcte
2.

Il serait temps que les gens responsables s’instruisent, cessent de raconter une fable criminelle ! Criminelle ? Oui, il est criminel de lutter contre le CO2, un gaz indispensable à la vie, et d’« oublier » tous les gaz et autres éléments polluants qui détruisent cette vie. Al Gore n’a pas parlé des pollutions monstrueuses qui tuent de très jeunes enfants, rendent malades tous ceux qui doivent les subir !
EN SAVOIR + http://www.bvoltaire.com/droit-vers-ruine-scientifiques-verts/?mc_cid=7f3fd9d0b0&mc_eid=a5eb12b154

 

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, UNE RÉALITÉ ENFIN ADMISE À LA MAISON BLANCHE ?

Le gouvernement de Trump a publié un document approuvé par l’Académie américaine des sciences mettant en cause «les activités humaines».

C’est un texte en contradiction avec de nombreuses déclarations de Donald Trump et de son gouvernement. La Maison Blanche, le siège de la présidence américaine, a approuvé la publication vendredi d'un important rapport scientifique sur le climat qui conclut que le changement climatique est bien réel, résulte probablement des activités humaines et affecte déjà la vie des Américains.

Ce document, approuvé par l’Académie américaine des sciences, affirme également que la situation va empirer sans une forte réduction des gaz à effet de serre. Le «Fourth National Climate Assessment» (4e évaluation nationale du climat), mandaté par le Congrès (le parlement américain), est publié tous les quatre ans, mais ne fait pas de recommandations.

Phénomènes extrêmes et records de températures

Les dernières années ont vu un nombre record de phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat (sécheresse, ouragans, fortes précipitations...) tandis que les trois dernières années ont été les plus chaudes sur la planète dans les annales qui remontent à 1880, pointe le rapport. Selon les auteurs, «ces tendances devraient persister durablement». La température annuelle moyenne de l'air à la surface du globe a augmenté de un degré Celsius au cours des 115 dernières années (1901-2016). La température annuelle moyenne sur la partie continentale des Etats-Unis a progressé de 1°C entre 1901 et 2016. Pour la période 2021-2050, la hausse devrait atteindre 1,4°C de plus.

«Le climat des Etats-Unis est fortement imbriqué dans le changement du climat terrestre», écrivent les auteurs du document final concluant que «la période actuelle est la plus chaude de l'histoire de la civilisation moderne». Aux Etats-Unis, les changements les plus importants ont été constatés dans le Nord-Est avec des canicules plus fréquentes depuis les années 1960 alors que des vagues de froid sont plus rares.

Montée des océans

Le document indique par ailleurs que le niveau global des océans a grimpé en moyenne de 18 cm à 20,5 cm depuis 1900 dont environ la moitié depuis 1993. Il s’agit de l'augmentation la plus importante sur un siècle depuis au moins 2800 ans et ce phénomène affecte déjà plus de vingt-cinq villes côtières américaines.

Cette évaluation de l'état du climat conclut également que sur «la base de très nombreux indices il est extrêmement probable que les activités humaines, surtout les émissions de gaz à effet de serre, sont la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle» estimant qu'il n'existe pas d'autres explications plausibles.

Ces conclusions contredisent directement les affirmations de Donald Trump et de membres de son administration dont notamment Scott Pruitt, le directeur de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), un climato-sceptique proche du secteur des énergies fossiles. Selon ce dernier, la contribution humaine au changement du climat est «incertaine» et la capacité de prévoir ses effets est de ce fait limitée. Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait qualifié le changement climatique de «canular chinois» pour pénaliser l'économie américaine avant d'annoncer en juin le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat conclu en 2015.

http://www.leparisien.fr/environnement/le-rechauffement-climatique-une-realite-enfin-admise-a-la-maison-blanche-04-11-2017-7372362.php#xtor=EREC-109-[NLalaune]---${_id_connect_hash}@1

 

8-4 IMMIGRATION

 

8-5 UNION EUROPÉENNE

 

 

8-6 ESPAGNE – CATALOGNE

 

LA JUSTICE ESPAGNOLE LANCE UN MANDAT D’ARRÊT CONTRE CARLES PUIGDEMONT

Le président de l’exécutif catalan déchu a dit, vendredi, qu’il n’avait pas l’intention de fuir la justice et qu’il entendait se présenter aux prochaines élections.
La
justice espagnole a lancé, vendredi 3 novembre, un mandat d’arrêt européen contre le président catalan destitué Carles Puigdemont et contre quatre de ses « ministres » repliés en Belgique, qui ont refusé de comparaître devant elle.

Une juge d’instruction a lancé le mandat contre chacun des cinq membres du gouvernement destitué, pour « rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l’autorité », a annoncé dans un communiqué le tribunal, qui a déjà incarcéré, jeudi, huit autres membres de l’ancien exécutif indépendantiste. Eric Van der Sijpt, porte-parole du parquet fédéral belge, a fait savoir que celui-ci allait « étudier » le mandat d’arrêt : « On va l’étudier, puis il sera donné à un juge d’instruction. »

Le mandat d’arrêt européen, créé en 2004 pour remplacer les procédures d’extradition entre les pays de l’Union européenne (UE), permet l’arrestation d’une personne dans un autre Etat membre et sa remise, pour l’exercice de poursuites pénales, à l’Etat qui a émis le mandat. Sauf motifs particuliers — qui ne devraient pas pouvoir être invoqués dans le cas de Carles Puigdemont —, un pays ne peut pas refuser de remettre une personne réclamée par un pays de l’UE.
EN SAVOIR + http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/11/03/carles-puigdemont-veut-se-presenter-aux-elections-de-decembre_5209996_3214.html#0wy2BiWpjtwcZKzd.99

 

PUIGDEMONT, L'IMPRÉVISIBLE PRÉSIDENT CATALAN "EN EXIL" DÉCONCERTE
Destitué par Madrid et réclamé par la justice espagnole, Carles Puigdemont se présente désormais comme le président du gouvernement catalan "légitime" en exil à Bruxelles. Mais son attitude déconcerte et divise les Catalans autant que la question de l'indépendance.

Improvise-t-il ou avait-il peaufiné cette stratégie ? Est-il déconcertant car déconcerté ou bien très astucieux ?

A Barcelone, les politologues s'avouent perplexes tel Joan Botella qui constate: "Puigdemont a énormément surpris par sa fuite en Belgique et son comportement imprévisible".

En une semaine, la Catalogne a vécu une déclaration d'indépendance restée sans effet, sa mise sous tutelle immédiate par le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy, le départ surprise de son président destitué puis le placement en détention provisoire de la moitié du gouvernement déchu.

Dans une vidéo diffusée jeudi soir, l'ancien journaliste de 54 ans a lancé un appel à la Catalogne, assurant qu'une "répression longue et féroce" l'attendait et quelle devrait résister "sans violence".

EN SAVOIR + http://www.lepoint.fr/monde/puigdemont-l-imprevisible-president-catalan-en-exil-deconcerte-04-11-2017-2169746_24.php?&m_i=8UYRKL5yArWUvHEwpim%2BW10l0kRm0ydC4ivrBfFMrd1KPm_WZxZocWuHYsqQpvCJ1KRzVvHHVAIFoBUn7toyRqDqQAJQ8Y&boc=984102&M_BT=438266583523#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20171104

 

CATALOGNE. DES SONDAGES CONTRADICTOIRES AVANT LES ÉLECTIONS DU 21 DÉCEMBRE
Le compte à rebours est déclenché avant les élections en Catalogne, du 21 décembre prochain, convoquées par le chef du gouvernement espagnol. Et d’ici là, les sondages et les combats d’influence, notamment entre médias ou organisations pro-indépendantistes et leur pendant loyaliste, vont aller bon train.

Ainsi, deux sondages sortis il y a quelques jours semblent plutôt contradictoires, même si ils n »évoquent pas totalement la même question.

Le quotidien El Mundo , fidèle à la couronne d’Espagne, a sorti un sondage (avant la déclaration officielle d’indépendance et la mise sous tutelle de la Catalogne) faisant état d’une victoire du camp loyaliste lors des prochaines élections ; ce dernier resterait toutefois minoritaire (43,4% contre 42,5% pour les indépendantistes, le camp « girouette » , c’est à dire celui de Podemos notamment, récoltant 11%). Le parti de Puigdemont (PDeCAT) tout comme le CUP (extrême gauche) fléchiraient, au profit de l’ERC  (gauche républicaine de Catalogne) . Voir la carte ci-dessous

EN SAVOIR + https://www.breizh-info.com/2017/11/03/81052/catalogne-sondages-contradictoires-elections-21-decembre

 

DEUX DOIGTS AU-DESSUS DU SOL, LE BLOG D'ETIENNE PERROT

Catalogne

Hier, vendredi 27 octobre 2017, le Parlement catalan a déclaré l’indépendance de la Catalogne. Ce n’est pas la première fois que la Catalogne cherche à inscrire l’indépendance dans le Droit. Déjà, en octobre 1934 Lluis Companys, président du gouvernement autonome de Catalogne, avait proclamé un « État catalan dans le cadre d’une République fédérale d’Espagne ». La réaction de Madrid fut une proclamation d’État de guerre, des affrontements violents et une centaine de morts.

Hier, une heure après la Déclaration catalane, le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, activant l’article 155 de la Constitution de l’Espagne, déclare la dissolution immédiate du Parlement catalan, la destitution du président séparatiste catalan Carles Puigdemont, de son cabinet et du directeur de la police de Catalogne. Il a également annoncé, la tenue d’élections le 21 décembre.

À la manière des pays en voie de décolonisation, les Catalans brandissent le principe d’autodétermination. Ils évoquent également le précédent du Kosovo. Certes, comme disait le vieux barbu Karl Marx, le fait précède toujours le Droit ; et les Catalans peuvent toujours espérer que, à la manière du Kosovo, quelques pays reconnaîtront l’État catalan. Mais Paris, Berlin, Londres, Washington, ont déjà fait savoir qu’ils ne traiteront qu’avec l’Espagne.

Cette situation explosive appelle d’abord de faire valoir « la force de l’argument plutôt que l’argument de la force » ainsi que le souhaite le président du Conseil européen Donald Tusk. Comme en écho, Carles Puigdemont a appelé les Catalans à rester « pacifiques et civiques ».

Hélas, la « force de l’argument » présente les mêmes faiblesses que celle de la lutte non violente, dont Gandhi reconnaissait les limites : elle ne fonctionne qu’entre gens capables de dépasser leur propre idéologie. Dans la pratique, le dialogue reste un croisement de logiques séparées (dia). Ce qui renvoie au jeu des forces en présence.

EN SAVOIR + https://www.revue-etudes.com/blogs/deux-doigts-au-dessus-du-sol-le-blog-d-etienne-perrot-14/catalogne-741

 

GEERT BOURGEOIS SUR LA CATALOGNE : "ENFERMER DES DIRIGEANTS DÉMOCRATIQUEMENT ÉLUS, C'EST ALLER PLUS D'UN PONT TROP LOIN"
Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) est "choqué" par la décision de la justice espagnole de faire détenir le gouvernement catalan démis et d'émettre un mandat d'arrêt européen à l'encontre des cinq membres du cabinet - dont le ministre-président Carles Puigdemont - qui se trouvent encore en Belgique. "Enfermer des dirigeants démocratiquement élus, c'est aller plus d'un pont trop loin", réagit-il. Geert Bourgeois appelle l'Union européenne (UE) à agir. La justice espagnole a décidé jeudi de placer huit ministres catalans en détention préventive. Un mandat d'arrêt européen a été émis contre Carles Puigdemont et quatre autres ministres qui séjournent encore en Belgique.

Geert Bourgeois se dit "choqué". "Enfermer des dirigeants démocratiquement élus, c'est aller plus d'un pont trop loin. Il faut résoudre les différends politiques via le dialogue et les instruments démocratiques tels que les élections."

EN SAVOIR + http://www.lalibre.be/actu/international/geert-bourgeois-sur-la-catalogne-enfermer-des-dirigeants-democratiquement-elus-c-est-aller-plus-d-un-pont-trop-loin-59fb73ebcd705114f01434b5?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=y_jNcFkA8SGI3BCudT%2Bio6OpmldFMukB_nEHm9cS01Q%2BA8lMJWF9YhLUF1h5ch7RBuQx68nPMC_4yj0fSQitBoOf38xhQ3EyyQ&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_News+Libre+-+03-11-2017_&M_BT=137532555155


TOUT COMPRENDRE À LA CRISE CATALANE EN 5 POINTS

Rappel des principaux événements depuis le référendum sur l'autodétermination de la Catalogne, qui a plongé l'Espagne dans sa plus grave crise politique depuis le retour de la démocratie en 1977. 

1 - Référendum controversé

Le 1er octobre, le gouvernement régional de Catalogne, présidé par l'indépendantiste Carles Puigdemont, organise un référendum d'autodétermination, malgré son interdiction par la justice espagnole.

Le vote, non reconnu par Madrid et boycotté par les partis anti-indépendantistes, est émaillé de violences policières. Selon les autorités catalanes, le "oui" à la sécession remporte 90,18% des voix avec une participation de 43%.

Le 3 octobre, quelque 700.000 personnes défilent à Barcelone contre les violences policières lors d'une journée marquée par une grève générale.

Dans une rare allocution télévisée, le roi Felipe VI dénonce la "déloyauté inadmissible" des dirigeants catalans.

Face aux incertitudes, plusieurs entreprises, dont des banques de premier plan, annoncent leur départ de Catalogne. Depuis le 1er octobre, près de 2.000 entreprises ont transféré leur siège social.

Des manifestations mobilisent à travers le pays des centaines de milliers d'Espagnols partisans d'un dialogue ou de l'union.

2 - Entre menace et temporisation…
3 - Indépendance et tutelle…
4 - Puigdemont en Belgique …
4 - Puigdemont en Belgique 
EN SAVOIR + http://www.lalibre.be/actu/international/tout-comprendre-a-la-crise-catalane-en-5-points-59fb726ccd705114f01434b2?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=9%2BDj1v2nGf8M1Jj%2B9z2sIjEwpCgIDZbbBXaqQ2IH1WddFjNB2cwh5ehUADzBzhrgxPmuZszQOE0C92sevGoAsu7nO8VhI4D99y&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_News+Libre+-+03-11-2017_&M_BT=137532555155

 

CARLES PUIGDEMONT À BRUXELLES : UNE STRATÉGIE BIEN PENSÉE
En s’enfuyant de Barcelone à Bruxelles, le président catalan a fait un coup dont il espère qu'il permettra d'aboutir à une indépendance pacifique.

Jean-Baptiste Naudet

En s’enfuyant de Barcelone à Bruxelles, le 30 octobre, au moment où la justice espagnole lançait des poursuites contre lui pour "rébellion" après la proclamation l’indépendance de la Catalogne, Carles Puigdemont, le président de ce territoire grand comme la Belgique, a sans doute fait un coup bien pensé, bien organisé, bien préparé à l’avance.

Pendant que sa voiture traversait sans s’arrêter la frontière française pour filer prendre l’avion de Marseille à Bruxelles afin d’échapper aux contrôles espagnols à l’aéroport de Barcelone, il a dû jubiler. Bénéficiant en Belgique de sympathies, voire de complicités, chez les séparatistes flamands, le séparatiste catalan fait même un coup multiple.

La suite après cette publicité

Une démarche non violente

Premier avantage, le plus évident : il fait un pied de nez à Madrid, échappant en douceur, pour le moment, à une arrestation en Espagne. Il donne des conférences de presse, attirant les médias européens et internationaux. Il y dénonce le manque chronique d’indépendance de la justice espagnole. Il souligne aux yeux de tous la disproportion entre la répression (il risque jusqu’à trente ans de prison) et son "crime" : avoir pacifiquement et démocratiquement déclaré l’indépendance, ce qui est illégal selon la Constitution espagnole.

Même s’il ne craint pas la prison, il évite aussi ce qu’il redoute le plus : que son arrestation, sa détention par la justice espagnole ne déclenche à Barcelone des manifestations monstres qui risqueraient de devenir violentes, décrédibiliser ainsi une révolution catalane qu’il préfère lente, longue mais exclusivement démocratique et pacifique. De plus, il continue à diriger le mouvement indépendantiste catalan à distance, ce qu’il n’aurait pu faire depuis une cellule à Madrid.

EN SAVOIR + http://tempsreel.nouvelobs.com/editos-et-chroniques/20171103.OBS6884/carles-puigdemont-a-bruxelles-un-strategie-bien-pensee.html#xtor=EPR-2-[ObsActu17h]-20171103

 

THEO ET LES FRANCKISTES: POURQUOI LA LUTTE CATALANE N'EST PAS UNE AFFAIRE FLAMANDE, ET VICE VERSA

Walter Pauli  journaliste au Knack.

"En soutenant la Catalogne, la N-VA se tire une balle dans le pied. Et Theo Francken, le prince héritier très probable de Bart De Wever, risque de se muer en 'prince Charles ' du parti. En celui qui ne sera jamais roi." Explications de notre confrère de Knack Walter Pauli.
Même sans la semi-invitation de Theo Francken, la venue du dirigeant catalan aurait mis le pays et la capitale en ébullition. Dans le cas présent, la N-VA se heurte aux limites de sa propre communication. Francken et Bart De Wever servent leurs salves pour un usage en interne, tout comme, malheureusement, Puigdemont. A ceci près que la Catalogne n'est pas la Flandre.

Horror vacui - la peur du vide - est une notion issue des arts décoratifs que la N-VA a reprise ces dernières années et même placée au centre de sa communication politique. Il ne se passe pas une semaine sans une sortie musclée: il n'y a plus de moments creux et de vacances. Bien au contraire, les vacances - quand toute la concurrence aspire à un moment de calme - sont le moment idéal pour en remettre une couche.

Cet été, Theo Francken n'a pas seulement souvent fait la une, non, il a pour ainsi dire squatté en permanence la scène médiatique. Aidé, il est vrai, par l'enchaînement de réactions qui suivent toutes ses actions. On dirait presque un adultère organisé. Francken fait la une avec une déclaration, et ensuite sa propre majorité le "rappelle à l'ordre".

EN SAVOIR + http://www.levif.be/actualite/belgique/theo-et-les-franckistes-pourquoi-la-lutte-catalane-n-est-pas-une-affaire-flamande-et-vice-versa/article-normal-749373.html?utm_source=Newsletter-03/11/2017&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBVIFABO&&M_BT=5443005350908

 

L'INCROYABLE M. RAJOY

Destin. Les indépendantistes catalans ont sous-estimé le président du gouvernement espagnol. Portrait.

Par notre correspondant à Madrid, François Musseau
"Je prends la décision quand il le faut. » Dans une entrevue accordée à la télévision publique l'an dernier, Mariano Rajoy avait utilisé cette formule pour résumer sa façon de gouverner. De lui il ne faut pas attendre expressions fleuries, incantations épiques ni prouesses rhétoriques. On dit ici de ce sexagénaire qu'il est parco de palabras – avare en paroles. Et, dans cette Espagne qui aime à moquer ses gouvernants, le chef de l'exécutif conservateur en a toujours pris pour son grade : ennuyeux, veule, creux, inconsistant, gris, apathique, voire indolent.
http://www.lepoint.fr/europe/l-incroyable-m-rajoy-01-11-2017-2169127_2626.php?&m_i=40lTmXO9c2emPEBDpjHwGKBWjSl8EIrXP1zaczlKqYY6TmjPCvdKLKIrvVZnCyM9bf0dt3U68A1V7OdnnxK__7nZjoa64f&boc=984102&M_BT=438266583523#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20171103

 

 

9-1 PROCHE ORIENT SYRIE, ÉGYPTE, IRAK, IRAN, ISRAEL, TURQUIE, RUSSIE, ARABIE, QATAR

 

Russie

« DOCUMENT EXCEPTIONNEL : LES 100 ANS DE CRIMES COMMUNISTES. »
Le documentaire réalisé par Bernard Antony, l’AGRIF, Chrétienté-Solidarité et TVLibertés rompt le silence assourdissant autour d’un funèbre anniversaire : les 100 ans du communisme.
Depuis 1917, cette idéologie est synonyme de cruauté, d’assassinats, de tortures, de souffrances et d’asservissement. Et pourtant, les élites françaises et la presse mainstream semblent oublier de rappeler les 100 millions de victimes de ce totalitarisme. Ces morts n’existent pas, tout au moins dans le débat public ! Ceci est peut-être l’illustration d’une caste dirigeante qui n’arrive pas à rompre avec le marxisme-léninisme, de certains dirigeants politiques qui n’ont jamais reconnu leurs erreurs et leurs errements ou de partis politiques qui n’ont jamais fait acte de repentance.
C’est l’honneur de la presse alternative, et tout particulièrement de TVLibertés, de diffuser un documentaire afin de faire découvrir l’ampleur du malheur dans lequel furent ou sont encore plongés des peuples entiers. Ce document exceptionnel qui a nécessité des semaines de préparation est une arme pour la guerre idéologique contre les totalitarismes actuels-et, hélas, le communisme en est un.
Vidéo
https://www.tvlibertes.com/2017/11/03/19903/100-ans-de-crimes-communistes

 

UN AFFRONTEMENT MILITAIRE US-RUSSIE SE PRÉPARE À ABOU KAMAL EN SYRIE !!

par Thom Aldrin (son site)

Le 28 octobre 2017, le média public russe, Sputnik news en français, titrait : « Après Raqqa, la coalition US envisage une nouvelle offensive en Syrie ». ( https://fr.sputniknews.com/international/201710281033645910-coalition-offensive/ )

Dans cette déclaration américain volontairement lénifiante, le lecteur non averti ne peut guère y voir une information spectaculairement dangereuse…Et pourtant elle l’est !!!

L’armée arabe syrienne (l’AAS), après avoir quasiment libéré la ville de Deir ez zor soumise à un encerclement terroriste de Daesh depuis plus de trois ans, a poursuivi la liberation de son territoire dans cette region en libérant ensuite Al Mayadeen plus au sud-est, le long du fleuve Euphrate.

Apres la libération d’Al Mayadeen, l’objectif syrien suivant était Abou kamal avant d’arriver a la frontière syro-irakienne.

Il suffit d’observer la carte et en particulier celle des territoires syriens libérés et tenus par l’armée nationale syrienne pour se rendre compte qu’en libérant Abou Kamal, avec l’aide des milices irakiennes qui se trouvent dans la region mais de l’autre coté de la frontière, l’armée arabe syrienne permettrait l’ouverture d’une liaison entre Téhéran, Bagdad, Damas et Beyrouth tant redoutée par Washington et Tel aviv…Tout ça en plus de couper la route à d’éventuels ravitaillements pour Daesh à Raqqa depuis la Jordanie.

Mais puisque Daesh a soi-disant fui Raqqa sous les bombardements de la coalition US, pour le sud est du pays, ce sont donc les « Forces Démocratiques Syriennes » ou FDS et les forces américaines ayant le contrôle de Raqqa qui sont donc soumises a la rupture d’approvisionnement depuis le territoire Jordanien.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-affrontement-militaire-us-198202

 

ALEXEÏ NAVALNY : "JE SUIS TOUJOURS LE MEILLEUR ESPOIR POUR ÉVINCER POUTINE"

Olivia Lepropre Journaliste

Sorti de prison il y a environ une semaine, l'opposant russe Alexeï Navalny s'est confié au quotidien britannique The Independent sur les futures élections, la politique de Poutine et la nouvelle candidate de l'opposition.
Depuis plusieurs années, Alexeï Navalny est la figure médiatique de l'opposition politique en Russie. Libéré le 22 octobre, il s'est aussitôt rendu à une manifestation contre le président Vladimir Poutine, qu'il espère affronter à la présidentielle de mars prochain. Il parle de son avenir lors d'une interview accordée au quotidien britannique
The Independent.

Kremlin, médias et ingérence

Emprisonné 20 jours pour rassemblements "non autorisés", il s'agissait de sa septième condamnation depuis l'annonce de sa candidature en décembre 2016. Pour lui, la prison est devenue une sorte de routine. Jugé trop dangereux pour partager sa cellule, il y passe notamment beaucoup de temps à lire, 20 livres en 20 jours selon ses propres dires. Parmi ses lectures, le livre-confession d'Hillary Clinton sur l'échec de sa campagne présidentielle, "What Happened", a attiré son attention, en particulier sur son point de vue envers les médias. "Le journalisme est miné par les clics et la manipulation", regrette-t-il. Mais Donald Trump n'est pas le seul en cause. Selon lui, le Kremlin est le "vrai maître" et "nourri" le battage des médias occidentaux à propos de l'ingérence électorale.

Il se plaint du fait que les médias se trompent souvent. "Lors de chaque interview avec un journaliste étranger, il y a une question sur le nationalisme et sur pourquoi je ne suis pas mort". Il trouve que la première question exagère sa prise de position. Quant à la seconde, il ne sait même pas y répondre : "demandez à Poutine pourquoi je ne suis pas mort".

EN SAVOIR + http://www.levif.be/actualite/international/alexei-navalny-je-suis-toujours-le-meilleur-espoir-pour-evincer-poutine/article-normal-746837.html?utm_source=Newsletter-03/11/2017&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBVIFABO&&M_BT=5443005350908

 

 

9-2 ASIE - INDE, CHINE, JAPON, CORÉE, INDONÉSIE, PHILIPINES, AUSTRALIE

 

Corée

EX-BANQUIER DE COREE DU NORD: "KIM JONG-UN EST SANS CONTESTE L’HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE"
" La désertion n’est pas un choix, c’est une question de survie !" Cet ancien gestionnaire des ‘fonds de la révolution’ dénonce la corruption et la terreur du régime sanguinaire de Pyongyang. Exilé à Séoul, le déserteur nord-coréen Kim Kwang-Jin est l’Invité du samedi de LaLibre.be.

Kim Kwang-Jin est actuellement chercheur à l’Institut pour les stratégies de sécurité nationale en Corée du Sud (INSS). LaLibre.be l’a rencontré au Sommet de Genève sur les droits de l’homme où il était invité à témoigner et interpeller la communauté internationale sur les dérives de la Corée du Nord. LaLibre.be tient à préciser qu'il est impossible de vérifier la véracité de tous les propos tenus lors de cet entretien.

Pour quelle raison personnelle avez-vous déserté le régime nord-coréen en 2003?

Je travaillais dans la banque publique nord-coréenne North East Asia Bank pour le compte du régime de Kim Jong-il (ndlr.: le père de l’actuel dictateur Kim Jong-Un) . Après avoir travaillé des années à Pyongyang, j’ai été envoyé dans une succursale de la banque à Singapour. Un an plus tard, j’ai rapporté des problèmes professionnels aux responsables basés à Pyongyang, ils m’ont affirmé que des informations extrêmement sensibles avaient fuité depuis mon département vers les services secrets sud-coréens, japonais et américains.

EN SAVOIR + http://www.lalibre.be/actu/international/ex-banquier-de-coree-du-nord-kim-jong-un-est-sans-conteste-l-homme-le-plus-riche-du-monde-58c94617cd705cd98df53f3f?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=ql0PGi58%2B5YV7ULFkEQuKc0bMcivv77l4k1JRRktfI3Y%2B1rdZ3SCOvyIJF%2BCvlO0bCaS0nBxC53NJzdANs_UyYYfzCkKgoYqqE&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_Dorian+Malovic_&M_BT=137532555155

 

EXERCICE DE BOMBARDIERS SUPERSONIQUES AMÉRICAINS EN CORÉE DU SUD
Des bombardiers supersoniques américains, accompagnés de chasseurs Japonais et Sud-Coréens, ont mené jeudi un exercice conjoint dans l'espace aérien sud-coréen, dans un contexte de tensions régionales, a annoncé l'armée de l'air américaine. Deux bombardiers B-1B "Lancer" ont décollé de la base aérienne Andersen sur l'île américaine de Guam, dans le Pacifique, pour passer au sud de la péninsule coréenne et à l'ouest du Japon, où ils ont été rejoints par des chasseurs de l'armée de l'air japonaise, a précisé le commandement pacifique de l'US Air Force dans un communiqué.

"Les Lancer ont ensuite survolé la Corée du Sud pour rejoindre des chasseurs sud-coréens en mer Jaune", poursuit le communiqué, qui précise que les appareils sont ensuite rentrés à leurs bases respectives.

Le communiqué précise que cet exercice était planifié depuis longtemps, dans le contexte d'une "présence continue de bombardiers" dans le Pacifique, et qu'il ne s'agit pas d'une "réponse à de quelconques évènements dans la région".

Cette exercice intervient néanmoins moins d'un mois après une démonstration de force nocturne associant les aviations du Japon et de la Corée du Sud.

EN SAVOIR + http://www.lalibre.be/actu/international/exercice-de-bombardiers-supersoniques-americains-en-coree-du-sud-59fc06cacd705114f01672fb?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=ql0r9UT%2BTNgLG8f5yaKZFIvbMy7apapNyAM%2BB6OKMt09U_Idn4Eh04YfOImthf1ICT3230vxaEdvfbY%2BlJQm5oxvxO1lm8qqqo&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_News+Libre+-+03-11-2017_&M_BT=137532555155

 

 

9-3 ISLAM, ISLAMISME, IMMIGRATION, TERRORISME

 

MOHAMED BAJRAFIL : « L’ISLAM N’A PAS BESOIN DE LOIS D’EXCEPTION POUR ÊTRE PRATIQUÉ »

Rédigé par Huê Trinh Nguyên | Vendredi 6 Novembre 2015

Mohamed Bajrafil n’a pas la langue dans sa poche. Docteur en linguistique, ce « surdoué du Coran » ‒ dont il maîtrise la lecture avant même l’âge de dix ans ‒ est à la fois enseignant d’arabe à l’université, professeur de lettres dans le secondaire et imam à la mosquée d’Ivry-sur-Seine, sans compter ses nombreux cours et conférences sur la religion qu’il dispense en France et en Belgique. C’est dire qu’il sait manier le verbe et a le sens de la pédagogie. Mais pour aller au-delà de son cercle d’élèves et de fidèles ‒ de plus en plus nombreux ‒, il a pris la plume et publié « Islam de France, l’an I », un ouvrage qui cartonne en librairies, faisant les meilleures ventes de sa maison d’édition. Pas étonnant : alliant théologie, Histoire et observation sociologique de la société française, Mohamed Bajrafil emploie dans son texte le « je », la première personne du singulier qui marque son engagement personnel dans la réflexion et l’action et induit une relation directe avec ses lecteurs, qui alors en sortent plus que convaincus de devoir enfin « entrer dans le XXIe siècle ».
EN SAVOIR + http://www.saphirnews.com/Mohamed-Bajrafil-L-islam-n-a-pas-besoin-de-lois-d-exception-pour-etre-pratique_a21506.html

 

 

MOHAMED BAJRAFIL : « LA RÉFORME DOIT S’EFFECTUER NON PAS SUR LE CORAN MAIS SUR SES LECTURES »

Rédigé par Hanan Ben Rhouma | Lundi 27 Avril 2015

Le lancement de la Fondation Al Kawakibi, qui ambitionne d’organiser un Forum mondial pour une réforme islamique en 2016, ne s’est pas fait sans vague. Face aux virulentes critiques apparues contre l’initiative, Mohamed Bajrafil, l’emblématique imam de la mosquée d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) et membre fondateur de la fondation, a accepté de répondre aux questions de Saphirnews pour expliquer la démarche collective.
Saphirnews : Qu’entendez-vous par « réformer l’islam » ou « réforme islamique » ? C’est sur cette expression que de nombreuses critiques et incompréhensions de musulmans sont apparues…

Mohamed Bajrafil : Le vocable « islam » revêt plusieurs sens. Parmi eux, celui de toute religion s'inscrivant dans l’adoration de l’Unique, depuis Adam jusqu’au Prophète Muhammad, paix et bénédiction sur lui. Une autre définition dit qu’il s’agit du dernier message envoyé aux humains par le biais du Prophète Muhammad.
Si vous voulez savoir si
la réforme qui doit se faire concerne cette seconde définition, évidemment que non. Si on choisit d'être musulman, ce n'est pas pour changer le Message auquel on croit. Ce serait une totale aberration et un contre-sens absolu. Une autre définition, celle qui est perçue par nombre de personnes, le présente comme la somme de textes produits par les jurisconsultes musulmans pendant les 15 siècles d'existence de l'islam, à partir de leurs compréhensions des textes fondateurs : le Coran et la Sunna. La réforme doit s'effectuer sur les lectures de ces textes. Si le legs scientifique de nos savants est, de mon point de vue, le plus riche au monde, il est loin d'être sacré. Et c'est là tout le problème. Nous ne pouvons pas regarder le monde avec les mêmes lunettes que les imams Malik, Al-Shafi'i (VIIIe siècle, ndlr) ou Ibn Taymiyya (XIIIe siècle), nous ne pouvons donc lire nos textes avec ses lunettes
EN SAVOIR + http://www.saphirnews.com/Mohamed-Bajrafil-La-reforme-doit-s-effectuer-non-pas-sur-le-Coran-mais-sur-ses-lectures_a20704.html

 

ATTENTAT DE NEW YORK : "L’ISLAM RADICAL NE CESSE DE GAGNER DU TERRAIN EN ASIE CENTRALE"
L'islam radical dans cette région ne représente pas un danger immédiat, mais il gagne du terrain, explique le chercheur René Cagnat.

Propos recueillis par Sébastien Billard
Docteur en sciences politiques, colonel à la retraite de l'armée française, René Cagnat vit actuellement au Kirghizistan et s'apprête à publier "Où vas-tu, peuple bien aimé ?", une enquête sur la tentative de reconquête de l'Asie centrale par l'islam extrémiste, ses chances de réussite et leurs conséquences pour l'Eurasie, l'Europe occidentale en particulier.

EN SAVOIR + http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/terrorisme/20171103.OBS6896/attentat-de-new-york-l-islam-radical-ne-cesse-de-gagner-du-terrain-en-asie-centrale.html#xtor=EPR-3-[ObsDerMin]-20171104

 

TARIQ RAMADAN ACCUSÉ D'AVOIR EU DES RELATIONS SEXUELLES AVEC DES ÉLÈVES MINEURES
La Tribune de Genève" publie les témoignages de quatre anciennes élèves, âgées à l'époque de 14 à 18 ans, dont trois ont eu des relations sexuelles avec lui.
Déjà
accusé de viols par deux femmes qui ont porté plainte contre lui, l'universitaire Tariq Ramadan est mis en cause par plusieurs témoignages d'anciennes élèves, publiés ce samedi dans "la Tribune de Genève".

Les faits remonteraient aux années 80 et 90, quand l'islamologue enseignait à Genève le français et la philosophie au Cycle des Coudriers puis au Collège de Saussure, rapporte le quotidien suisse.
Emprise psychologique

Tariq Ramadan aurait "tenté de séduire sans succès une de ses élèves de 14 ans. Il est même arrivé à ses fins avec trois autres, âgées entre 15 et 18 ans." Les quatre femmes, dont "la Tribune" ne donne pas les noms mais précise qu'elles ne sont pas musulmanes, ont témoigné auprès du journal. Toutes décrivent l'emprise psychologique d'un professeur charismatique.

EN SAVOIR + http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20171104.OBS6926/tariq-ramadan-accuse-d-avoir-eu-des-relations-sexuelles-avec-des-eleves-mineures.html

 

AFFAIRE TARIQ RAMADAN: ENTRE RÉVÉLATIONS ET SILENCES EMBARRASSÉS
Les milieux musulmans, déjà très divisés sur la pensée et la personnalité de Tariq Ramadan, sont sous l’effet d’une sidération. Elle s’accentue au fur et à mesure des révélations. " C’est un grand choc, reconnaît Saïd Branine , le responsable du site Oumma.com. Les faits qui lui sont reprochés sont en contradiction avec l’image policée que Tariq Ramadan a toujours renvoyée. Même s’il était en perte vitesse, il bénéficiait toujours d’une grande aura".
http://www.lalibre.be/actu/international/affaire-tariq-ramadan-entre-revelations-et-silences-embarrasses-59f4add9cd703cdd75216962?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=LKHSKrB88XmJgsHayogC3wqfwv_wKD2P4ae8QilWW5ffVf3ts7zpF7Imc%2BAhvKSHRxUeHy%2BD7MA5z2KLy3Yw7S6KuBNaLh&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_Copie+de+2017-08-05+-+LLB+Num%C3%A9rique+%2B+S%C3%A9rie+Lieux+insolites_&M_BT=137532555155

 

NI ANGE NI DÉMON : JUSTE UN ÊTRE HUMAIN

Rédigé par Mohamed Bajrafil
Mohamed Bajrafil, théologien et imam à la mosquée d'Ivry-sur-Seine, avait produit un texte le 25 septembre à la suite d'accusations de pratiques de harcèlements sexuels contre des leaders religieux musulmans outre-Atlantique et outre-Manche. Compte tenu de
l'actualité française s'agissant de l'affaire Tariq Ramadan, l'auteur a souhaité faire paraître cette tribune sur Saphirnews, afin d'aller au-delà de l'émotion et de la vindicte populaire.
Depuis la nuit des temps, l'homme qui prêche la parole de Dieu, quelle que soit la religion dans laquelle il le fait, reçoit de la part des gens une considération qui lui octroie un certain pouvoir. Cette considération est d'autant plus forte qu'elle confond souvent la parole prêchée avec le prêcheur. La sainteté de celle-ci est transposée sur sa personnalité et il finit par être adulé, parfois même adoré, par les gens de son obédience.
C'est un fait anthropologique dont les temps ne semblent pas avoir raison. On continue encore à croire que le religieux est saint et on lui voue encore un culte. Les confréries d'autrefois sont aujourd'hui remplacées par d'autres formes de groupements qu'on appelle fan-clubs. Au centre, on trouve toujours un homme ou une femme qui, pour les groupies, prêche la bonne parole.
Une différence nette existe toutefois entre les groupies d'hier et ceux d'aujourd'hui. On a recours au marketing comme pour vendre un produit marchand afin de mobiliser le maximum de groupies possibles. L'image est étudiée, les mots pesés, le cadre choisi pour attirer le maximum de personnes. On en arrive même à acheter des followers, c'est-à-dire des groupies factices, dans le but de donner une impression de puissance, la vérité se mesurant à l'aune du nombre de likes et de vues.
Le musulman d'aujourd'hui marche sur la tête : idolâtrie et disgrâce
EN SAVOIR + http://www.saphirnews.com/Ni-ange-ni-demon-juste-un-etre-humain_a24594.html

 

L'IRAK ET LA SYRIE RISQUENT DE VOIR DAECH RESSURGIR AILLEURS

Alors que l'étau se resserre autour de l'organisation terroriste à la frontière irako-syrienne, ces deux pays doivent se préparer à la combattre sur d'autres terrains.

La bataille face à Daech va-t-elle se déplacer dans d'autres zones en Irak et en Syrie ? Si le groupe terroriste a perdu ses bastions les uns après les autres, il pourrait très bien se redéployer dans d'autres régions de ces deux pays. Sans donner de détail, des sources militaires font état d'une coopération entre les armées syrienne et irakienne pour reprendre le dernier carré de l'EI acculé dans une zone largement désertique le long de la vallée de l'Euphrate qui chevauche l'Irak et la Syrie. Le général irakien Yahya Rassoul, porte-parole du commandement conjoint des opérations, parle sans plus d'«  une coopération avec l'armée syrienne  », et une source militaire syrienne rapporte l'existence d'une «  salle des opérations réunissant Syriens, Russes, Irakiens et Iraniens à Bagdad  ». Quoi qu'il en soit, l'objectif est le même. Se débarrasser des djihadistes qui ont perdu une grande partie des territoires conquis en 2014.
Un repli vers la vallée de l'Euphrate ?

Ils rejoindront la vallée de l'Euphrate, remuante zone frontalière connue pour ses trafiquants et par laquelle passaient déjà il y a une quinzaine d'années djihadistes et autres combattants extrémistes, ajoute le colonel américain. «  Le caractère désertique de ces pans de territoire rendra difficile leur pacification totale, des résidus de l'EI pourraient continuer d'être actifs après la défaite  », abonde Karim Bitar, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). En fait, les djihadistes «  sont revenus là où ils étaient en 2013  », assure à l'Agence France-Presse Michael Knights. «  Ils vont reprendre l'insurrection des débuts  », celle d'avant la proclamation en juin 2014 de leur «  califat  » aujourd'hui en lambeaux.

EN SAVOIR + http://www.lepoint.fr/monde/l-irak-et-la-syrie-risquent-de-voir-daech-ressurgir-ailleurs-04-11-2017-2169792_24.php?&m_i=iJBh0JnzTnEjkW8F8nPwYoOQ7Xl4EQleX47uInvSlX8kcYC3lk2FfJ_y0wDsPKWbs4IJji35j3EnwZaEtz_iHuLb98iiiK&boc=984102&M_BT=438266583523#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20171104

 

FERMER LA PUBLICITÉ

Accusations de viols : les avocats de Tariq Ramadan portent plainte pour subornation de témoin, Caroline Fourest visée

afp Publié le jeudi 02 novembre 2017 à 21h41 - Mis à jour le vendredi 03 novembre 2017 à 09h28

AddThis Sharing Buttons

Share to WhatsAppShare to Facebook4.9KShare to TwitterShare to ImprimerShare to EmailShare to Plus d'options...83Une plainte pour subornation de témoin a été déposée jeudi par les avocats de l'islamologue et théologien suisse controversé Tariq Ramadan, lui-même visé par deux récentes plaintes pour viol, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Ils y ciblent notamment des propos de la journaliste Caroline Fourest, qui a déclaré dans les médias avoir été en contact à partir de 2009 avec trois femmes se présentant comme des victimes de Tariq Ramadan, dont l'une a finalement porté plainte la semaine passée, a précisé la même source.

Dans cette plainte, les avocats Yassine Bouzrou et Julie Granier réclament l'ouverture d'une enquête. Soupçonnant de potentielles collusions, ils demandent d'identifier avec quelles personnes a été en contact l'ancienne salafiste devenue militante laïque Henda Ayari, la première à avoir porté plainte contre ce professeur d'Etudes islamiques contemporaines à Oxford (Grande-Bretagne), selon la source proche de l'enquête.
EN SAVOIR + http://www.lalibre.be/actu/international/accusations-de-viols-les-avocats-de-tariq-ramadan-portent-plainte-pour-subornation-de-temoin-caroline-fourest-visee-59fb8257cd705114f01441e4?ncxid=45D78D4521CE4FB03E1F3CA8AD8B3E4E&m_i=Tkn4GyOAg3Skay55%2BrOgcWYXJNDIi%2B2aO2cHJ51KxbHv6nNQX3R6ken3vcEmxJ03yXh25y9WIAqFhq9_YpmJEeVl4XSPk9nTT7&utm_source=selligent&utm_medium=email&utm_campaign=&utm_content=&utm_term=_News+Libre+-+03-11-2017_&M_BT=137532555155

 

VIDEO. EGYPTE: «C’EST UN DEVOIR NATIONAL DE VIOLER UNE FEMME» QUI PORTE UN JEAN DÉCHIRÉ, ESTIME UN AVOCAT
POLEMIQUE L’homme a tenu ces propos à la télévision lors d’un débat concernant un projet de loi sur la prostitution…
L'avocat égyptien Nabih al-Wahsh montrant la taille des trous dans le jean des femmes qu'il faut violer par « devoir national ». —
Capture d'écran Al-Assema

Des déclarations hallucinantes. Lors d’un débat sur un projet de loi sur la prostitution, Nabih al-Wahsh, un avocat égyptien conservateur a déclaré, fin octobre sur la chaîne Al-Assema, que les femmes portant des vêtements tels que des jeans déchirés devaient être harcelées sexuellement ou violées.

Le juriste, jouissant d’une grande notoriété dans le pays, a commencé par demander si ses interlocuteurs sur le plateau étaient heureux lorsqu’ils voyaient une fille marcher dans la rue avec la moitié de son jean déchiré au niveau des fesses. Ce à quoi il a lui-même répondu : « Je dis que quand une fille marche comme ça, c’est un devoir patriotique de la harceler sexuellement et un devoir national de la violer. »

Le Caire, métropole la plus dangereuse au monde pour les femmes

Cette remarque a provoqué une vague d’indignation à travers le pays et dans le monde, au beau milieu du scandale Harvey Weinstein et des multiples allégations de violences sexuelles qui touchent les milieux politiques et artistiques notamment. Le Conseil national égyptien pour les femmes a annoncé son intention de déposer une plainte contre la chaîne de télévision. Elle a aussi lancé un appel aux médias pour qu’ils s’abstiennent de fournir une plate-forme aux personnes incitant à la violence contre les femmes.

EN SAVOIR + http://www.20minutes.fr/monde/2162075-20171102-devoir-national-violer-femme-porte-jean-dechire-estime-avocat-egyptien

 

ANNIE LAURENT : LA SPÉCIALISTE DE L’ISLAM
Annie Laurent, spécialiste incontestée de l’Islam et du Moyen-Orient publie un ouvrage sans concession intitulé “L’islam pour tous ceux qui veulent en parler (mais ne le connaissent pas encore)”. Dans cet ouvrage soigné qui associe clarté et précision, Annie Laurent porte un regard lucide sur l’islam sans vaines polémiques. Elle offre des réponses aux nombreuses et légitimes interrogations que suscite l’islam, du fait de son omniprésence dans une actualité inquiétante, en France et dans le monde ; du fait aussi de son anthropologie juridique, social et politique dont les fondements heurtent ceux de la civilisation européenne. C’est donc un défi existentiel que l’Europe doit relever alors qu’elle connaît une crise d’identité d’une gravité sans précédent.

Vidéo
https://www.tvlibertes.com/2017/11/02/19873/annie-laurent-specialiste-de-lislam

 

MGR LIBERATI : « L’ISLAM NOUS CONQUERRA, EST C’EST UNIQUEMENT DE NOTRE FAUTE »
Monseigneur Carlo Liberati, archevêque et prélat émérite de Pompéi, a déclaré dans les colonnes du magazine La Fede Quotidiana :
 L’Islam nous conquerra, est c’est uniquement de notre faute ». La faute à ce mode vie des européens“ dans lequel c’est “comme si Dieu n’existait pas”, avec ce “sécularisme et ce relativisme qui avancent“: “La foi faible favorise l’Islam“.

“Dans leur vision du monde, qui de toute évidence ne peut être acceptée, ils croient, ils sont cohérents, et ils prient. Et cette situation de décadence morale de l’Occident les rend alors plus forts et déterminés.L’avancée de l’Islam est également la responsabilité de nous les chrétiens. Nous assistons à un lent processus d’islamisation de notre monde et je crains que, grâce à la démographie, ils seront tôt ou tard la majorité“.

“Je pense que, s’ils deviennent la majorité, les choses deviendront très dangereuses. L’histoire du monde nous enseigne que l’Islam a toujours cherché à soumettre l’Occident et à l’attaquer. La bataille de Lépante n’est qu’un exemple. J’espère que l’Occident saura réagir à cette offensive islamique dont la religion est la motivation“.

“Ils veulent des droits ? Bien, mais il existe des devoirs. Je ne me sens pas esclave de l’Islam et je demande au moins la même dignité. Ils se croient supérieurs par nature et du fait de cette attitude ils veulent commander, ils sont tellement arrogants“.

EN SAVOIR + http://www.revue-item.com/13072/autour-de-laffaire-merah/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+revueItem+%28La+Revue+Item+%7C+La+tradition+sans+peur%29

 

 

9-4 AMÉRIQUE DU NORD (USA, CANADA)

 

LES PRIMAIRES DÉMOCRATES ÉTAIENT-ELLES GAGNÉES D’AVANCE PAR HILLARY CLINTON?
Le parti démocrate américain était de facto sous la coupe d’Hillary Clinton avant même qu’elle en remporte l’investiture présidentielle en 2016, selon l’ancienne présidente intérimaire du parti.

Le pavé a été lancé dans la mare par Donna Brazile, présidente par intérim du comité démocrate national (DNC) de juillet 2016 à février 2017, dans un livre à paraître la semaine prochaine aux États-Unis. Elle y raconte que le parti et l’équipe de campagne d’Hillary Clinton ont signé un accord en août 2015 pour que le camp Clinton aide à renflouer le parti, très endetté - ce volet était connu publiquement. En échange, l’équipe Clinton disposait d’un droit de veto sur le poste de directeur de la communication du parti et d’autres - ce qu’on ignorait.

«En échange de lever de l’argent et d’investissements dans le DNC, Hillary contrôlait les finances et la stratégie du parti, et tout l’argent levé», écrit Donna Brazile, selon de bonnes feuilles publiées jeudi par Politico. «Le DNC était également obligé de consulter l’équipe de campagne sur le reste du personnel, le budget, les données, le travail d’analyse et les mailings». Elle dit n’avoir compris cet arrangement, secret, que fin juillet 2016, quelques jours après avoir remplacé au pied levé Debbie Wasserman Schultz. La patronne du DNC venait d’être «démissionnée» en pleine convention d’investiture, après la publication par WikiLeaks de messages piratés montrant l’hostilité de responsables contre Bernie Sanders, le rival de Mme Clinton.

EN SAVOIR + http://www.lavenir.net/cnt/dmf20171104_01080144/les-primaires-democrates-etaient-elles-gagnees-d-avance-par-hillary-clinton?utm_source=lavenir&utm_medium=newsletter&utm_campaign=soir&utm_content=region&M_BT=147938901970

 

JFK : « LE PREMIER ASSASSINAT PLANÉTAIRE »
Politologue et écrivain, Georges Ayache est l'auteur de "Kennedy : vérités et légendes" (éd. Perrin). Il analyse les théories du complot qui entourent la mort du président américain et décrypte l'aura mondiale de celui-ci.

Revue des Deux Mondes - Quel est votre regard sur la publication des 2891 documents au sujet de la mort de Kennedy ?

Georges Ayache - Si du point de vue de l’Histoire, la déclassification est évidemment une bonne chose, je n’attends pas beaucoup de cette publication. On y trouvera surtout des petites allusions en vrac, des noms jetés en pâture, quelques éléments non-négligeables sur les relations entre les agences gouvernementales et la Maison Blanche, sur Oswald et son voyage au Mexique. Mais au bout du compte, cela génèrera surtout une grande déception. Car ce que le grand public attend, ce sont des révélations. Je crains que nous restions définitivement sur notre faim.
EN SAVOIR + http://mailchi.mp/revuedesdeuxmondes/revue-du-week-end-kennedy?e=c0aa964639

 

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, UNE RÉALITÉ ENFIN ADMISE À LA MAISON BLANCHE ?

Le gouvernement de Trump a publié un document approuvé par l’Académie américaine des sciences mettant en cause «les activités humaines».

C’est un texte en contradiction avec de nombreuses déclarations de Donald Trump et de son gouvernement. La Maison Blanche, le siège de la présidence américaine, a approuvé la publication vendredi d'un important rapport scientifique sur le climat qui conclut que le changement climatique est bien réel, résulte probablement des activités humaines et affecte déjà la vie des Américains.

Ce document, approuvé par l’Académie américaine des sciences, affirme également que la situation va empirer sans une forte réduction des gaz à effet de serre. Le «Fourth National Climate Assessment» (4e évaluation nationale du climat), mandaté par le Congrès (le parlement américain), est publié tous les quatre ans, mais ne fait pas de recommandations.

Phénomènes extrêmes et records de températures

Les dernières années ont vu un nombre record de phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat (sécheresse, ouragans, fortes précipitations...) tandis que les trois dernières années ont été les plus chaudes sur la planète dans les annales qui remontent à 1880, pointe le rapport. Selon les auteurs, «ces tendances devraient persister durablement». La température annuelle moyenne de l'air à la surface du globe a augmenté de un degré Celsius au cours des 115 dernières années (1901-2016). La température annuelle moyenne sur la partie continentale des Etats-Unis a progressé de 1°C entre 1901 et 2016. Pour la période 2021-2050, la hausse devrait atteindre 1,4°C de plus.

«Le climat des Etats-Unis est fortement imbriqué dans le changement du climat terrestre», écrivent les auteurs du document final concluant que «la période actuelle est la plus chaude de l'histoire de la civilisation moderne». Aux Etats-Unis, les changements les plus importants ont été constatés dans le Nord-Est avec des canicules plus fréquentes depuis les années 1960 alors que des vagues de froid sont plus rares.

Montée des océans

Le document indique par ailleurs que le niveau global des océans a grimpé en moyenne de 18 cm à 20,5 cm depuis 1900 dont environ la moitié depuis 1993. Il s’agit de l'augmentation la plus importante sur un siècle depuis au moins 2800 ans et ce phénomène affecte déjà plus de vingt-cinq villes côtières américaines.

Cette évaluation de l'état du climat conclut également que sur «la base de très nombreux indices il est extrêmement probable que les activités humaines, surtout les émissions de gaz à effet de serre, sont la principale cause du réchauffement observé depuis le milieu du XXe siècle» estimant qu'il n'existe pas d'autres explications plausibles.

Ces conclusions contredisent directement les affirmations de Donald Trump et de membres de son administration dont notamment Scott Pruitt, le directeur de l'Agence de protection de l'environnement (EPA), un climato-sceptique proche du secteur des énergies fossiles. Selon ce dernier, la contribution humaine au changement du climat est «incertaine» et la capacité de prévoir ses effets est de ce fait limitée. Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait qualifié le changement climatique de «canular chinois» pour pénaliser l'économie américaine avant d'annoncer en juin le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris sur le climat conclu en 2015.

http://www.leparisien.fr/environnement/le-rechauffement-climatique-une-realite-enfin-admise-a-la-maison-blanche-04-11-2017-7372362.php#xtor=EREC-109-[NLalaune]---${_id_connect_hash}@1

 

LA PEINE DE MORT IMPOSSIBLE CONTRE UN TERRORISTE ? PAS POUR LE DROIT AMÉRICAIN !
La peine de mort fédérale a été rétablie sous la présidence de Ronald Reagan en 1988, puis deux lois l’ont étendue à son domaine d’application actuel (Federal Death Penalty Act de 1994 et Antiterrorism and Effective Death Penalty Act de 1996 ).
EN SAVOIR + http://www.bvoltaire.com/peine-de-mort-impossible-contre-terroriste-droit-americain/?mc_cid=7f3fd9d0b0&mc_eid=a5eb12b154

 

AUX ETATS-UNIS, LE NOUVEAU PROJET DE TAXE AUX FRONTIÈRES QUI INQUIÈTE LES ENTREPRISES

Les entreprises étrangères et les multinationales s'inquiètent d'un projet de taxe sur les biens et services produits à l'étranger, destiné à favoriser l'emploi américain.

« C'est le grand retour de la taxe aux frontières ! », s'alarme un fiscaliste français basé aux Etats-Unis. Si le projet de réforme fiscale  présenté jeudi par les élus de la Chambre des représentants a été largement salué par les fédérations patronales, ravies de voir le taux d'impôt sur les sociétés ramené de 35 à 20 %, il inquiète vivement les groupes étrangers présents aux Etats-Unis, ainsi que certaines multinationales. Le texte comporte en effet une disposition imprévue qui rappelle étrangement la « Border Adjustment Tax » (BAT) tant redoutée par les entreprises françaises, et qui fut  enterrée au coeur de l'été .

Cette fois, il ne s'agit pas de taxer toutes les importations, mais seulement les flux entre différentes entités d'un même groupe présent aux Etats-Unis, pour décourager l'importation de produits fabriqués à l'étranger. Le texte, qui s'applique indifféremment aux entreprises étrangères et américaines, imagine un « droit d'accise » de 20 % qui s'appliquerait sur les flux de biens et services entre différentes entités d'un même groupe basé aux Etats-Unis. Une entreprise française vendant aux Etats-Unis des biens fabriqués en Europe, par exemple des produits de luxe ou des spiritueux, sera ainsi directement touchée.

Les entreprises américaines qui ont des filiales à l'étranger seraient néanmoins elles aussi affectées, comme les constructeurs auto qui produisent au Mexique, ou les groupes de prêt-à-porter qui ont des usines en Chine. Autre cible possible : les multinationales engagées dans des opérations d'inversion fiscale , rachetant des entreprises étrangères pour délocaliser leurs sièges sociaux dans des Etats à moindre pression fiscale.

Pour les élus américains, l'objectif de la mesure est double. Il s'agit à la fois d'éviter qu'en achetant des biens produits à l'étranger par ses filiales, un groupe ne puisse réduire ses profits taxables aux Etats-Unis.
EN SAVOIR + https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030822681872-aux-etats-unis-le-nouveau-projet-de-taxe-aux-frontieres-qui-inquiete-les-entreprises-2127303.php#k4frS5bJEiTuSDpg.99


LES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES ET LES MULTINATIONALES S'INQUIÈTENT D'UN PROJET DE TAXE SUR LES BIENS ET SERVICES PRODUITS À L'ÉTRANGER, DESTINÉ À FAVORISER L'EMPLOI AMÉRICAIN.

« C'est le grand retour de la taxe aux frontières ! », s'alarme un fiscaliste français basé aux Etats-Unis. Si le projet de réforme fiscale  présenté jeudi par les élus de la Chambre des représentants a été largement salué par les fédérations patronales, ravies de voir le taux d'impôt sur les sociétés ramené de 35 à 20 %, il inquiète vivement les groupes étrangers présents aux Etats-Unis, ainsi que certaines multinationales. Le texte comporte en effet une disposition imprévue qui rappelle étrangement la « Border Adjustment Tax » (BAT) tant redoutée par les entreprises françaises, et qui fut  enterrée au coeur de l'été .

Cette fois, il ne s'agit pas de taxer toutes les importations, mais seulement les flux entre différentes entités d'un même groupe présent aux Etats-Unis, pour décourager l'importation de produits fabriqués à l'étranger. Le texte, qui s'applique indifféremment aux entreprises étrangères et américaines, imagine un « droit d'accise » de 20 % qui s'appliquerait sur les flux de biens et services entre différentes entités d'un même groupe basé aux Etats-Unis. Une entreprise française vendant aux Etats-Unis des biens fabriqués en Europe, par exemple des produits de luxe ou des spiritueux, sera ainsi directement touchée.

Les entreprises américaines qui ont des filiales à l'étranger seraient néanmoins elles aussi affectées, comme les constructeurs auto qui produisent au Mexique, ou les groupes de prêt-à-porter qui ont des usines en Chine. Autre cible possible : les multinationales engagées dans des opérations d'inversion fiscale , rachetant des entreprises étrangères pour délocaliser leurs sièges sociaux dans des Etats à moindre pression fiscale.

Pour les élus américains, l'objectif de la mesure est double. Il s'agit à la fois d'éviter qu'en achetant des biens produits à l'étranger par ses filiales, un groupe ne puisse réduire ses profits taxables aux Etats-Unis.
EN SAVOIR + https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030822681872-aux-etats-unis-le-nouveau-projet-de-taxe-aux-frontieres-qui-inquiete-les-entreprises-2127303.php#k4frS5bJEiTuSDpg.99

 

LES USA PRÉPARENT UNE GUERRE POUR DÉTRUIRE LA RUSSIE PUIS LA CHINE… !!!

par Thom Aldrin (son site)
Les USA veulent détruire la Russie (d’abord) et la Chine (ensuite) dans une guerre effroyable pour conserver leur hégémonie, leur suprématie planétaire !! 

Question : mais pourquoi Washington ne l’a-t-il pas encore déclenchée ??… 

Réponse : parce que Washington veut d’abord passer pour une victime contrainte de se défendre…Mais la Russie comprend depuis longtemps le stratagème et refuse de tomber dans le piège… Ainsi le temps passe et rien ne se produit encore, jusqu’à ce que la provocation de trop arrive… !!! 

Bien sûr, d’un autre côté, la situation pourrait durer éternellement si la situation économique des USA ne se dégradait pas rapidement, irrémédiablement. Surtout avec la volonté de Moscou et Pékin de se détacher définitivement du dollars US en emprtant avec lui l’économie américaine dans sa tombe !!! 

Le statu quo ne peut donc pas durer éternellement et un compte-a-rebours invisible s’est irrémédiablement mis en route… 

Un des exemples les plus flagrants de recherche de prétextes américains, furent les attentats du 11 septembre 2001 qui servirent (entre autres choses) à attaquer l’Irak dont le lien avec le terrorisme invoqué par Washington, n’a pourtant jamais existé…

En réalité, Washington voulait s’emparer du pétrole irakien et punir Saddam Hussein d’avoir voulu le vendre avec des euros plutôt qu’avec des dollars us.

Quant aux armes de destruction massive supposées être entre les mains de Saddam Hussein, tout le monde sait désormais ce qu’il en est : un vicieux mensonge aux conséquences dramatiques pour les civils irakiens encore empoisonnés aujourd’hui par l’uranium appauvri des armes américaines… 

Oui, Washington cherche le prétexte pour attaquer la Russie, un prétexte qui fera passer les USA comme les victimes et la Russie comme l’agresseur… afin de justifier les centaines de millions de morts que cette guerre engendrera… car elle est hélas inévitable !!

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-usa-preparent-une-guerre-pour-198198


AÉRONAUTIQUE : BOMBARDIER MET FIN À LA PÉNURIE DE COMMANDES DE SES CSERIES

Pierre Demoux Le 03/11 à 07:44

Deux semaines après avoir cédé les rênes de son programme à Airbus, le groupe québécois a reçu sa première commande depuis un an et demi.

Serait-ce l'effet Airbus ? Cela faisait un an et demi que Bombardier n'avait pas reçu de commandes pour ses avions CSeries, hormis un contrat pour deux appareils signés par Air Tanzania fin 2016. Et voilà que deux semaines après avoir cédé les rênes de son programme-phare à l'avionneur européen, le groupe québécois dévoile une commande ferme de 31 appareils par « un client européen » non-identifié, assortie d'une option pour 30 exemplaires supplémentaires. Si celle-ci est exercée, le montant total s'élèverait à 4,8 milliards de dollars (4,1 milliards d'euros) au prix catalogue.
EN SAVOIR + https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/030817938947-aeronautique-bombardier-met-fin-a-la-penurie-de-commandes-de-ses-cseries-2127242.php#EPlrL1ITbAhVtDJ8.99


TRUMP VEUT LA FIN DE LA LOTERIE DES CARTES VERTES : 3 QUESTIONS POUR COMPRENDRE LE DÉBAT
"Je lance aujourd'hui le processus d'interruption du programme de loterie de visas de diversité", a déclaré le président américain après l'attentat de New York.
Renaud Février

La fin de la loterie des cartes vertes ? Avant même une confirmation des responsables de l'enquête, Donald Trump a annoncé mercredi 1er novembre vouloir mettre fin à la loterie d'attribution des cartes vertes, qui donnent droit de s'installer aux Etats-Unis, l'auteur de l'attentat meurtrier à New York ayant bénéficié de ce système.

"Le terroriste est entré dans notre pays grâce au programme de loterie de visas de diversité, une merveille de Chuck Schumer" [le chef de l'opposition démocrate au Sénat, l'un des promoteurs de ce programme en vigueur depuis une vingtaine d'années, NDLR], a ironisé dans un tweet le président républicain, en ciblant le chef de l'opposition démocrate au Sénat.

La suite après cette publicité

Comment fonctionne la loterie ?

Le "programme de loterie de visas de diversité" est une loterie qui offre chaque année l'espoir du rêve américain à des millions d'étrangers qui y sont candidats, même si les heureux élus ne sont que 50.000.

L'inscription est gratuite. Le prix ? Un précieux sésame : la carte verte, une carte de résident permanent, qui permet de s'installer et de travailler légalement aux Etats-Unis.

Les gagnants doivent seulement justifier d'un niveau d'études équivalant au bac ou de deux années d'emploi à un poste nécessitant une formation.

Les droits et les devoirs des porteurs de la carte sont identiques à ceux des citoyens américains, à l'exception du droit de vote et de celui de servir en tant que juré, expliquait Franceinfo début octobre.

Il est ensuite possible de faire une demande de naturalisation, après avoir été détenteur de la carte verte depuis 5 ans au minimum.

EN SAVOIR + http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20171103.OBS6895/trump-veut-la-fin-de-la-loterie-des-cartes-vertes-3-questions-pour-comprendre-le-debat.html#xtor=EPR-2-[ObsActu17h]-20171103

 

LE CANADA A PRÉVU D'ACCUEILLIR UN MILLION DE MIGRANTS D'ICI TROIS ANS

IMMIGRATION Ces arrivées importantes se feront aux deux tiers pour des besoins économiques
Le Canada a prévu d'accueillir un million de migrants d'ici trois ans

IMMIGRATION Ces arrivées importantes se feront aux deux tiers pour des besoins économiques mais aussi par le biais du regroupement familial et la poursuite de l’accueil de réfugiés.
« En réponse aux demandes des entreprises canadiennes et aux besoins de main-d’œuvre », l’arrivée de nouveaux migrants « soutiendra
la croissance économique ». « Cela nous aidera à faire face aux défis des prochaines années, comme le ralentissement de la croissance de la force de travail et le manque de main-d’œuvre lié au vieillissement de la population », a expliqué Ahmed Hussen.

Au titre du regroupement familial

« Cette augmentation des niveaux d’immigration permettra » aussi de résorber les nombreuses demandes au titre du regroupement familial, a expliqué le ministre.

Avec l’accès à la nationalité canadienne d’une grande partie des résidents permanents dans les prochaines années, la proportion de Canadiens nés à l’étranger va continuer d’augmenter. Selon les données du dernier recensement, publié la semaine dernière, 7,5 millions de Canadiens, soit 21,9 % de la population, sont nés à l’étranger. Une proportion qui se rapproche des 22,3 % enregistrés lors du recensement de 1921, un niveau record depuis la création du pays en 1867.

EN SAVOIR + http://www.20minutes.fr/monde/2162491-20171103-canada-pays-besoin-million-migrants-trois-ans

 

 

9-5 AMÉRIQUE CENTRALE

 

PARAGUAY – LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION INTERDIT L’IDÉOLOGIE DU GENRE À L’ÉCOLE
La résolution ministérielle met hors-la-loi « la diffusion et l’utilisation de tout matériel » relatif à l’idéologie du genre dans les établissements publics et privés subventionnés. Le ministre, Enrique Riera, a justifié la décision en expliquant que « le ministère ne va pas promouvoir l’idéologie du genre, pas plus qu’il ne promeut quelqu’autre idéologie, par exemple l’idéologie politique ».

« Nous respectons la diversité, ce qui ne veut pas dire qu’il faut inculquer une idéologie du genre, qui est comme nous le savons un thème polémique installé dans le monde entier ; mais en tant que Paraguayens le film est très clair pour nous : papa, maman, les petits enfants. Il n’y a pas de façon plus simple de dire cela », a-t-il déclaré.

La direction générale des programmes a été sommée de modifier des textes le cas échéant, et des organismes de surveillance éducative seront chargés de veiller au respect de cette résolution.
Celle-ci intervient alors que l’Eglise catholique et la communauté protestante du pays avaient toutes deux demandé le retrait du matériel pédagogique faisant référence à l’idéologie du genre, et qu’une manifestation devant le congrès du Paraguay vient de réclamer un système d’éducation publique fondée sur les valeurs traditionnelles de la famille, affirmées par la constitution nationale.

EN SAVOIR +  http://www.cqv.qc.ca/le_ministere_de_l_education_interdit_l_ideologie_du_genre_l_ecole

9-6 AMÉRIQUE DU SUD

 

 

9-7 AFRIQUE

 

AFRIQUE/EGYPTE - POURSUITE DES EXAMENS DE L’ADN EN VUE DE L’IDENTIFICATION DES CORPS DES MARTYRS COPTES DE LIBYE
Les autorités égyptiennes ont disposé l’examen de l’ADN sur les dépouilles mortelles des 21 coptes décapités en 2015 en Libye par des djihadistes liés au prétendu « Etat islamique » retrouvées au début d’octobre ensevelis dans une zone côtière proche de la ville de Syrte.
Les familles des « martyrs de Libye » ont reçu du Département de médecine légale l’invitation à se rendre à la structure sanitaire de Minya pour se soumettre au test de l’ADN qui permettra d’identifier chacun des corps des compagnons de martyre. Les parents des martyrs – indiquent les moyens de communication égyptiens – ont exprimé leur joie après le lancement des procédures qui permettront l’identification de chacun des corps avant leur sépulture, qui devrait avoir lieu près l’église sanctuaire construite en leur honneur dans le village de Samalut.
Le 6 octobre dernier, les autorités égyptiennes avaient officiellement confirmé la découverte des dépouilles des 21 coptes égyptiens décapités. Les corps avaient été retrouvés les mains liées derrière le dos, vêtus des mêmes combinaisons oranges qu’ils portaient dans la macabre vidéo reprise par les bourreaux au moment de leur décapitation. Les têtes des martyrs ont, elles aussi, été retrouvées, à côté des corps.
La vidéo de la décapitation des 21 coptes égyptiens fut diffusée par les sites Internet djihadistes en février 2015. Une semaine après sa diffusion, sachant que dans la vidéo était visible des coptes qui susurraient le nom du Christ pendant leur décapitation, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, a décidé de les inscrire au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Eglise copte orthodoxe, établissant que leur mémoire se célèbre le 15 février. (GV) (Agence Fides 03/11/2017)
http://www.fides.org/fr/news/63174-AFRIQUE_EGYPTE_Poursuite_des_examens_de_l_ADN_en_vue_de_l_identification_des_corps_des_martyrs_coptes_de_Libye#.Wfxe04WcHDc

 

 

15- DIVERS


DEUX DOIGTS AU-DESSUS DU SOL, LE BLOG D'ETIENNE PERROT

Faute scientifique

Pour lever la tête vers les étoiles et dégager notre nez de la mouïse politico-médiatique, j’épingle avec une pointe d’humour le titre d’un article récemment paru sur le site du journal Le Temps de Genève : « Notre Univers s’étend plus vite que prévu, par la faute de l’énergie noire ». La faute n’est pas là où l’impute le journaliste du Temps. Si faute il y a, elle est à chercher dans l’inculture du journaliste.

En effet, je constate une double erreur dans la formulation de cette annonce. Tout d’abord une erreur épistémologique. Parler de « faute » suppose qu’il y ait eu manquement à un devoir (et pas simplement un manque de connaissance). Le journaliste a le devoir de s’informer et de se former, ce qu’il n’a manifestement pas fait, il est donc en faute. En revanche, je ne vois pas très bien en quoi notre univers aurait le devoir de se plier aux hypothèses des scientifiques. N’ayant aucun devoir envers quiconque, notre univers ne saurait commettre une faute. De plus, l’événement médiatique -si événement il y a- ne porte pas sur le phénomène lui-même (l’expansion de notre univers connu) mais sur sa mesure. L’article du Temps explique : « Une nouvelle méthode de mesure de la vitesse de l’expansion de l’Univers indique que celui-ci s’agrandirait 6% plus vite que ce que pensaient les scientifiques. »

L’explication classique de l’expansion de notre univers consiste à invoquer « l’énergie noire », ce qui désigne assez bien l’ignorance que nous avons de la cause réelle de ce phénomène cosmique. Cette ignorance me semble être dans l’ordre normal de la connaissance scientifique, conformément à ce qu’avaient senti les alchimistes du Moyen-Âge : notre connaissance progresse de l’obscurus vers l’obscurius (on explique l’obscur par ce qu’il y a de plus obscur).

https://www.revue-etudes.com/blogs/deux-doigts-au-dessus-du-sol-le-blog-d-etienne-perrot-14/faute-scientifique-633

 

PARTITION DU TEMPS QUI PASSE
Christophe Henning
Études, novembre 2017
Le calme était revenu dans la maison depuis une demi-heure quand Étienne s'extirpa de son lit. C'était à chaque fois un effort. Il n'avait pas toujours été si nonchalant. Il s'en faisait intérieurement le reproche : « L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », murmura-t-il en posant la plante des pieds sur le tapis de jonc de mer tressé. Mais, après tout, il arrivait à un âge, la cinquantaine passée, où l'on se dit volontiers que l'avenir est plutôt derrière. En aurait-il encore la force, il n'avait plus vraiment à s'en soucier : son avenir était tout tracé, sans surprise. Mais la vie, elle, est devant et il faut en profiter dès aujourd'hui sans regretter hier, sans s'inquiéter de demain.

Par la fenêtre, le soleil jouait avec les ombres du grand tilleul qui s'imprimaient sur le rideau. D'un geste large, Étienne écarta le pan de toile et ressentit immédiatement la chaleur des rayons sur sa peau encore endormie. Une belle journée s'annonçait, qu'il allait débuter paresseusement en se délectant d'un café bien chaud. Geneviève était partie au collège pour sa journée de travail : elle animait le centre de documentation trois jours par semaine. Les enfants qui habitaient encore sous le toit familial étaient déjà en cours. Il n'avait, quant à lui, qu'une ambition : profiter de longues heures tranquilles et accueillir joyeusement les siens à leur retour, en fin d'après-midi.

Que pouvait-il envisager de mieux ?

EN SAVOIR + https://www.revue-etudes.com/article/partition-du-temps-qui-passe-18837

 

L’ÉCRITURE INCLUSIVE EST UN OUTIL D’EXCLUSION

Par Ingrid Riocreux

Haut les cœurs ! Tout le monde s’y met ! Je n’aurais jamais cru que ce serait un curé qui me déciderait à écrire un article sur l’écriture inclusive. Mais « heureux·se·s les invité·e·s au repas du Seigneur » (prononcer « heureux et heureuses »), ç’a été le coup de grâce, si j’ose dire. D’ailleurs, il s’est trompé: comme l’ordre alphabétique doit régir les énumérations et se substituer à la convention de l’ordre masculin-féminin, il fallait dire « heureuses et heureux ». L’écriture inclusive oblige à réfléchir deux fois plus avant de parler.

Contraint d’en dire moins

Ce curé porte une lourde responsabilité dans le salut de mon âme puisque, par sa faute, je n’ai pas pu me concentrer plus longtemps et je me suis mise à imaginer une version « non-oppressive » des Béatitudes, débitée par un Jésus vachement « politically correct » :

« Heureux·se·s les pauvres en esprit car le Royaume des Cieux est à elles et eux ; heureux·se·s les affligé·e·s, car elles et ils seront consolé·e·s ; heureux·se·s les doux·ces, car elles et ils possèderont la Terre ; heureux·se·s les affamé·e·s et les assoiffé·e·s de justice car elles et ils seront rassasié·e·s, etc. ».

Je me suis fait la réflexion que dire les choses ainsi prend près de deux fois plus de temps.

Alors j’ai pensé aux journalistes qui ont des petites chroniques de 3 ou 4 minutes ou à ceux qui font le flash-info. Cette satanée écriture inclusive qui, si elle est laide à l’écrit, allonge considérablement la sauce à l’oral, les contraindra à dire moitié moins de choses dans le temps qui leur est imparti ou à accélérer leur débit souvent déjà mitraillette. Si tout va bien, les plus ardents opposants à l’écriture inclusive seront donc les journalistes.

Une écriture séparatiste

C’est vrai que « l’invisibilisation grammaticale des femmes » (on dit comme ça), nos gens de médias la pratiquent allègrement, eux qui se montrent de plus en plus infoutus d’accorder le participe avec le COD antéposé quand celui-ci est féminin. Eh oui, quand on traduit ce qu’a dit une actrice étrangère, il faut penser à accorder. Sinon, on dirait que toutes les victimes de viol ont développé une dysphorie de genre ou un trouble de l’identité sexuelle :

EN SAVOIR + https://www.causeur.fr/ecriture-inclusive-exclusion-feminisme-grammaire-147565?utm_source=Envoi+Newsletter&utm_campaign=b1271ccba3-Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_6ea50029f3-b1271ccba3-57258861

 

POURQUOI LES COMPAGNIES AÉRIENNES RESTENT À L'ÉCART DE L'A380

Bruno Trevidic

De par sa taille et son coût, l'A380 représente un risque supérieur aux biréacteurs de taille plus modeste. Ce qui n'est pas dans l'air du temps. 

Quand Airbus lance l'A380 début 2000, l'avionneur table sur un marché de 1.400 très gros porteurs, sur les deux prochaines décennies, d'une valeur de 490 milliards de dollars. Presque 20 ans plus tard, l'A380 n'a remporté en tout et pour tout que 317 commandes et le compteur est bloqué depuis bientôt cinq ans.

Entre-temps, il y a d'abord eu la crise financière qui a coïncidé avec son entrée en service, puis l'envolée des compagnies low-cost en Europe, qui a déstabilisé certaines compagnies traditionnelles. Mais il y a surtout eu l'arrivée sur le marché de nouveaux biréacteurs, le Boeing 777-300 ER, puis le 787, qui ont changé la donne en permettant aux compagnies de multiplier les fréquences. 

La taille, atout et handicap

Si bien qu'aujourd'hui encore, pour la plupart des compagnies,  l'A380 reste un appareil trop cher et surtout trop difficile à amortir du fait de sa capacité de plus de 500 sièges en moyenne. L'A380 affiche certes le coût au siège le plus bas du marché, mais à condition d'être rempli à 100%. Or les liaisons aériennes offrant un trafic suffisant pour remplir convenablement un tel appareil, été comme hiver, sont finalement peu nombreuses. Avec seulement dix A380, Air France-KLM, qui dispose d'un des réseaux les plus étendus, estime avoir fait le tour des possibilités. 

À lire aussi

L'Airbus A380 fête ses dix ans de service sur fond d'incertitudes sur son avenir

Plutôt que de prendre le risque de devoir casser les prix pour remplir un A380, les compagnies préfèrent miser sur des appareils plus petits et plus économiques et offrir davantage de fréquences. Ce qui convient mieux à la clientèle d'affaires, leur cible privilégiée
En savoir +  https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/030814032818-pourquoi-les-compagnies-restent-a-lecart-de-la380-2126914.php#b72HhxjIZceI9Iuv.99

 

 

16- MÉDIA-PRESSE-INFO